CHRONIQUE / REVIEW

Laughing Stock

Zero Act 3&4

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

March 4, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Apollon Records

Norvège / Norway

Julian Zabelsson - May 2022

9,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Après les deux premiers actes sorties l’année dernière, le trio norvégien Laughing Stock (en hommage à Talk Talk si vous voulez briller un mercredi soir) nous compte la suite des aventures malheureuse du pauvre petit Zero, à qui la vie n’offre décidément aucun cadeau. Etat des lieux :

L’album s’ouvre tout en douceur et en mélancolie sur « Wingless », un arpège de guitare acoustique bientôt supplanté par sa petite sœur saturée. La voix lancinante de Jan Mikael SØRENSEN nous replonge dans la vie peu enviable du camarade Zero. De très belles harmonies vocales sur « Lifeboat », l’ambiance m’évoque les compositions de Jeremy SOULE, eh oui je résisterais autant que possible à l’envie de citer vous savez qui tant les approches et la sensibilité du trio s’approche de celle du porte étendard du rock progressif. « The Call », pour lequel Nad SYLVAN prête sa voix, poursuit ce même chemin entre ombre et lumière, un savant cocktail entre refrains sur fond d’Organ à la The Who et couplet à la Dany ELFMAN. Je ne sais pas où nous emmène l’embarcation mais le barreur navigue d’une main ferme.

A suivre « Free » qui nous accorde une courte parenthèse lumineuse à grand coup de Mellotron (je dédicace donc immédiatement cette chronique à un ami batteur qui se reconnaitra). La parenthèse fut brève et Zero reviens à ses atermoiements dans « All Alone », entre espoir et résignation, à mesure que se déroule cette descente dans les profondeurs de sa psyché torturée. « Words » sonne comme le point de bascule : un magnifique arrangement porté par le violon de Kerstin WILGREN nous invite à traverser le seuil. Que nous réserve la suite ?

« Running Faster » lance cette seconde partie d’album, dans une ambiance qui m’évoque Tears for Fears sans trop savoir l’expliquer, Andy GLASS prête son jeu de guitare aérien à cette composition douce, même si je trouve que le son très tranchant qu’il adopte sort un peu du cadre. La guitare de Jan Erik KIRKEVOLD NILSEN (bien mieux mixée) sur fond de sifflements nous plonge fatalement dans l’ambiance sonore d’un western spaghetti signé Ennio MORRICONE, avant de bifurquer sur une ambiance folk-jazz portée par la voix suave de Samantha PREIS.

Je consacre un paragraphe entier à « Mother » et à ses 10 minutes : apothéose, conclusion, révélation, Laughing Stock annonce la couleur directement avec un son plus métal sur fond de sonorités électroniques, l’appel à la mère scandé tel une litanie puissante. L’ambiance s’éclaircit puis s’obscurcit comme une journée orageuse à se replonger dans des souvenirs d’enfance, je suis resté contemplatif fasse à cette progression riche qui ne cesse d’alterner entre ombre et lumière. La seconde moitié monte en apothéose s’offrant même un passage rythmique très lourd à la Rammstein, avant de s’éteindre au coin du feu, bercé par la guitare acoustique et les harmonies vocales des trois comparses. « Words part 2 » conclus le voyage de Zero sur ce qui sonne comme un cliffhanger. Bonne nouvelle on en redemande !

J’avais été très agréablement surpris par le premier volet des aventures de Zero (je recommande notamment le morceau « Imaginary Friend ») pour son ambiance très wilsonienne empreinte de mélancolie, malgré une certaine irrégularité dans les compositions. Mais là que dire, c’est un carton plein qu’il serait criminel de ne pas écouter si vous êtes amateur du genre (dommage que le seul défaut que j’ai pu relever vienne d’un guest).

PISTES / TRACKS

    1. Wingless (04:18)
    2. Lifeboat (04:32)
    3. The Call (featuring Nad Sylvan) (04:47)
    4. Free (02:43)
    5. All Alone (05:31)
    6. Words (01:51)
    7. Running Faster (featuring Andy Glass) (04:13)
    8. Familiar Eyes (featuring Samantha Preis) (04:25)
    9. Mother (10:24)
    10. Words, part 2 (01:57)

Jan Mikael SØRENSEN: Vocals, Guitars, Bass, Drums and Keyboards
Håvard ENGE: Vocals, Keyboards, Flute, Banjo and Strings arrangements
Jan Erik KIRKEVOLD NILSEN: Vocals, Guitars
Guests:
Nad SYLVAN: Vocals (3)
Samantha PREIS: Vocals (8)
Andy GLASS: Lead Guitar (7)
Kerstin WILGREN: Violin (6, 8)

musiciens / musicians