CHRONIQUE / REVIEW

Rafael Pacha & Kimmo Porsti

Views From The Inner World

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

September 26, 2022

Format:

CD

Label:

From:

Seacrest Oy

Intl

Mario Champagne - October 2022

8,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Si vous êtes comme moi un mordu des SAMURAI OF PROG et de toutes les différentes moutures à géométries variables de cette vaillante équipe qui génère des albums solos, en duos, en trios, ou sous d’autres dénominations, pensons ici à THE GUILDMASTER, afin de pouvoir creuser un sillon musical différent, alors vous avez surement comme moi pris un deuxième hypothèque sur votre maison pour vous offrir toutes leurs œuvres, tant ces galériens du Prog ne ménagent pas leurs efforts pour nous offrir des produits de qualité en quantité. C’est qu’il faut suivre! Cette année déjà, on a eu droit à l’album « Guildmaster 2 » et « Spaghetti 4 », si je ne fais pas de boulettes! Et il y en a un autre qui vient tout juste d’être publié, sur une thématique spatiale, «: Anthem to the Phoenix Star »! Je vous le dis, ils vont me ruiner! Qu’est-ce qui explique un tel rendement? A mon avis, ces types composent en dormant! Je ne vois pas autrement!

Nous connaissons déjà très bien le finlandais Kimmo PÖRSTI, batteur des SAMURAIS. Quant à l’espagnol Rafael PACHA, moins connu, c’est un des collaborateurs les plus engagés dans l’entourage des SAMURAIS et c’est le principal compositeur du projet à orientation folk THE GUILDMASTER. Il faut dire que cet homme-orchestre sait jouer de tout, et surtout les instruments anciens qu’il semble adorer ! Dans ce premier album ensemble, qu’ils ont voulu marquer de leurs influences musicales personnelles, ils ont décidé de prendre, pour leurs compositions, la voie du Prog symphonique pour se distancier de THE GUILDMASTER et de son aspect folklorique médiéval. Ils ont été aidés par Dan SCHAMBER qui a écrit les paroles des chansons et qui a apporté différentes idées pour cette première collaboration. A noter que ceux-ci ont pu également compter sur les amis de la famille SAMURAI, puisque Marco BERNARD et Marek ARNOLD sont également de la partie.

Nos comparses nous offrent donc dix morceaux pour la plupart instrumentaux mais trois contiennent des performances vocales. La première constatation à l’écoute de ces morceaux, c’est l’ambiance réjouissante qui en émane. Cela transpire la joie, l’allégresse, donc une musique rayonnante et lumineuse, résultat du labeur d’individus qui prennent plaisir à jouer ensemble. « Jubilation » et « Matkakuume » sont de beaux exemples de bonheur perceptible, aux rythmes joyeux, avec un esprit très funky des années 70, avec les synthés qui résonnent d’époque.

Autre fait remarquable, chacun a composé 50% des morceaux, et pourtant la cohésion dans l’œuvre y est. Comme promis, les synthés sont ajustés en mode atmosphérique, majestueux mais jamais imposant, et l’on perçoit quelques influences « genésiennes » et « caméliennes », ici et là. Mais, l’empreinte folk dont il voulait se distancier, y est quand même un peu toujours présente, et c’est ce qui donne de la personnalité à ces titres où apparaissent la sincérité organique des cordes et la rugosité ou la douceur des vents, selon la dimension du tuyau. « Under a cloudless sky », avec la panoplie d’instruments de Rafael PACHA en mode acoustique et des synthés en mode rétro, et avec un peu de hard rock, nous sert de beaux contrastes. On pourrait y déceler une filiation avec du vieux CAMEL mais avec en parallèle un esprit pastoral, folk campagnard prenant une voie médiévale ou celtique de Galice. Peut-être !

PACHA étant espagnol, un pays de guitare, les sonorités propres à son pays laissent leurs marques subtilement mais surement dans plusieurs titres. Dans « Shadows of Lost Memories », on appréciera le passage en boucles acoustiques, doux et délicat. Dans « The Man Who Walked Home », on la perçoit bien cette inspiration moyen orientale andalouse, un titre où ils nous baladent à leurs guises. Le saxophone de Marek ARNOLD donne de beaux effets, et quand la grosse bertha électrique prend le relais et s’énerve un peu, cela devient bien plaisant. Quant à PÖRSTI, tout au long de l’album son jeu demeure impeccable, sans jamais aller dans la démonstration à outrance.

