CHRONIQUE / REVIEW

Time Horizon

Power Of Three

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

February 24, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Melodic Revolution Records

USA

Philippe André - February 2022

INTERVIEW HERE

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Si nous devons remonter à l'origine de TIME HORIZON, il nous faut parler de IRON CLAY POTES. Ralph OTTESON et Dave DICKERSON ont contacté Bruce GAETKE pour rassembler le matériau des deux entités existantes d'alors ; rien de probant n'étant sorti de ce rapprochement, IRON CLAY POTES fut dissous. OTTESON et GAETKE décidèrent de persévérer tous les deux jusqu'en 2004 avec le retour de DICKERSON et l'inclusion de Steve GOURLEY, TIME HORIZON était né et eut le mérite sept ans plus tard en 2011 d’enregistrer son premier disque "Living Water" en autoproduction que j'eus le plaisir de chroniquer à l'époque pour progressivearea.com.

DICKERSON et GOURLEY quittèrent le groupe et furent remplacés par Allen WHITE (basse) et Dave MILLER (guitares, claviers) toujours présents aujourd'hui pour le troisième album.

Hasard ou volonté ce "Power of Three" débute par l'emblématique "Living for a Better Day", emblématique car chanté par l'un des plus grands vocalistes de la scène rock actuelle monsieur Michael SADLER en vedette américaine ou plutôt canadienne (10/10) sans aucune hésitation, un must saga-esque "Miles and Miles Away" d'après les paroles...hum pas si sûr ! Ralph OTTESON est aussi bon claviériste que Jim GILMOUR (si toutefois un jour ce dernier était souffrant, son suppléant serait tout trouvé).

"I Hear I See" nous présente le nouveau chanteur de TIME HORIZON, David Bradley MAU (qui l'avait déjà enregistré sur un album solo que je ne connais pas), un chant assez puissant qui convient fort bien à la pièce en question (8/10). Les deux titres suivants sont un enchainement, avec une première partie instrumentale "Prelude" avant de plonger dans "The Razor's Edge" dominée par un orgue Hammond orgiaque et une six cordes qui ne l'est pas moins, titre chanté par le batteur Bruce GAETKE qui vocalisait déjà dans les albums précédents de TIME HORIZON, une voix un peu plus éraillée que celle de David MAU, un morceau plus AOR que totalement progressif (9/10).

Place à "Steve's Song", hommage au bassiste originel de TIME HORIZON, Steve GOURLEY (décédé début 2018) qui a donné beaucoup de son temps pour l'aide humanitaire (particulièrement au CAMBODGE), une pièce instrumentale traversée de part en part par l'invité Michael MANRING à la guitare basse puis à la fretless (7/10), une plage qui m'a rappelé JAPAN icone de la new wave britannique dans les années quatre-vingt..."Time Wonder Why" est une jolie ballade, certainement le titre le plus radiophonique de l'album, très bien chanté par David MAU, sans réelle ambition progressive certes mais d'une mélodicité sans faille(8/10).

"The Great Divide" est quasiment son exact opposé, une pièce très, très rock, puissante, digne des morceaux les plus rock d'un KANSAS ("Rainmaker") ou d'un STYX ("Renegade"), et on bouge le popotin mesdames et messieurs, le quadrille rockn'rollant est pour tout le monde, les claviers de Ralph OTTESON (piano, orgue, synthétiseur) brillent de mille feux (9/10). Le conclusif "Digital Us" présente un joli métissage de PINK FLOYD pour les voix off et les bidouillages sonores et RUSH pour la guitare et les percussions façon Neil PEART, le mimétisme est assez troublant de la période "SIGNALS/GRACE UNDER PRESSURE/POWER WINDOWS", il y a bien pire comme comparaison (9/10).

Première excellente parution de l'année 2022 que je vous invite sobrement dès à présent à écouter ainsi qu'à lire l'interview réalisé avec Ralph OTTESON.

PISTES / TRACKS

    1. Living for a Better Day (7:48)
    2. I Hear I See (6:53)
    3. Prelude (2:32)
    4. The Razor's Edge (4:57)
    5. Steve's Song (3:59)
    6. Time to Wonder Why (5:39)
    7. The Great Divide (6:09)
    8. Digital Us (6:21)

- David Bradley MAU: Lead vocals, additionnal keyboards
- Ralph OTTESON: Keyboards, piano, Hammond organ, backing vocals
- Bruce GAETKE: Drums, baking vocals, lead vocals on track 4
- Allen WHITE: Electric and fretless bass
- Dave MILLER: Electric guitar, acoustic guitars
- Michael GREGORY: Electric guitar, acoustic guitars

With
- Michael MANRING: Bass solo on track 5

musiciens / musicians