CHRONIQUE / REVIEW

Mythopoeic Mind

Hatchling

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

August 20, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Apollon Records

Norvège / Norway

Frederik Roy - August 2021

8,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Deuxième offrande de ce groupe norvégien, on nous livre ici un album inspiré du rock progressif symphonique, mais doté d'une touche définitivement moderne, s'approchant également du néo-prog. Leur premier album "Mythopoetry" m'avait fait bonne impression en 2019 et je suis donc très content de pouvoir commenter ce deuxième opus. J'aimerais avant tout m'attarder sur le nom du groupe : "Mythopoeic Mind". La mythopoeïa se trouve à être, en littérature, la création d'un mythe ou d'une mythologie. C'est donc ici, la création d'un univers musical dans notre esprit, chose que les musiciens parviennent bel et bien à orchestrer sous nos oreilles attentives.

L'album débute avec une chanson prog classique assez rythmée, qui donne le ton général de l'album, avec une voix qui m'a beaucoup fait penser à celle de Jon ANDERSON (Yes), ce qui m'a agréablement surpris. Cette voix s'effacera graduellement pour laisser place à une voix plus personnelle au groupe, soit celle de Veronika HORVEN JENSEN. Ceux qui pensent y trouver un album de prog symphonique banal parmi tant d'autres seront rapidement trompés. Dès la seconde pièce, "Winter of '73", le groupe nous révèle le véritable contenu de ce nouvel album. Un heureux mélange d'éléments électro et d'arrangements de cuivres s'immisce dans nos oreilles et fonctionne étonnamment bien! Ces arrangements se poursuivront sporadiquement tout au long de l'album, sans omettre, bien entendu, les codes usuels du prog symphonique plus répandu. La pièce "Fog Vision" fait également apparaître le côté plus planant du groupe, laissant place à un chant beaucoup plus lent et allongé pour se terminer sur des arrangements plus près du jazz énigmatique du film noir des années 40. L'album se poursuit ensuite avec des éléments beaucoup plus rythmés et entrainants, pour se terminer en beauté avec une plus courte pièce ambiante et instrumentale.

L'album est composé de 6 pièces assez longues et, malgré certaines longueurs indéniables, n'est pas lassant et maintien tout de même un potentiel de réécoute. Les variations des passages plus mélodiques et rythmés à d'autres plus doux et planants y sont pour beaucoup. Un disque ficelé par de fins artisans, véritables connaisseurs de leurs instruments. Cependant, je n'ai pas que de bons mots pour décrire cet album. L'instrumentation est, à mon avis, impeccable, mais la voix m'a parfois laissé indifférent. Souvent exécutée avec brio, j'ai toutefois senti des incertitudes vocales à certains moments; un manque de conviction, peut-être. Cela ne nuit en rien à l'ensemble de l'œuvre qui demeure de grande qualité, mais il s'agit seulement d'un élément qui a moins fonctionné pour moi.

Il s'agit bel et bien d'une nouveauté intéressante qui devrait attirer l'attention de plusieurs amateurs de rock progressif. En ce qui me concerne, les pièces "Winter of '73", "Cottage of Lost Play" et la pièce titre "Hatchling", seront certainement à retenir comme morceaux marquants de cette année dans le prog. Un autre de ces albums qui démontre bien la dominance de la Scandinavie dans le rock progressif actuel. Bonne écoute!

    1. Fear Fiesta (7:51)
    2. Winter of '73 (6:57)
    3. Fog Vision (8:27)
    4. Cottage of Lost Play (8:32)
    5. Hatchling (11:33)
    6. Supreme Vision (4:37)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Pål Selsjord Bjørseth: Keyboards and trumpet
Ola Mile Bruland: Fretless bass, double bass and euphonium
Steinar Børve: Saxophones, EWI, keyboards, backing vocals and programming
Trond Gjellum: Drums, percussion, and programming
Veronika Hørven Jensen: Lead and backing vocals
Anders K. Krabberød: Electric and Acoustic guitars