Pour le chant, on appréciera la prononciation parfaite de John WILKINSON, dans « Watch The Stars » car tout le texte se comprend très bien, cependant j’ai noté quelques petits écueils au niveau vocal, et je suis plutôt très exigeant là-dessus. WILKINSON, interprète sur deux tonalités différentes le chant principal et le chant de support. Au début, j’ai vraiment cru que c’était deux personnes distinctes, et je trouvais, et je trouve encore d’ailleurs que ce faux duo masculin est peu harmonieux, car il y a trop de différence entre la voix basse et chaude et l’autre, trop claire et criarde.

Pour ce qui est de la voie féminine, celle d’Ariane VALDIVIE, elle s’en tire pas mal. Dans « Leap in the Dark », dans une ambiance mélancolique mystérieuse où l’on peut encore supputer une petite inspiration des nuits andalouses ancestrales, la performance de celle-ci est plutôt simple, sans trop d’émotions. Cette voix sonne jeune, et même si les paroles semblent énoncées machinalement, ça le fait finalement. Cela va avec l’esprit folk, à la simplicité déployée. Sa performance me semble plus affirmée, plus en confiance, dans « Alone Against Tomorrow ». Mais globalement, je crois que les parties vocales sont un peu le point faible de cet album. Et ce n’est pas la première fois que je perçois ce genre d’écueil dans un album des SAMURAIS, mais comme on leur pardonne tout, car il y quand même beaucoup d’autres compensations en retour.

Pour conclure, alors que plusieurs aiment bien présentés des opus sombres et dépressifs, la musique de PACHA et PÖRSTI à l’effet d’un baume pour le moral. Cela se laisse tourner en boucles, et je crois que vous apprécierez la variété sonore offerte et les délicates touches d’instrumentation ancienne parsemées ici et là. C’est un album dont la personnalité des intervenants est bien présente. Pas de souci au niveau qualitatif. La qualité promise est délivrée, car vue la quantité de musique produite annuellement, on aurait pu craindre pour une dilution de celle-ci. Mais ce n’est pas le cas. Continueront-ils éternellement à nous réjouir de la sorte, c’est à espérer ! Titres préférés: « Jubilation », « Shadows of Lost Memories », «The Man Who Walked Home» et « Ventolera» Bonne écoute!

PISTES / TRACKS

    1. Ventolera Prelude (1:04)
    2. Watch The Stars (6:52)
    3. Jubilation (4:58)
    4. Under A Cloudless Sky (5:41)
    5. Matkakuume (4:54)
    6. Leap In The Dark (6:27)
    7. Shadows Of Lost Memories (3:16)
    8. The Man Who Walked Home (8:44)
    9. Ventolera (8:55)
    10. Alone Against Tomorrow (7:09)

Rafael PACHA – Acoustic Guitar (1,4,5,6,8,9,10) – Bass (1,2,3,4,7,8,9,10) - Electric Guitars (1,2,3,4,5,6,8,9,10) - Keyboards (1,2,3,4,5,6,7,9,10) - Percussion (2,7) - Lyra, Mandolin, Viola da Gamba, Low Whistle, Tin Whistle (4) - Zither, Soprano & Tenor Recorders (6) - Synth Solo (8) - Electric violin (4,10) – Melodica (10)
Kimmo PÖRSTI – Drums & Percussion (1,2,3,4,5,6,8,9,10) - Keyboards (3,4,6,7,8,10) - Acoustic guitars (7) – Bass (8)
Ruben ALVAREZ – Electric Guitar Solo (8)
Marek ARNOLD – Soprano Sax (8)
Marco BERNARD – Shuker Bass (2,5,6)
Olli JAAKKOLA – Flute (6,10) - Soprano Sax (6)
Ariane VALDIVIE – Vocals (6), Lead Vocals (10)
John WILKINSON – Lead and backing vocals (2)
Dan SCHAMBER – Lyrics (2,6,10)

musiciens / musicians