CHRONIQUE / REVIEW

The Prog Collective

Worlds On Hold

Releases information

Release date:

February 5, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Cleopatra Recrods

Multi

Philippe André - February 2021

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Le plus grand supergroupe de rock progressif du monde THE PROG COLLECTIVE, voici un titre pour le moins racoleur mais c'est ainsi que nous le présente leur label...THE PROG COLLECTIVE c'est avant tout Billy SHERWOOD qui avec son carnet d'adresses long comme un jour avec beaucoup de pain, s'est fendu d'un album où figure six titres originaux et sept qui sont des relectures de titres connus voir immensément connus. Mister SHERWOOD remet donc au gout du jour son PROG COLLECTIVE qui avait publié deux albums, fort fréquentables en 2012 et 2013. Tout comme avec ces disques précédents, il a rassemblé certains des artistes les plus compétents et les plus prolifiques de la planète progressive et même au-delà, comme Todd RUNDGREN, Steve HACKETT, Jan AKKERMAN, Ron « Bumblefoot » THAL ancien guitariste de GUN'S and ROSES, Derek SHERINIAN et bien d'autres !

Comme mentionné plus haut, Billy SHERWOOD a choisi de diviser l'album entre de nouvelles compositions d'un côté et des versions retravaillées de classiques familiers de l'autre. Une précision les trois derniers titres ont déjà été publiés auparavant. Parmi les pièces originales, celles qui ont le plus retenu mon attention est le premier single de l'album, "Two Trajectories", mettant en vedette le chanteur fondateur de la formation prog métal QUEENSRYCHE, Geoff TATE ‘’himself’’, pour un morceau complexe à souhait magnifié par la six cordes incandescente de Ron THAL, un peu répétitif en ce qui concerne les paroles...Puis "Anything But Goodbye" yessien à souhait, mais difficile de faire autrement compte tenu des musiciens présents sur cette plage, c'est l'une des premières fois où la voix de Jon DAVISON ne me hérisse pas le poil, c'est tout dire. Bonne surprise ensuite avec le cinquième titre "Brave New World" chanté de sa voix un peu grave par Sonja KRISTINA que je n'avais pas entendu si bien chanter depuis fort longtemps accompagnée de la six cordes caractéristique de Steve HILLAGE énergique et ultra mélodique en même temps. Pour clôturer ce demi-album, nous sommes obligés de reconnaitre que la sixième plage "Glory Days Ahead" qui réunit pourtant deux musiciens emblématiques de la sphère progressive est une forte déception...incontestablement la moins bonne pièce de cette première moitié, attention le morceau n'est pas moche, il est juste trop torturé à mon gout...dans une sauce, on appelle cela un manque de liant !

Place maintenant à la partie relecture des classiques historiques, et c'est là que nous nous rendons compte du péril de l'exercice, "Solsbury Hill" ralenti en termes de rythme manque cruellement de la voix de Peter même si Roine STOLT nous offre une belle partition de guitare, "A Whiter Shade of Pale" est plus surprenant dans le bon sens du terme car il n'était pas évident de le confier à la voix de Graham BONNET qui en fait une version plus nerveuse (logique) que l'original. Par contre Joe Lynn TURNER au chant pour "Eye in the Sky", bof bof en ce qui me concerne, malgré la très bonne prestation de Martin BARRE à la six cordes, je préfère très nettement l'original. Arrive ensuite la "big surprise" de ce "World Hold On" avec une relecture démoniaque de "Nights in White Satin" chanté par le presque octogénaire David CLAYTON THOMAS plus connu comme vocaliste de BLOOD SWEAT and TEARS et bien soutenu ici par un excellent Geoff DOWNES aux claviers, comme quoi il ne faut pas avoir de préjugé car avant écoute, j'étais extrêmement sceptique...Pour "Penny Lane" du Lennon/MacCartney chanté par feu John WETTON, cela pouvait difficilement être mauvais !

Quant à la version du classique bostonien "More Than a Feeling" avec trois membres passés ou présents de YES c'est du top niveau également, le titre d'origine étant un indémodable de l'AOR et surtout Billy SHERWOOD n'essaie pas d'imiter "The Man With the Golden Voice", rendons lui justice pour cela. Nous clôturons cet album de THE PROG COLLECTIVE avec David JOHANSEN qui reprend un titre des DOORS, sans surprise et assez fidèle à l'original, la tessiture vocale du chanteur des poupées newyorkaises n'étant finalement pas si éloignée de celle du Roi Lézard.

En résumé un bon album qui nous réserve de bonnes surprises, pas forcément là où nous les attendions.

    1. Worlds On Hold feat. Todd Rundgren & L. Shankar (5:43)
    2. Two Trajectories feat. Geoff Tate & Ron Bumblefoot Thal (6:33)
    3. Anything But Goodbye feat. Jon Davison & Patrick Moraz (6:09)
    4. Meant To Be feat. Jan Akkerman & Billy Sherwood (5:29)
    5. Brave New World feat. Sonja Kristina & Steve Hillage (5:30)
    6. Glory Days Ahead feat. Arjen Anthony Lucassen & Steve Hackett (6:06)
    7. Solsbury Hill feat. Roine Stolt & Billy Sherwood (4:35)
    8. A Whiter Shade Of Pale feat. Graham Bonnet & Derek Sherinian (4:32)
    9. Eye In The Sky feat. Joe Lynn Turner & Martin Barre (5:07)
    10. Nights In White Satin feat. David Clayton-Thomas & Geoff Downes (5:20)

    BONUS TRACKS
    11. Penny Lane feat. John Wetton (2:59)
    12. More Than A Feeling feat. Alan White, Tony Kaye & Billy Sherwood (4:35)
    13. People Are Strange feat. David Johansen (2:24)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Musiciens:

Todd Rundgren, Geoff Tate, Ron Bumblefoot Thal, Jon Davison, Patrick Moraz, Billy Sherwood, Jan Akkerman, Sonja Kristina, Steve Hillage, Arjen Anthony Lucassen, Steve Hackett, Roine Stolt, Billy Sherwood, Graham Bonnet, Derek Sherinian, Joe Lynn Turner, Martin Barre, David Clayton-Thomas, Geoff Downes, John Wetton, Alan White, Tony Kaye, David Johansen, Scott Connor.

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020