CHRONIQUE / REVIEW

The Pineapple Thief

Give It Back (Rewired)

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 13, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Kscope

Royaume-Uni / UK

Julian Zabelssøn - August 2022

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Après une passade plus chauvine et locale, je m’attaque dans cette douzième chronique à des géants tout droit venus de la perfide Albion : The Pineapple Thief, que l’on ne présente plus dans le monde du rock progressif, nous arrive avec un album un peu particulier. « Give it Back (Rewired) » n’affichant pas ses parenthèses sans raison, est une version actualisée de morceaux issus des albums « Little Man », « All the Wars » ou encore « Tightly Unwound », assaisonné à la sauce Gavin HARRISON (ai-je vraiment besoin de vous dire qui il est ?). État des lieux :

Étant un béotien de ce groupe, je vais profiter de cet œil neuf pour traiter le sujet comme un album à part entière, sans chercher à savoir de quel album viens tel morceau ni faire un comparatif soporifique avec les originaux : « Wretched Soul » donc attaque fort, un rock bien anglais bien gras, un riff ravageur porté par le chant saturé style mégaphone de Bruce SOORD. « Dead in the Water » ensuite ou comment transformé « je n’arrive pas à plug mon jack » en idée rythmique, absolument génial, qui nous délivre ensuite une composition planante mettant bien en valeur la légende HARRISON et son jeu technique et léger.

C’est déjà l’arrivé de mon fameux morceau éponyme, « Give it Back » met cette fois ci à l’honneur la basse de Jon SYKES dans son couplet (ce tone mes amis), puis joue sur des allers retours entre le chant et la rythmique, très joli outro en litanie. « Build a World » apporte de la fraicheur auditive en ouvrant sur un duo mallets/cordes et des refrains piano rock, entre intimité et originalité.

Pour « Start Your Descent » on est en plein dans la ballade rock progressif, les harmonies sont belles et riches, parfaitement portées par la guitare (acoustique cette fois) envoutante de Bruce SOORD. Avec « 137 », c’est un retour dans les années 2000, cette période bénite pour tous les milléniales ou tout était sous exposé et fait de vêtements noirs (vous comprendrez en entendant les samples de l’intro). « Shoot First » reviens à des racines plus proches du rock anglais évoqué en introduction, et m’évoque dans sa texture mes petits chouchous australien de chez Karnivool, dont The Pineapple Thief est peut-être une influence.

« Boxing Day » n’évoquera peut-être rien à mes lecteurs français, mais pour les anglo-saxons, c’est le jour férié qui succède à noël, en exécution cela donne une ballade mélancolique qui laisse de la place au piano de Steve KITCH, jusque-là plutôt en retrait. Ce qui est sûr avec cet album c’est qu’au moins l’oreille ne s’enferme pas dans une ambiance (peut-être l’avantage d’un album pot-pourri), avec ce « Warm Seas » qui ouvre sur un riff stoner qui fleure bon le cactus et le sable de la vallée de la mort.

« Someone Pull Me Out », très wilsonien dans son approche, opte pour un tutti rythmique sur une structure en 5/4, une vraie réussite. « Last Man Standing » se lance et immédiatement j’ai l’impression que ce morceau aurait pu être interprété par Jim MORRISON ou Roger DALTREY (qui l’auraient peut-être interprété moins en retrait), je ne sais pas si l’hommage est voulu mais il résonne chez moi. Enfin, « Little Man » achève l’album en douceur sur une ballade acoustique tout en rondeur.

Cet album aura été compliqué à chroniquer pour moi, l’aspect pot-pourri sans doute, et même si tous les albums ne doivent pas forcément être des concepts qui se suivent, la temporalité de composition éparse se ressent. N’en demeure pas moins un très bon album de rock progressif anglais, exécuté de main de maitre par des artistes de renom qui n’ont plus rien à prouver, surtout pas à moi.

PISTES / TRACKS

    1. Wretched Soul (05:27)
    2. Dead in the Water (04:45)
    3. Give it Back (06:20)
    4. Build a World (03:42)
    5. Start Your Descent (04:23)
    6. 137 (05:05)
    7. Shoot First (03:44)
    8. Boxing Day (03:26)
    9. Warm Seas (03:59)
    10. Someone Pull Me Out (04:00)
    11. Last Man Standing (05:16)
    12. Little Man (03:53)

Bruce SOORD – Vocals, Guitar
Jon SYKES – Bass
Steve KITCH – Keyboards
Gavin HARRISON – Drums

musiciens / musicians