CHRONIQUE / REVIEW

Procosmian Fannyfiddlers

Astonishing Tales Of Cod And Plankton

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

November 19, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

LL Records

Norvège / Norway

Mario Champagne - January 2022

7,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Dans une période compliquée comme la nôtre, je dirais que toutes les raisons sont bonnes pour rire, et pourquoi pas un peu de rock progressif comique! Quoi de mieux qu’une formation qui ne se prend pas au sérieux, qui ose porter le nom d’un « sex toy » tout en chantant des textes controversés, axés sur le « pipi caca »! Je sens que cela vous intéresse. PROCOSMIAN FANNYFIDDLERS est un collectif de sept membres, formé en 1995 à Trondheim en Norvège, qui s’agite en voulant croiser plusieurs styles musicaux allant du folk à la musique médiévale, de l'avant-garde au hard rock tout en assaisonnant leur propos d’épices humoristiques ou vulgaires, digne de Weird Al YANKOVIC. Comme par exemple, le détournement ironique du titre mythique « Still… You still turn me on » d’ELP en « Still… You’ll still turn me off », et « Lady Bug » qui se devient « Lady Dung ». Comprendre ici « Lady Crotte » ! Et il y a pire, car « The Ancient Mariner » se fait offrir un baiser sur l’anus ! Tout est dit, on ne peut aller plus bas ! Quoique cela dit, il y en a un qui vomit dans la mer à un moment donné !

Donc, après deux ans de préparation, ils lancent ainsi leur onzième album studio, en misant cette fois sur une croissance organique, passant à neuf membres et en ajoutant ainsi quelques instruments supplémentaires à leur artillerie lourde, permettant de générer des sonorités influencées par la musique folk européenne et américaine, le swing à cordes, l'opérette rock, le tango, le bal musette, le baroque classique et le romantisme, la pop des années 60 et le rock progressif pompeux, avec une attitude punk. Gros programme en perspective avec des textes qui traitent, entre autres, de dentistes psychotiques spécialisés en arts martiaux, de la quantité infinie de bêtises présentées par les caméras de télévision et d’hommes incompétents qui écrivent des symphonies.

Globalement, cela donne des chansons où la partie vocale est extrêmement présente vue qu’il y a sept voix qui veulent mettre leur grain de sel. Les voix fusent de partout ! Les voix féminines sont douces et jolies dans le style de Marie Michèle DESROSIERS de BEAU DOMMAGE et Fabienne THIBAULT. Quant aux hommes, c’est plus le côté loufoque qui ressort, avec des grosses voix rigolotes et théâtrales dignes de RBO ! Point négatif, la faible prononciation qui nécessite plusieurs écoutes pour décoder le propos en anglais, et c’est un peu dommage, car ce qu’ils racontent est drôle, et on en perd souvent le fil par moment. Mais avec le livret de l’album, vous pourrez suivre ; je ne l’avais malheureusement pas !

Musicalement, ce qui est intéressant, c’est leur capacité à faire des assemblages de différents styles dans la même chanson, résultant parfois en des moments de grâce et d’élégance où le baroque et le folk se rencontrent, où le violon, la flute, la guitare acoustique et le trombone sont rois. Du point de vue positif, l’album bénéficie d’une excellente production, car le rendu est impeccable et l’insertion de bruits en tout genre (verres cassés, attaque de karateka comme Kato qui attaque CLOUSEAU (rires garantis !), la mer, bruits de cantine) se fait naturellement dans ce brouhaha qui plaira aux amateurs d’éclectisme, car nos amis nous amènent constamment dans leurs chansons là où on ne s’attendait pas à aller. Quant à la performance musicale, c’est du sérieux. Chapeau bas au violoniste et au percussionniste qui livre régulièrement des prestations démentes !

L’album comporte plusieurs passages très intéressants qui pourraient plaire aux amateurs des CARDIACS, de GONG, de KNIFEWORLD, de GRYPHON (un GRYPHON ayant abusé de substances psychotropes !) et des COWBOYS FRINGANTS pour les pièces où le violon est bien présent. Idéal pour ceux qui aiment leur PROG mélodique mais qui apprécient la complexité et fournir des efforts pour s’investir dans un album où le flot de paroles subversives est digne d’un tsunami. Titre préféré : « In Search Of Competance », oui, avec une faute d’orthographe ironique où j’ai apprécié le swing à la Django REINHARDT mélangé avec du Folk et du bal musette, rappelant des sonorités propres à COMUS et GENTLE GIANT par moment. Bonne écoute !

PISTES / TRACKS

    1. Dental Breakdown (7:50)
    2. Lady Dung (6:06)
    3. Rage For Boredom (4:44)
    4. Frill (5:03)
    5. Jaundice Sailor (5:17)
    6. In Search Of Competance (3:33)
    7. Still...You Turn Me Off (3:20)
    8. Rimming The Ancient Mariner (9:53)

Heidi LARZEN - Lead & Backing Vocals
Øyvind ERIKSEN - Lead & Backing Vocals
Geir VENOM LARZEN - Guitars, Drums & Percussions, Backing Vocals
Erik ANDAS - Bass Guitar
Mette JENSEN – Flute & Backing Vocals
Bente Marit EKKER – Violin & Backing Vocals
Espen WARANKOV GODO – Keyboards & Voice
Yngve HASNES – Trombone & Backing Vocals
Rune LARSEN - Accordion

musiciens / musicians