CHRONIQUE / REVIEW

Timelock

Syng Yn

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

January 27, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Freia Music

Pays-Bas / Netherlands

Philippe André - March 2022

7,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Mine de rien ce combo néerlandais a trente ans, TIMELOCK avait fait paraitre son premier album "Louise Brooks" en 1992, un album qui reste son meilleur à ce jour. De la formation originelle, subsiste Ruud STOKER le chanteur et Julian DRIESSEN le claviériste, ce dernier étant également le boss de YWIS, autre obscure formation du pays des tulipes. "Sygn Yn" est le cinquième disque du groupe qui n'avait plus donné signe de vie depuis 2008...

"Moving Landscapes" qui ouvre l'album est totalement AOR, calibré passage radiophonique, un bon solo de six cordes de Martin HENDRIKS et quelques bidouillages synthétiques, réellement pas folichon (5/10). "Stay Awake" relève le niveau, ce n'était pas trop difficile, beaucoup de chœurs dès l'entame du morceau (Coby VAN OORSCHOT et Laura ERADUS), profusion de synthétiseurs orchestraux (Arjen VAN DEN BOSCH mais aussi Julian DRIESSEN en tant que compositeur principal), le grand cousin KAYAK n'est pas loin, du très bon progressif symphonique (9/10). "Everlasting" suit dans le même registre, sans les chœurs, plus posé, plus calme, beaucoup de claviers en fond sonore plutôt qu'en solo (des airs de valse), je dirais une pièce presque trop sage... (8/10) mais très agréable.

Malheureusement le niveau redescend fortement avec le long "The Devil's Hour", chant faiblard de Ruud STOKER, qui plus est trop chanté à mon gout, mélodie passe partout (du genre trop souvent entendue), avec néanmoins une amélioration significative dans le dernier tiers conclu par un bon solo de guitare (6/10). Et ça remonte très haut avec l'évanescent "Heart of Mine", superbement chanté par Ruud, des partitions de guitare émotionnelles et classieuses, en rythmique puis en lead, ma plage préférée sur l'ensemble de l'album (9/10).

Nous arrivons déjà au terme de l'œuvre avec la suite en six parties "The Great Cover-Up Story" qui affleure les dix-neuf minutes, introduction au synthétiseur pendant les trois premières minutes, piano/voix ensuite avec la paire basse/batterie qui se met en marche sous fond de chœurs puis la six cordes......bref la trame principale d'une pièce de musique progressive......Ce que l'on peut dire pour ou contre TIMELOCK, Ruud STOKER vocalise bien tant qu'il ne force pas son timbre, et vous savez oh combien ! je suis regardant sur la qualité du chant, les grunts de Nino THOMAS dans la quatrième partie de ce "The Great Cover-Up Story" ne sont pas non plus ce que TIMELOCK a décidé de mieux....les deux dernières parties sont tellement plus seyantes et gagnantes à demeurer instrumentales ou légèrement vocalisées, le travail des choristes y est magnifique (8/10), aurait mérité 9 dans d'autres circonstances ! Écoutable mais il y a et il y aura mieux ailleurs en cette année 2022, à mettre sous la pile à écouter...... "Louise Brooks" reste à ce jour pour votre serviteur leur meilleure production, en toute transparence j’attendais mieux de ce "Sygn Yn", peut-être trop?

PISTES / TRACKS

    1. Moving Landscapes (4:56)
    2. Stay Awake (6:09)
    3. Everlasting (7:20)
    4. The Devils Hour (9:12)
    5. Heart of Mine (5:39)
    6. The Great Cover-Up Story (18:59) :
    - Pt. 1: Time Slips Away
    - Pt. 2: War of Words
    - Pt. 3: Revolution
    - Pt. 4: The Glimpse
    - Pt. 5: Footprints in the Sand
    - Pt. 6: Sole Survivor

- Ruud STOKER: Lead & backing vocals
- Martin HENDRIKS: Lead & rhythm guitars
- Julian DRIESSEN: Keyboards, synthesizers
- David GUURINK: Bass guitar
- Rob BOSHUIJZEN: Drums
- Arjen VAN DEN BOSCH: Orchestral keyboards
- Coby VAN OORSCHOT: Backing vocals
- Laura ERADUS: Backing vocals

With:
- Eline OSSEVOORT: Vocals on track 3
- Nino THOMAS: Grunts on part 4 track 6

musiciens / musicians