CHRONIQUE / REVIEW

The Round Window

The Round Window

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

September 30, 2022

Format:

CD

Label:

From:

Self-Released

Royaume-Uni / UK

Jean-François Petit - November 2022

6,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

THE ROUND WINDOW est un groupe issu du comté d’Essex à l’est de Londres et nous propose ici leur premier album éponyme aux sonorités plus rock mélodique que purement dites progressives. Pourtant la belle pochette dans le style du célèbre graphiste HUGH SYME (RUSH, IRON MAIDEN, DREAM THEATER, ARENA, MEGADETH) où domine une rosace très colorée, réalisée par le non moins connu PAUL TIPPET, ayant à son bel actif les réalisations d’albums des non moins célèbres groupes FROST*, IT BITES, LONELY ROBOT, GALAHAD, TWELFTH NIGHT (rééditions) et LEE ABRAHAM (ex-bassiste de GALAHAD), et l’album produit par l’excellent ROBIN ARMSTRONG fondateur de COSMOGRAF, pourrait annoncer un bel ouvrage….Mais l’habit ne fait pas toujours le moine, même après de nombreuses écoutes attentives. Vous comprendrez pourquoi au fur et à mesure de la lecture de la chronique.

L’album s’ouvre doucement par une courte et jolie ballade instrumentale (la seule sur les 8 titres), « The Window », relativement inspirée de « Liquidity » de MARILLION sur l’album « Happiness Is The Road » (2008). Cette introduction pourrait nous donner de belles promesses pour la suite. Le second titre « Take My Hand » est le 1er single du groupe sorti le 19 août 2022, sur lequel on entend la voix du chanteur principal, RICH LOCK, accompagné de ses deux frères JACK et THOMAS respectivement à la batterie et aux claviers, du leader guitariste DAVID BRAZINGTON et du bassiste DIETMAR SCHINTAN. Après une intro relativement classique piano/guitare/percussions/basse dans une ligne très pop mélodique, et que n’aurait pas renié le groupe A-HA, la déception arrive très vite malheureusement, d’autant plus que le titre se termine brutalement. La voix d’emblée hésitante, peu variée et peu charismatique de RICH LOCK nous met devant l’évidence, et ce ne sont pas les autres titres qui vont contredire cette impression générale bien au contraire (excepté peut-être l’avant-dernière composition « Avalon »), …. L’ensemble est peu original ni entraînant. On sent que le groupe se cherche, avec quelques idées de ci de là, mais n’accroche pas l’auditeur comme il aurait pu.

Ce serait manquer de franchise que de renier que l’on finit par vite s’ennuyer à l’écoute de l’album. Le jeu de batterie est très binaire, accompagné d’une percussion en fonds où domine régulièrement un jeu de tambourin des plus basiques, tout comme la basse qui ne fait que suivre la rythmique tout aussi linéaire, malgré les assez bonnes tentatives de soli du guitariste principal. Quant au contenu des textes, l’ensemble manque d’originalité à l’image de la musique.

« Among The Clouds » confirme pour moi toutes les fragilités et le manque flagrant de tessiture, de puissance de la voix de RICH LOCK, parfois à la limite du tolérable, et toujours ce fonds pénible des percussions à la dominante au tambourin et cymbale Charleston, et ce malgré les tentatives du claviériste qui essaie vainement de varier les sonorités de ses instruments (quelques passages accélérés au minimoog nous rappelant que THOMAS LOCK a dû souvent écouter MARK KELLY sur les premiers opus de MARILLION, mais la comparaison s’arrête là..), et celles du guitariste. L’écoute même soutenue du titre suivant, « Victory », paraît long (7 minutes) malgré le solo central gilmourien de DAVID BRAZINGTON, et l’intervention de la flûtiste ANGELA GORDON qui, même correctement jouée, n’apporte rien de plus ni de moins au morceau.

Arrivé à la moitié de l’opus, l’attente d’une musique qui pourrait nous emporter ou nous faire enfin vibrer, se fait toujours attendre…Il faut seulement attendre le 7ème et avant-dernier titre pour avoir enfin un morceau qui tient ses promesses, même si la voix a toujours du mal à passer. « Avalon » (tiré de la littérature arthurienne du XIIème siècle, l’île légendaire de la Fée Morgane) est justement le second et dernier single (26.08.2022) sorti à ce jour de l’album et sort nettement des 8 titres de « The Round Window ».

Titre très calme (comme la grande majorité de l’album) encore en demeurant mais équilibré, avec de belles harmonies et solo de bon aloi à nouveau très inspiré du leader de PINK FLOYD. L’album se termine par le plus long titre « Another Chance » aux émanations « marillionesques » au niveau des claviers assez proches d’ « Asylum Satellite #1 » (sur la 2nd partie d’ « Happiness Is The Road » en se concluant pathétiquement par les laborieux « Oh, Oh …! » du chanteur, identiques à ceux entendus sur la fin d’ « Avalon ».

Pour conclure, le premier essai de THE ROUND WINDOW, même avec le soutien du leader de COSMOGRAF, et malgré de nombreuses écoutes soutenues, n’est pas concluant pour moi et l’ensemble ne décolle pas. Si THE ROUND WINDOW désire « sortir du lot », il doit radicalement « changer sa musicalité et sa voix d’épaule » et faire preuve de beaucoup plus d’originalité s’il ne veut pas rester en 2nde voire 3ème division, et éviter de « tourner en rond ». Ne fermons pas définitivement la fenêtre à ce groupe qui ne pourra que faire mieux s’il sort un éventuel second opus… Si vous vous contentez de cet album en fonds sonore, il peut faire partie de votre discothèque, mais si vous cherchez l’originalité et les changements de rythmes, passez votre chemin. A suivre (ou pas) …

PISTES / TRACKS

    1. The Window (3 :30)
    2. Take My Hand (6 :26)
    3. Among The Clouds (5 :29)
    4. Victory (7 :03)
    5. Out Of Time (6 :56)
    6. Nobody Home (5 :18)
    7. Avalon (5 :35)
    8. Another Chance (9 :00)

David Brazington – Electric & Acoustic guitars
Jack Lock – Drums, Percussion, Vocals
Rich Lock – Vocals
Thomas Lock – Acoustic guitars, Keyboards, Vocals
Dietmar Schantin - Bass

musiciens / musicians