CHRONIQUE / REVIEW

Time's Forgotten

Shelter

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

March 18, 2022

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Melodic Revolutions Records

Costa Rica

Alain Massard - March 2022

9,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

TIME’S FORGOTTEN est le groupe de rock métal progressif du Costa Rica débutant leur vie musicale en 2004 avec Juan Pablo CALVO, ouvrant rapidement pour ANGRA, AVANTASIA et CAST. Du métal prog bien fruité, un peu de zeste néo auquel j’ai accroché en 2009 avec ‘Dandelion’. Une pause en 2015 et ils reviennent hyper-boostés par une chanteuse pour des connotations métal mélodiques évidentes aux riffs percutants et autres réminiscences prog basées sur l’utilisation du clavier à bon escient. Priscilla amène la douceur et la hargne au fil des compositions actuelles où le djent travaillé vient s’incruster pour la section rythmique; du rock estampillé DREAM THEATER de base, THE GATHERING pour la lourdeur métal de leurs débuts et FREQUENCY DRIFT pour la voix associée au symphonisme actuel; un album concept sur la recherche de l’individualité dans une ville tout en restant à l’abri, juste pour lire cette chronique de leur 4e album.

« New Dawn (prologue) » pour l’intro spatiale, lourde et latente, un clavier envoûtant amenant à « City » association voix de Priscilla et instrumentation lourde, de la batterie métronomique à la basse vrombissante, la guitare limite djent posant des notes par saccades; bref un bon métal prog actuel survitaminé à la THE GATHERING rempli de synthés spleen. « Cycle » enchaîne avec un titre mélodique en amont avec une guitare spleen et envoûtante, l’air plus doux sur une déclinaison de ‘City’; ça monte sur une rythmique djent à nouveau suivie d’un break bluesy calme intimiste, très beau moment-là. « Defiant » continue sur la même trame, rythmique lourde bien trempée, air syncopé et une guitare mélodique qui rajoute un peu de douceur; break surprise coupant le titre, Priscilla reprend la route avec sa voix pour remettre un peu d’énergie, voix hargneuse il est vrai à la Chrissie HYNDE. « Accident Of Evolution » et ça dépote grave dès l’intro, bien travaillée, spatiale, rythmée, lourde; bon on est sur un instrumental là, ne cherchez pas plus les seules voix entendues sont celles éructées d’une station radio NASA; des notes de claviers sidérants venant donner un peu de légèreté.

« Waking Up (interlude) » pour ce moment de tranquillité avec piano et instrument à corde faisant vibrer nos oreilles et « Ascension » continue au piano, Priscilla douce avec la guitare d’Ari; un crescendo de fait qui saisit à mi-parcours, des chœurs divins, une basse à la ‘’Seventh Son Of a Seventh Son’’ symphonique, aérienne et ça repart; la voix de Priscilla devient plus hargneuse, provocante, rock sur une Chrissie HYNDE, une Pat BENATAR hachant ses mots; final djent avec un tapping de cordes laissant le son du groupe sur du métal bien actuel, rapide et technique. « Outsider » pour le titre le plus rentre dedans, ça déménage fort dès l’entame genre montée d’escaliers à 4 étages; titre commun ensuite consensuel je dirai et le break bluesy qui tue, charme provocateur guitare-voix langoureuses. « Moments of Clarity » pour une variation avec la mise en avant des synthés donnant une autre vignette musicale de ce que le groupe peut proposer; la fin repart sur un métal prog mélodique. « The Road Home » sur un air spleen rock post, air d’un SIMPLE MINDS du départ, des sons me rappelant les airs nuageux des COMA ROSSI un temps, un peu sur le son ambiant des OCEANSIZE, des GATHERING, un titre qui me confond de joie, montrant que la douceur peut être un plus; la montée orgasmique explosive nous ramène au son de départ. « Sleepless » sublime comme son nom l’indique; comme quoi même un titre ambiant court peut faire basculer le sentiment d’un album.

TIME’S FORGOTTEN frappe un grand coup, se renouvelant avec l’apport d’une voix féminine et d’une trame musicale haute, à la frontière métal prog plus que néo, Technic-djent prog; un album varié où les breaks progressifs arrivent au fil de l’écoute de chaque titre, créant des ambiances différentes et accommodantes. Livrant 50 minutes de pur plaisir, TIME’S FORGOTTEN est à noter pour ce début d’année dans ce tiroir ô combien actuel.

PISTES / TRACKS

    1. New Dawn (prologue) (1:39)
    2. City (6:29)
    3. Cycle (5:14)
    4. Defiant (5:39)
    5. Accident of Evolution (4:10)
    6. Waking Up (interlude) (1:19)
    7. Ascension (7:42)
    8. Outsider (6:05)
    9. Moments of Clarity (5:42)
    10. The Road Home (5:55)
    11. Sleepless (1:47)

- Priscilla Ruiz: Lead vocals
- Jorge Sobrado: Drums
- Ari Lotringer: Lead guitar
- Gonzalo Trejos: Bass
- Juan Pablo Calvo: Keyboards, guitars, vocals

musiciens / musicians