CHRONIQUE / REVIEW

The Aristocrats

The Aristocrats With Primuz Chamber Orchestra

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 3, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Boing! Records

UK/USA/Germany

Alain Massard - June 2022

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

THE ARISTOCRATS c’est d’origine pour donner suite à une blague salace, c’est surtout Guthrie, Bryan et Marco, 3 musiciens qui ont trempé leurs noms dans différents groupes; du rock fusion au heavy prog, du blues au jazz-fusion progressif vitaminé. Ils ont pris de l’esprit musical des RETURN TO FOREVER, MAHAVISHNU ORCHESTRA, KING CRIMSON et UK, du grand Steve VAI, Joe SATRIANI, de ZAPPA pour le côté fusion avant-gardiste. Guthrie vu avec ASIA et après GPS montre tout son savoir et mérite d’être reconnu pour son talent. Album enregistré à la suite d’une vue desdits musiciens de l’orchestre en question et envie finale d’aller plus loin avec Wojtek LEMANSKI et ses 22 pièces classiques. Titres de la discographie des ARISTOCRATS mixés, retravaillés, re-imaginés pour magnifier la présence de l’orchestre mais jetons-y un œil.

« Culture Clash » de 2013, met l’ambiance en montrant la symbiose qu’un orchestre peut amener à un groupe rock; déclinaison jazzy plus sirupeuse, mise en valeur de la guitare et basse rythmique jonglant avec l’orchestration classique des cordes; on revient sur le jazz psyché des MAHAVISHU ORCHESTRA. La batterie sciée par des violons et un titre déconcertant de fraîcheur. « Stupid 7 » suit sur un registre tonique où nervosité et breaks avec les cordes fait mouche, peut-être trop même car trop court. « The Ballad of Bonnie and Clyde » et son intro classique aux violons killers ça tombe bien, pour un voyage méditatif lorgnant vers le blues intimiste; l’histoire est bien celle de cochons, à prendre au 1er ou 2e degré avec les bandits légendaires; air grandiloquent pour cela, sinistre et jovial comme quoi ils s’aimaient eux aussi avant d’être des renégats. Le final fusion en fait un feu d’artifice musical dantesque. « Dance of the Aristocrats » remaniée synthé, électro, vitaminée comme une fusion VAI et RETURN TO FOREVER complètement déjantée; les violons nerveux répondant à la basse et un solo guitare de Guthrie assassin pour la fin.

« Through the Flower » masterpiece hard prog bluesy mettant en valeur les trois compères avec l’orchestre de chambre ‘meublant’ et revisitant la trame musicale pour amener plus de chaleur; titre long à l’ambiance envoûtante qui passe facilement comme sur ceux de BUCKETHEAD en mode bluesy-stoner; ça vibre et Guthrie fait exploser l’air dans un final assourdissant de re-créativité.

« All Said and Done » avec un pizzicato en hors-d’œuvre, titre où PRIMUZ vole la vedette par sa présence, les musiciens semblant se mettre en retrait pour ne se montrer que par touches solo dont celui de Bryan puis Guthrie tournoyant. « Jack’s Back » avec des cordes en feux follets virevoltants, un violon bondissant et une osmose presque parfaite avec les instruments rock qui viennent furtivement et de façon chirurgicale; à 5 minutes c’est musique de chambre sombre et sinistre comme sur un mont chauve! Oui cette association permet d’amplifier les titres (j’ai fait l’effort de les réécouter d’origine) et cette relecture décuple le son ARISTOCRATS. « Ohhhh Noooo » pour la fusion des différents musiciens secondés par une envolée de violons pour un long crescendo entrecoupé d’archets dithyrambiques; à ce moment force est de constater que c’est bien le Rock hard, prog ou bluesy qui prend la main mise sur les veloutes jazzy. « Last Orders » pour conclure avec la pièce bucolique enfin progressiste au vu de ce hautbois, de cette clarinette, de ces violons, de cette atmosphère baroque du titre dernier de 2019. Titre calme, pastoral, émouvant se déclinant comme une douceur parfaite et un break chauffant sur trompettes avant que la guitare de Guthrie ne fasse son show; ça redescend comme si ce break n’avait pas eu lieu, suis-je hypnotisé? Le second solo bluesy amène sa touche d’émotion finale.

THE ARISTOCRATS ont donc pris le pas de s’amouracher le temps d’un album à l’association avec un orchestre classique; une alchimie qui passe parfaitement au vu du style qu’ils proposent, son fusionné et fusionnant briseur de tiroirs. De l’art rock bouleversant qui booste le son THE ARISTOCRATS, qui montre que la musique est universelle, qui permet d’aller réviser dans la discographie dudit groupe avant de se repasser cet album unique fait de reprises magnifiées. Album faisant penser à un album nouveau de fait. Album amenant à la méditation et à la rêverie, au rythme effréné et alcalin, paradigme musical dans toute sa probité.

PISTES / TRACKS

    01. Culture Clash (7:00)
    02. Stupid 7 (3:52)
    03. The Ballad of Bonnie and Clyde (9:35)
    04. Dance of the Aristocrats (6:39)
    05. Through the Flower (11:26)
    06. All Said and Done (5:26)
    07. Jack’s Back (7:43)
    08. Ohhhh Noooo (6:48)
    09. Last Orders (10:27)
    Total : 68’56’’

Guthrie Govan: Guitars
Bryan Beller: Bass
Marco Minnemann: Drums
With:
Wojtek Lemański: String Arrangements
Łukasz Błaszczyk: Conductor
Primuz Chamber Orchestra: Strings

musiciens / musicians