CHRONIQUE / REVIEW

US

Stars In Broad Daylight

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

January 11, 2022

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Self-Released

Pays-Bas / Netherlands

Alain Massard - February 2022

INTERVIEW HERE

8,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

US a été fondé en 1975 étant plus un groupe de reprises sur le rock symphonique comme territoire musical choisi, des reprises de STEELY DAN, EAGLES, Peter FRAMPTON et les MOODY BLUES. Ils ont vécu dans une première vie comme le groupe SAGA se maintenant en vie jusqu’en 1983, que j’ai connu en effectuant des recherches sur le SAGA Canadien que je chéris. Dans une autre vie, ils sont aussi US à nouveau réinjectés ce depuis 1998 et sans être obligés de choisir la pilule à avaler; réalimentés de sons progressistes des GENESIS travaillés dans le garage de Paul et pas Nemo. Ceci est leur 13e album studio.

« Stars in Broad Daylight » base sur du ALAN PARSONS puis rapidement du GENESIS, les 70s avec des claviers dont le Hammond B3 et le Moog. Un titre symphonique avec un relent bande son de dessin animé où ça pète de partout. Le final sur une mélodie où l’influence rappelle YES ; un titre qui suinte, qui déborde de claviers divers et variés frappés de main de maître et un thème sur le sens que l’on peut donner à sa vie. « Carousel » début sur le GENESIS "Watcher of the Skies" titre plus court de12 minutes; break acoustique pour reposer les oreilles, un clavier à la BANKS cristallin, pour propulser un solo guitare aérienne tout en finesse; le texte sur la tragédie personnelle de perdre un compagnon de vie. « Song for Koen » pour la grande digression avec des claviers génésisiens comme s’il en pleuvait du temps des ‘Foxtrot’, une voix féminisée avec Marijke et ça avance sur une influence sortie tout droit des 70’s et de la basse de SQUIRE ; un synthé à la ELP survient sur ce long crescendo. Un changement de rythme au dernier tiers part sur une déclinaison plus sereine où la batterie se met en avant en égrenant des notes mélancoliques aidées en cela par un solo émouvant ; finale en montée dantesque rythmée et symphonique bien éloignée de l’étiquette néo-prog à mon sens, c’est émouvant et ça vaut son pesant d’or. 50 minutes passées comme une lettre à la poste.

US montre qu’ils savent jouer, c’est certain. US montre qu’ils ont sué à sang pour sortir cet album simple et efficace, fabriqué dans un studio surnommé justement "The B'SUS" pour Blood Sweat et US, CQFD. Un très bon album de seconde zone pour les fanas prog qui sévissent étant donné le monde à la recherche de la perle non encore écoutée. Du rock progressif et symphonique fruité, enjoué, bucolique amenant à la rêverie et au spleen.

PISTES / TRACKS

    1. Stars in Broad Daylight (18:06)
    2. Carousel (11:56)
    3. Song for Koen (19:37)

    Total :49’39’’

- Marijke Wernars: Lead vocals
- Paul van Velzen: Drums & percussion, vocals
- Jos Wernars: All other instruments, vocals
- Peter-Jan Kleevens: Keyboards, synthesizers

musiciens / musicians