CHRONIQUE / REVIEW

Ranestrane

Apocalypse Now

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 21, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Ma.Ra.Cash Records

Italie / Italy

Philippe André - July 2022

9,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Septième album pour RANESTRANE en ce printemps 2022 et septième album qui unit la musique et le cinéma. Après Alan PARKER et son mur voici la relecture de la guerre du Vietnam, la plus grande plaie restée ouverte pour la nation américaine comme l'avait mise en scène et en images Francis Ford COPPOLA en 1979, il y a quarante-trois ans déjà...Évidemment nous avons affaire à un album conceptuel, ceux qui n'apprécient pas ce format peuvent donc passer à autre chose.

Et ça commence très fort, très fort avec "Saigon" (10/10) une pure merveille mélodique dans la meilleure tradition du RPI, remarquablement chantée par Daniele POMO. "Cuore di Tenebra part one" s'inscrit dans la même veine en plus court (9/10), nous sommes au cœur de la nuit dans la jungle vietnamienne. ’’Dossie’’ est une introduction parlée qui nous présente le premier épique de l'œuvre "Napalm" supérieur aux vingt minutes, divisé en quatre parties, d'un lyrisme à tomber, que ce soit Massimo POMO aux guitares ou Riccardo ROMANO aux claviers, nos deux solistes brillent de mille feux (9/10), nous avons la fausse impression d'une extrême facilité comme l'eau d'une source qui s'écoule avec lenteur, des influences floydiennes presque inévitables apparaissent çà et là en fond sonore (bruits d'hélicoptères et de foule, cris dans la foret, voix d'enfants...) ce n'est évidemment pas innocent puisque l'album précédent du quatuor transalpin était "The Wall", aucun plagiat ici, l'influence principale demeure PINK FLOYD.

Fin de la première partie en admettant que nous puissions découper cette œuvre en plusieurs rondelles ? La "Playmate" n'a rien à voir avec un quelconque magazine de charme et ce sera pour moi le titre le moins intéressant de l'œuvre tout en restant parfaitement fréquentable avec une guitare métallique et encore des hélicoptères et des ordres aboyés au milieu de nulle part (7/10), le moins bon chez RANESTRANE pourrait être le meilleur chez d'autres. Second épique avec "The Eden Cries", un peu supérieur à dix minutes qui débute par des nappes de claviers évanescents, avec le chant divin de Daniele POMO encore une fois, avant que ne déboule la six cordes de son frère Massimo, ce n'est pas le paradis dans la jungle mais bien plus dans la musique du quatuor italien, du haut niveau progressif relativement tourmenté (9/10). La seconde partie de" Cuore di Tenebra" (8/10) va servir d'introduction au troisième épique de l'album avec des samplers flutées de Riccardo ROMANO, chant et batterie tout en retenue émotionnelle (le chant de Daniele est vraiment une pure merveille, je précise pour les réfractaires à la langue de DANTE).

Avec "The Horror" tout est dit dans son intitulé, une pièce malgré tout bien calme dans son premier tiers, afin de poser l'histoire justement, les trilles de guitare ne débutent qu'à la cinquième minute soutenues par des notes de claviers aériennes et multiformes (joli piano et échantillons violonisés), les paysages musicaux sont ici d'une réelle beauté formelle, le rock progressif symphonique à son sommet, rien à ajouter… (10/10), vous avez dit "perfection" ?

Le nouveau Dieu qui clôt l'œuvre est un mid tempo dans la plus pure tradition du rock progressif italien (RPI) porté par une six cordes lyriques et des claviers ad hoc qui la rejoignent au mitan de la pièce, le tout facile d'écoute pour peu que vous soyez déjà familiers avec RANESTRANE, les deux minutes de clôture sont en fait la partie trois de "Cuore di Tenebra" que nous avions pu écouter plus avant dans l'album (8/10).

Conclusion un opus de grande qualité de nos amis transalpins, un de plus devrais-je dire, l'une des très rares formations actuelles qui n'a jamais fauté depuis ses débuts.

PISTES / TRACKS

    1. Saigon (7:03)
    2. Cuore di Tenebra Pt. I (3:58)
    3. Dossier (1:56)
    4. Napalm (20:12)
    - i. Arc Light
    - ii. Kilgore Pt. I
    - iii. Apache
    - iv. Kilgore Pt. II
    5. Playmate (6:21)
    6. The Eden Cries (10:37)
    - i. The Eden Cries Pt. I
    - ii. The Eden Cries Pt. II
    7. Cuore di Tenebra Pt. II (4:33)
    8. The Horror (16:21)
    - i. Kurtz
    - ii. Metodi Malsani
    - iii. Falso Idolo Pt. I
    - iv. Like Some Grandmother
    - v. Solo la Verita
    - vi. Sacrifice
    9. Un Nuovo Dio (6:52)
    - i. Falso Idolo Pt. II
    - ii. Cuore di Tenebra Pt. III

- Massimo POMO: Electric, acoustic & classical guitars
- Riccardo ROMANO: Keyboards, backing vocals
- Maurizio MEO: Bass, electric double bass
- Daniele POMO: Drums & percussion, lead vocals

musiciens / musicians