CHRONIQUE / REVIEW

Sammary

Monochrome

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

April 29, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Progressive Promotion Records

Allemagne / Germany

Mario Champagne - August 2022

6,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Deuxième essai pour le multi-instrumentiste allemand de la région de Francfort, Sammy WAHLANDT, tête pensante et « leader » du projet SAMMARY, qui a écrit et enregistré tous les morceaux lui-même, et qui est accompagné sur son nouvel album par un trio de chanteuses et une artiste invitée spécialiste du sitar oriental. Ce nouvel album fait suite au « EP » « Sammary » publié en 2020, dans un style art rock « indie » angoissé, au sein d’un concept axé globalement sur le questionnement existentiel de ce qui définit les êtres humains, leurs pulsions, qu’elles soient sombres ou joyeuses dans leurs actes d’amour ou de haine. Le jeune homme aurait trouvé ses influences auprès de formations très actuelles dont « Pure Reason Revolution », « The Pineapple Thief », « Anathema », « The Gathering » et « Within Temptation ».

Musicalement parlant, on y retrouve une certaine complexité au niveau de l’ensemble des compositions, avec des variations de rythmes parfois bizarres, des sonorités hétéroclites, le tout allié à un chant féminin souvent d’une grande beauté, simple et efficace, mais dans des ambiances, je le regrette, plutôt monotone et répétitive comme on pourra le découvrir au fil du déroulement des titres relativement courts. Pour ma part, je n’ai pas toujours trouvé cela très rock progressif. On navigue plutôt dans les eaux d’une Pop anxiogène et dépressive, entre musique électro des années 80 et 90, avec des ballades qui ne lèvent pas nécessairement et beaucoup de passages symphoniques lourds aux accents métalliques. L’inspiration vient aussi des musiques alternatives et dans le titre « Soft », on reconnaitra facilement un chant aérien dépouillé à la Thom YORKE de RADIOHEAD, et cette séquence est plutôt bien réussie.

Globalement, on retrouvera ici et là plusieurs bonnes idées intéressantes bien développées. Le chant des dames est généralement excellent quoiqu’il fut assez difficile de les différencier. Elles se débrouillent toutes très bien, rien à ne leur reprocher, mais rapidement, dans ces propositions « Pop » camouflées, flirtant parfois avec l’électro rappelant les succès commerciaux de DEPECHE MODE (« Sweet Affliction »), les sensations de vieux disques de « Buddha Bar » et les montées en puissance brutales qui surviennent sans réelle surprise puisque que l’ensemble se montre extrêmement prévisible, et bien il arrive qu’on finisse par s’ennuyer et à ne plus différencier les œuvres proposées. Quant à la production, on aurait pu faire beaucoup mieux à ce niveau. Le son est souvent très sourd et caverneux, et certaines sections musicales donnent des impressions de grésillement. Malgré tout, il y a du bon, et on peut sentir un talent indéniable qui pourrait bien nous surprendre lors de prochaines parutions. Titres préférés : « 219 » Bonne écoute!

PISTES / TRACKS

    1. Black And White (01:55)
    2. Soft (04:25)
    3. 218 (04:47)
    4. A Kiss Without A Meaning (04:55)
    5. 219 (05:18)
    6. Sweet Affliction (04:53)
    7. Open (04:19)
    8. 220 (03:29)
    9. Killing Another Person (03:44)
    10. Monochrome (04:37)
    11. Epilogue (00:37)

Sammy WAHLANDT – All Instruments
Stella INDERWIESEN – Vocals
Larissa PIPERTZIS – Vocals
Marie STENGER – Vocals
Eleanna PITSIKAKI – Kanun (Oriental sitar)

musiciens / musicians