CHRONIQUE / REVIEW

Phoenix Again

Visions

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

August 28, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Ma-Ra-Cash Records

Italie / Italy

Denis Boisvert - October 2022

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

PHOENIX AGAIN, la renaissance du groupe PHOENIX du début 80, continue de produire un rock progressif surtout instrumental de grande qualité. Au cœur du projet on retrouve les trois frères LORANDI et le batteur original SILVA. Il s'agit du quatrième album studio depuis 2011 et 'Visions' est tout à fait remarquable pour plusieurs raisons. La facture est impeccable, les mélodies célestes, les rythmes infatigables. Comme style on est vraiment dans le progressif pur qui ne se met pas de barrière et qui s'exprime librement, quelquefois RPI, quelquefois 'Crimsonnien' (le sixième morceau s'intitule 'Le phœnix à la cour du roi'...), quelquefois très britannique à la Gente Giant. La beauté est le critère dominant. Les claviers amènent une touche symphonique mais on retiendra les arrangements de guitares sèches et électriques et le jeu inventif du batteur.

On a droit à neuf tableaux différents tournant aux alentours de 6 minutes en moyenne. Après une ouverture suintante à souhait avec un Hammond grinçant et une basse répétitive qui met en évidence un synthé bondissant et une guitare qui se promène partout, la table est mise pour le plus long morceau 'Moments of Life' un morceau épique de 10+ minutes qui balancent les langueurs océanes des guitares éthérés et ce sublime riff de synthé presque aléatoire qui forme la trame de fond et qui introduit des moments plus sombres et musclés. Un morceau puissant qui démontre bien le pouvoir du groupe de soulever les auditeurs et de les faire passer par toute une gamme d'émotions. Bravo. 'Tryptich' se veut plus chaotique avec des riffs 'frippiens' frisant la dissonance puis des tonalités exotiques et des crescendos merveilleux, très moderne et classique à la fois, la preuve qu'ils ont aussi un côté métallique. 'Air' respire la guitare acoustique et des passages rappelant le groupe HARMONIUM. Sans cesse en mouvement, le piano en rajoute avec une touche mélancolique puis le mellotron et un protagoniste plus lourd et menaçant vient rompre l'atmosphère de paradis. Superbe.

'Psycho' est un petit bijou de synthé balbutiant sur un air folklorique très GG. 'La Fenice alla Corta del Rei' continue dans une veine prog pure, flottante comme les îles dans le ciel des albums de YES. 'Propulsione' est un morceau plus élaboré avec une section de cuivres et une autre de chœurs. Très dynamique, le cœur bat vite et les textures riches et satisfaisantes se suivent sans cesse, notez le batteur qui effectue un travail remarquable. Plus un hymne mélodique, si vous n'êtes pas transporté vous devriez passer à autre chose que l'écoute du rock progressif. 'Mama RAI' vous ramène sur terre avec sa ballade majestueuse et son style PACHELBEL. On termine sur un hommage probable à un des membres du groupe décédé, Claudio, un autre LORANDI, le même titre que leur premier album de la réincarnation quand quatre devinrent trois. Très court, léger comme une âme et beau comme un au revoir.

En somme, un opus magistral d'un groupe italien expérimenté, expressif, capable d'exceller dans toutes les facettes du prog et qui nous donne cet album réfléchi, fier et émotif. Tout est balancé, pas de notes de trop. Un album qui sera parmi mes meilleurs de l'année. Leur plus réussi à date. Pas d’hésitation.

PISTES / TRACKS

    1. Ouverture (4:03)
    2. Moments of Life (10:28)
    3. Triptych (6:54)
    4. Air (6:38)
    5. Psycho (4:32)
    6. La Fenice alla Corte del Re (6:34)
    7. Propulsione (6:42)
    8. Mamma RAI (4:36)
    9. Threefour (2:06)
    Total 52:33

Sergio Lorandi: Electric guitar, acoustic guitar, vocals
Marco Lorandi: Electric guitar, acoustic guitar, vocals
Antonio Lorandi: Electric bass, acoustic bass, vocals
Giorgio Lorandi: Percussion
Silvano Silva: Drums & percussion
Andrea Piccinelli: Keyboards, acoustic piano

Invités :
Daris Trinca : Glockenspiel (1), Annibale Molinari: Horn (7), Lorenzo Poletti: Trombone (7), Erika Marca : Trumpet (7)
Chorale : Giovanni Lorandi, Karin Pilipp, Simona Cecilia Vitali, Alessandra Lorandi

musiciens / musicians