CHRONIQUE / REVIEW

Soulsplitter

II: Connection

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

March 11, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Self-Released

Allemagne / Germany

Alain Massard - July 2022

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

SOULSPLITTER se décrit comme un collectif de musique d’art allemand, avant-gardiste ayant sorti l’un des meilleurs albums en 2019 sur une base jazz-prog-métal alternatif en l’occurrence le fameux ‘Salutogenesis’ ; ils œuvrent dans la direction de DREAM THEATER et OPETH. Ce nouvel opus donne la voix à Sami pour plus de continuité ; différent pour éviter de citer des grands dinos à chaque titre, différent car plus posé, net, concis, distillant un son propre et singulier maintenant.


‘Disconnected’ sur du rock djent genre TESSERACT, plus modulé que leur premier opus, frais, rythmé, une évolution jazzy soft et une ambiance planante comme de l’eau dégoulinant d’une cascade et signant là le caractère progressif ; final sur une voix douce. ‘Glass Bridge’ intro guitare acoustique, titre cool aux vocaux sur un riff typé TERRAMAZE et autres groupes PERIPHERY ou ANIMALS AS LEADERS ; un superbe solo guitare et une déclinaison avec un piano synthé qui met le rythme. ‘Incineration’ enchaîne avec ce riff caractéristique des puristes, une basse lourde sur un coulis de notes ; la voix est groove, d’outre-tombe, dénote pour le non habitué, on est loin du prog ; paf déclinaison mélodique limite classique avec violon pour faire taire, éclatant.

‘Erosion’ avec réverbération de l’air et ballade à la LEPROUS, voix tirant haut, litanie musicale qui monte tout en gardant cette trame ; l’air saccadé arrive et donne l’intensité, la rythmique avec ce piano qui distille ses notes comme une marguerite ses pétales au vent ! La bonne surprise de cet album comme quoi la douceur pondérée peut être un plus, titre juste sublime.

‘Thrive’ continue sur la douceur du son avec un riff djent tonique saccadé ; étonnant puisque l’on ressent surtout la voix toute en émotion ; un long solo vient confirmer la composition avant-gardiste classique avec violon et piano avant le final pyrotechnique. ‘Gratitude’ air country-jazzy prog déclinée à la sauce SOULSPLITTER ; ça sent l’instrumental, c’est rythmé, c’est frais, assez convenu mais agréable, ça passe comme un interlude ; le solo guitare rythmé accompagné du petit piano accélère d’un coup pour donner du peps métal moderne ‘Reconnected’ piano cristallin avant l’attaque mitrailleuse ; la voix passe par un soubresaut hurlé sur une base aigue devenant lyrique, bref étonnant toujours avant-gardiste.

SOULSPLITTER s’oriente sur un rock métal bigarré contemporain, progressiste dans son évolution musicale ; des arrangements mélodiques pour poser l’auditeur, des compositions survoltées associant spleen et débauche d’énergie contrôlée, du prog métal djent saupoudré de cordes et piano pour un condensé de musique actuelle. Un son condensé qui perd un peu de sa folie créatrice du départ, un HAKEN posé.

PISTES / TRACKS

    1. Disconnected (7:05)
    2. Glass Bridge (6:06)
    3. Incineration (4:09)
    4. Erosion (5:15)
    5. Thrive (5:57)
    6. Gratitude (4:44)
    7. Reconnected (7:12)

    Total : 40’28’’

- Simon Kramer: Guitars
- Felix Jacobs: Bass
- Lewin Krumpschmid: Keyboards
- Fenix Gayed: Drums
- Sami Gayed: Vocals

With:
- Norddeutsche Sinfonietta: Strings
- Viktorija Kukule: Vocals
- Jan Kaiser: Trumpet
- Johannes Weissschnur: Synthesizers

musiciens / musicians