CHRONIQUE / REVIEW

Raphael Weinroth-Browne

Worlds Within - Live

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

July 2, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

Canada

Alain Massard - July 2021

8,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Raphael WEINROTH-BROWNE est ce musicien ayant jeté son dévolu sur le violoncelle. Il a joué sur THE VISIT avec Heather SITA BLACK qui s’est permis de faire ici la pochette de l’album et sur MUSK OX. Steve WILSON ou Michael AKERFELDT en disent beaucoup de bien, ses compères de LEPROUS aussi. Son aura musicale tire selon moi ses inspirations de nombreux compositeurs comme Max RICHTER et surtout le père spirituel du cello David DARLING. Son album est revisité en interprétation directe avec des séquences de musique classique sombres teintées de touches atmosphériques, post, rock, éthérées et électroniques.

« Unending I - From Within » plus condensé ici que sur l’album studio, air lent monolithique puis redondance musicale à la RICHTER, à la GLASS pour un envoûtement musical mélancolique; sur différentes strates des notes de fraîcheur se mélangent avec d’autres remplies d’une profondeur noire et grinçante, plaintive; le tout est saupoudré ensuite par l’apport d’un ‘from within’ intensif où le questionnement sur la fin de l’espèce humaine se pose encore plus, le son résonnant à l’intérieur de votre corps. « From Above » riff violon acide au départ puis un rythme binaire house ou techno, j’ai aussi entendu ça sur le dernier album de Mariusz DUDA, la mode actuelle? Bon le cello devient plus agressif se lançant dans un tumulte pré-fin du monde. RWB tape sur son instrument comme il en joue et lui donne toute la puissance musicale.

« Tumult I-II-III » enchaîne avec ce beat électronique tout en crescendo, le cello amenant tristesse remplie d’espoir; un tumulte remplaçant un autre par l’émergence des sons de l’archet comme en diaphonie faisant disparaître l’oppression du départ; il y a comme un effet d’écho salvateur repris lors du 3e tumulte, un temps où le mélancolique est chassé par l’urgence des notes invasives. « Tumult IV - Fade (Afterglow) - Unending II » suit avec le dernier beat reconnaissable de tumulte, puis fade et cette ressemblance troublante des recherches de RICHTER, ce qui donne une sensation très agréable avant le final mélancolique, contemplatif, méditatif (cochez la case que vous souhaitez!). Un titre où les riffs du cello semblent gicler pour inonder vos oreilles et vous malmener sur vos pensées.

RWB a sorti cet album live pour montrer ce qu’il pouvait réellement faire tout seul avec son violoncelle, on devrait donc dire album brut. Si vous doutez des riffs, harmonies, percussions et textures musicales, lorgnez aussi sur ses vidéos et vous conviendrez de la qualité de l’enregistrement réalisé. L’album est toujours à écouter d’une traite tel un album-concept afin de vous immerger dans son univers personnel. Un album hors du temps à écouter en même temps que la peinture.

    1. Unending I - From Within (10:00)
    2. From Above (5:41)
    3. Tumult I-II-III (11:54)
    4. Tumult IV - Fade (Afterglow) - Unending II (11:50)
    Total : 39’25’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Raphael Weinroth-Browne: All instruments (acoustic cello, amplifiers & effects pedals)