CHRONIQUE / REVIEW

The Bardic Depths

Promises Of Hope

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 24, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Gravity Dream

Multi

Philippe André - September 2022

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

THE BARDIC DEPTHS revient avec un nouveau line up pour ce second album "Promises Of Hope", la principale innovation étant la présence comme membre à part entière de Peter JONES, Robin ARMSTRONG coproduisant le disque et intervenant comme musicien additionnel.

Le synopsis de l'album a été écrit par le professeur d'histoire américain Brad BIRZER cofondateur de THE BARDIC DEPTHS (et co-compositeur de la majorité des morceaux), il décrit les affres du suicide et leur possible rédemption. Neuf titres pour un peu plus d'une heure de musique sont au menu. Précisons en outre que ce "Promises of Hope" est dédié à la mémoire de David LONGDON accidentellement et trop tôt disparu.

Notre repas commence avec "And She Appeared", l'une des pièces les plus énergiques de l'album à mi-chemin entre le progressif et le pop prog, une pièce entrainante qui donne envie d'esquisser quelques pas de danse, fréquentable sans pour autant crier au génie (8/10). "Regal Pride" suit cette mise en bouche facile d'écoute, un très cool "down" tempo popisant également avec un joli motif saxisé (7/10) mais un poil trop répétitif à mon gout puis le long "Consumed" et ses presque huit minutes à connotation celtique (le Penny Whistle de Peter JONES n'y étant pas étranger) , du rock mélodique plus que du rock progressif, un terme par ailleurs revendiqué par Dave BANDANA lui-même, l'une de mes pièces favorites de l'album (9/10).

Ma préférée sera la suivante "The Burning Flame", une plage un rien mystérieuse dans son entame, peu et superbement chantée (Peter JONES évidemment), portée par les guitares soli de Kevin McCORMICK d'abord puis de Gareth COLE ensuite, la beauté première en musique elle est là (10/10). Des couleurs et des formes pleines, du saxophone comme s'il en pleuvait, seul Peter JONES est capable d'une telle performance à l'instrument, une plage instrumentale haut de gamme et somme toute aventureuse (9/10). "Why Are You Here ?" qui suit, saxo toujours en préambule mais avec du chant, une pièce que je trouve personnellement et subjectivement un peu mollassonne, heureusement rehaussée par le travail des six cordes au mitan, correcte sans plus (7/10).

Les deux plus courts titres de l'album à présent avec tout d'abord "Returned" à tendance orientalisante, plus pop que prog, intéressant sans être un sommet non plus ; à noter le drumming métronomique impulsé par Tim GEHRT, batteur du groupe STREETS (Steve WALSH) à l'orée des années quatre-vingt (8/10), puis "The Essence" qui lui est franchement inspiré de la même période avec une saveur A FLOCK OF SEAGULLS pour les irréductibles qui connaissent (la guitare comme la paire rythmique et même les intonations vocales qui pourraient provenir du gosier de Mike SCORE !), j'aime beaucoup mais je ne suis pas impartial sur ce coup-là....(9/10).

Le clap de fin avec "Imagine", le plus long titre du disque, pas loin des dix minutes, introduit à l'orgue d'église par Richard KREUGER avant l'apparition du mellotron en nappes puissantes (Paolo LIMOLI) couplé avec le piano du même homme et la guitare lyrique de Gareth COLE, nous n'oublierons pas le saxophone (encore et toujours)enjoué de Peter qui envoie cette pièce totalement progressive dans une autre dimension, bien chantée par Dave BANDANA et Peter JONES et qui se clôt comme elle avait débuté par une courte partition d'orgue d'église (10/10).

Les grincheux diront que THE BARDIC DEPTHS n'ont rien inventé, ce sur quoi je suis en accord, mais c'est tellement agréable et bien ficelé que le pardon est de mise.

PISTES / TRACKS

    1. And She Appeared (7:47)
    2. Regal Pride (5:18)
    3. Consumed (7:57)
    4. The Burning Flame (6:01)
    5. Colours and Shapes (7:14)
    6. Why Are You Here? (7:51)
    7. Returned (4:50)
    8. The Essence (4:34)
    9. Imagine (9:38)

- Dave BANDANA: Keyboards, synthesizers, guitars
- Peter JONES: Keyboards, vocals
- Gareth COLE: Guitars, guitar solo
- Tim GEHRT: Drums

With:
- Robin ARMSTRONG: Keyboards, bass guitar, Hammond organ
- John William FRANCIS: Marimba
- Paolo LIMOLI: Piano, Fender Rhodes, mellotron on track 9
- Kevin McCORMICK: Guitars, guitar solo, classical guitar on tracks 2 and 3
- Donny O CONNELL: Violin on tracks 3 and 5
- Mike WARREN: Cello on tracks 6, 7 and 9
- Olga KENT: Violin on track 6
- Richard KREUGER: Organ on track 1, Church organ on track 9
- John William FRANCIS: Marimba on tracks 4, 7 and 9
- Sally MINNEAR: Vocals on track 2

Special Guests:
- Graham SMITH, Cliff PEARSON, Phil CLAYTON, Lily MILLER, Tim MARTIN, Kevin THOMPSON, Rob BIRNHOLZ, Miles Alexander SCHOFFIELD, Scotty SCOTT, Paul TURNER, Kimberley JONES, Dick DAPRE,
Debbie DAPRE, Martin HASKELL: Additional vocals contribution

musiciens / musicians