CHRONIQUE / REVIEW

Sintesi Del Viaggio Di Es

Gli Ableri Di Stavropol

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

January 7, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Lizard Records

Italie / Italy

Mario Champagne - May 2022

7,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

« Sintesi del Viaggio di Es » est une formation italienne de Bologne qui est issue du regroupement de trois ex-membres de la formation SITHONIA qui produisit plusieurs albums de 1989 à 2011 dans un style très « seventies » avec une inspiration allant de GENESIS à PFM. Deuxième album de ce sextuor actuel, qui fait suite à celui de 2017 « Il Sole Alle Spalle », et qui profites de quelques invités au violon et à l’accordéon, où on y retrouve un style un peu différent, puisqu’il fait plutôt dans un genre prog folklorique très « seventies » accompagné de guitares électriques lourdes qui rehaussent plusieurs titres par des rythmes martelés, solides et grinçants.

Presqu’un album concept, “Les Arbres de Stavropol » en français, sur une thématique reliée à cette ville russe du Caucase du Nord connue pour ses larges parcelles de terre très arborées dans une zone très venteuse et fertile qui laissent croire que cette mer d’arbres s’exprime par le bruissement de ses feuilles pour commenter sa vision du monde. L’histoire y est ainsi campée, mais aussi dans d’autres lieux insolites à Saint-Pétersbourg et Moscou, mais cela se passe évidemment avant la guerre actuelle qui rend cette contrée un peu moins attirante et glamour, comme on peut tous le comprendre.

Je sais que plusieurs de nos fidèles lecteurs adorent le rock progressif italien, mais certains beaucoup moins quand le chant se montre très présent à cause de la non-maitrise de cette langue. Dans cet album le chant y est très présent et de bonne facture, mais il y a malgré tout beaucoup de belles sections instrumentales rehaussées par la classe de la flûte traversière qui vient faire écho à des airs connus d’HARMONIUM ou de TULL, qui sont eux bien inscrits dans notre subconscient. Le contraste entre cette flute très douce qui nourrit la trame folklorique de cette œuvre et la puissance électrique des guitares, la force des lignes de basse, ainsi que l’ardeur de Nicola ALBERGHINI sur les fûts, qui puisent leurs fougues dans le répertoire du « hard rock », fait son effet, et rend plusieurs moments très appréciables.

Je dois avouer qu’une première écoute superficielle m’avait laissé de marbre, peut-être parce que j’avais trouvé au niveau de la production quelques choix questionnables sur les premiers titres, dont des notes cassantes et des sons de claviers empiétant sur les autres instruments dans une ambiance mélancolique et grise. Mais à force d’investissement personnel, l’album se révèle doucement à partir du troisième titre et cela monte en puissance. Ce n’est pas un album de démonstration technique car on opte plutôt pour des alignements mélodiques dans une dentelle où se croise la panoplie d’instruments choisis, où le symphonique, les passages ethniques locaux et le rock font aussi bon copinage, comme dans les titres « L’eta d’Oro » et « Strade di Fango » où on a l’impression d’avoir changé de « band » après la grise mine des premiers titres. Cette formation nous propose aussi deux titres instrumentaux où raffinement et composition soignée sont mis en valeur, dont dans la délicate et classique « Adria » où se juxtaposent piano, guitare acoustique et violon. Ma préférée de cet album, c’est l’autre pièce instrumentale majestueuse « Grazie per Gli Anni e per i Giorni », où le son est massif, grave, bercé par des claviers « Ambiant » aux faux airs Pop, où la guitare électrique succède à l’acoustique, où l’accordéon nous donne l’impression de rejoindre la cousine d’Amélie POULAIN. Les choses se présentent sérieusement en mode Néo Prog avec « Una Nuova Passeggiata », avec enfin une belle complexité, en continuel changement de rythme, avec solo de flute et des synthés à la IQ. La pièce finale de l’album avec ses 14 minutes représentera pour vous un bon concentré de tout ce que vous aurez pu entendre depuis le début. La flute, lorsqu’elle apparait, illumine tout, et prends pour un très court instant des airs de TULL dans ce titre où tout y passe que ce soit symphonique, folklorique, Prog lourd et l’inspiration issue du Prog italien. De plus, le chant y est excellent.

Globalement, on peut passer un très bon moment en compagnie de cet album, quoique je recommanderais de commencer son écoute par les deux derniers titres, et si cela vous plait, le reste passera comme du beurre dans la poêle. Leur son est résolument moderne et cette équipe nous offre une grande variété stylistique aux contrastes intéressants. Bien joué, bien chanté, pour ma part j’ai trouvé que la voix de Marco GIOVANNINI se bonifiait ou s’appréciait mieux au fil de la progression des titres de l’album. Bonne écoute !

PISTES / TRACKS

    1. Come le Foglie (Parte 1) (2:54)
    2. Gli Alberi di Stavropol (5:26)
    3. Regina in Lacrime (6:39)
    4. L'eta d'Oro (4:39)
    5. Adria (2:15)
    6. Una Nuova Passeggiata (6:46)
    7. Come le Foglie (Parte 2) (2:53)
    8. Strade di Fango (3:54)
    9. Grazie per Gli Anni e per i Giorni (3:22)
    10. Il Viaggio di Es (14:08)

Marco GIOVANNINI -Vocals
Sauro MUSI - Guitar
Valerio RODA – Bass & Bass Pedals
Maurizio PEZZOLI - Keyboards
Eleonora MONTENEGRO - Transverse Flute
Nicola ALBERGHINI – Drums
Barbara RUBIN – Violon
Maria Grazia PONZIANI – Accordion

musiciens / musicians