CHRONIQUE / REVIEW

Xavier Boscher (1)

Cosmic Variations

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

March 7, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Orfeo'Lab

France

Alain Massard - June 2022

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Xavier BOSCHER est un musicien français, artiste niçois, qui joue de tout, et ce, depuis 1995 ; il est apparu sur MISANTHROPE, belle référence, puis a formé NEBELUYES plus intimiste avant de sortir cette année son 18e album solo, vous avez bien lu, dans une veine rock métal prog instrumental à la 6 cordes. Un album nerveux et intimiste avec un coulis new-âge de par les intermèdes ’Echo’ variés en strates ; un voyage astral, cosmique. De l’harmonie en redondance sur un thème reprenant en différents tons l’histoire d’un amour récent déçu.

« Sea Serpent » gros riff métronomique au départ, air donnant le ton entre la rigueur métal prog et l’envie de décoller plus loin, près des étoiles ? Mélange de fretless roulante, whitecaps grondants et autres méthodes pour nous amener sur un terrain de découverte abyssale, un titre qui coule tout doucement en arrêtant le temps avec un air solennel, léthargique. « Echo 1 » 1er des six intermèdes pour un moment de sérénité, interlude cosmico-planant avec des notes incisives stressantes pour te garder en alerte et t’amener à « Compass on Argonauts Ships » sur un air me rappelant le KING CRIMSON ; ça défile ensuite d’un coup, ça détricote du côté de la partition pour un air émouvant, rempli de chaleur et de fluidité ; on est dans les airs, dans le sous-marin derrière le hublot, on sent surtout les évolutions de Xavier métal progueux avant l ‘heure.

« Echo 2 » cristallin où l’intermède frais éthéré en déclinaison. « Reticulum » par un moment intermède et titre bourrin survitaminé par une mélodie suave ; ici c’est dark et doom, c’est obsessionnel, entêtant et entrecoupé d’une basse planante à la SERRA qui souffle le chaud et le froid ; les soli s’enchaînent plus près d’un SATRIANI que d’un VAI pour sa dimension colorée ; un titre qui ne s’essouffle pas amenant à « Echo 3 » déclinaison sur un tempo varié en fonction de son apparition, laissez-vous envahir.

« Denebola » sur le même air obsessionnel, nerveux, rapidement associé aux notes vibrantes et réverbérantes de ce titre plus mélancolique, plus sage. Une ode à la guitare avec une basse djent en finale, morceau qui évolue au fil des écoutes. « Echo 4 » avec presque 2 minutes, le temps d’imaginer un peu plus et ça s’efface, le temps d’attendre « Pleione », court et rythmé, basique, titre pour un handbanging de derrière les fagots puis des notes s’écoulant en cascade, un peu de différence dans la continuité. « Echo 5 » moment où je me rappelle enfin le titre référence de ma maigre culture musicale…

‘Music For A Nurse’ des OCEANSIZE, oui, une réminiscence mais c’est la mienne. « Astrophel » sur un air travaillé par la batterie, les notes de guitare plaintives, les breaks atmosphériques limite New Age, on n’efface pas facilement ses racines ; le solo semble encore couler, suinter d’une fissure progressive au-delà de l’éther. « Echo 6 » et le dernier intermezzo ambiant, une couche musicale empilée comme un hot dog à plusieurs saucisses, un millefeuille dégoulinant de crème. « Stellan » pour le final, genre remix radio édit.

Xavier BOSCHER sort donc un opus instrumental en montrant un doigté musical de belle facture. Des riffs métal nerveux, des soli variés qui partent sur différentes atmosphères et une basse vibrante pour amplifier l’effet. Un son nerveux et harmonique, un son entrecoupé des ‘Echo’ pour divertir l’oreille et l’éviter d’avoir un rendu trop répétitif, un son pour aider à se reposer d’une journée éreintante en fond sonore ou au casque et monter dans les hautes strates atmosphériques.

PISTES / TRACKS

    1. Sea Serpent (6:02)
    2. Echo 1 (1:19)
    3. Compass on Argonauts Ships (5:05)
    4. Echo 2 (1:11)
    5. Reticulum (6:24)
    6. Echo 3 (1:17)
    7. Denebola (7:39)
    8. Echo 4 (1:45)
    9. Pleione (4:38)
    10. Echo 5 (1:31)
    11. Astrophel (6:39)
    12. Echo 6 (1:59)
    13. Stellan (3:24)

    Total: 48’53’’

Xavier Boscher: All instruments

musiciens / musicians