CHRONIQUE / REVIEW

Kaprekar's Constant

The Murder Wall

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

March 25, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Talking Elephant Records

Royaume-Uni / UK

Philippe André - March 2022

INTERVIEW HERE

8,5

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

KAPREKAR'S CONSTANT ou le combo préféré de Richard HAWEY, l'ancien boss de votre radio et de votre site préféré, il vous suffit pour vous en convaincre de relire ses chroniques des deux premiers albums du collectif britannique en 2017 et 2019. Cette troisième œuvre est conceptuelle donc dans la mesure du possible, il faut avaler les soixante-seize minutes d'une traite, chose avec laquelle j'ai habituellement du mal, voir beaucoup de mal…Cette fois ci, Miracle j'y suis arrivé, probablement car le créneau choisi est très soft, un folk progressif nerveux en quelque sorte, le meilleur GRYPHON ou FAIRPORT CONVENTION ne sont pas très loin.

En clair et sans décodeur, si vous accrochez le "Prologue" introductif aucune raison que le reste ne suive pas, remarquable duo vocal masculin/féminin Bill JEFFERSON - Dorie JACKSON (fille de...) éclairé de part et d'autre par les flutes et les vents de son cher papa. Que dire de la brillance pianistique de Mike WESTERGAARD dès le second titre où il est accompagné des saxophones de David ? Superbe.

Et la suite et du même tonneau, Dorie JACKSON vocalise divinement "Failure Takes Care of Its Own", pour les très anciens je ferai un parallèle assez risqué avec Janita HAAN (BABE RUTH) ou la plus connue Sonja KRISTINA. J'apprécie moins "Another Man's Smile", la pièce la plus folkisante de l'album presque totalement chantée pendant six minutes même si elle s'intègre correctement à l'ensemble. Respiration "Years to Perfect" permet de poursuivre notre chemin vers "Hope in Hell" et surtout "Victorious" la plage la plus brillante du disque à mes yeux avec un David JACKSON au sommet de son art, nous pouvons les considérer comme un triptyque qui aurait pu possiblement être décliné en un seul titre ?

Même chose avec "The Rain Shadow" qui sert d'introduction à "Third Man Down", encore dominé par JACKSON père, qui retrouve vraiment une seconde jeunesse avec KAPREKAR'S CONSTANT, les vocaux masculins/féminins sont ici aussi d'une appétence au-dessus de la norme. Aucune faiblesse avec "Silent Drum" puis "The Stormkeeper's Daughter" puis, puis…car tous les morceaux s'enchainent jusqu'au terme de l'œuvre d'où la notion initiale de concept album intégralement justifiée, une conclusion certes un peu hâtive, mais ne pas perdre de vue ou plutôt d'écoute que si vous appréciez le premier titre "Prologue" il n'y a aucune raison que vous n'appréciiez pas le reste. Très bon album sans réelle surprise si vous aviez aimé les deux précédents.

Ajoutons qu'à cinquante ans d'intervalle, David JACKSON a réussi la gageure de mener à bien deux projets marquants de l'histoire de la musique progressive, bien que musicalement il n'y ait rien de commun entre eux.

PISTES / TRACKS

    1. Prologue (4:57)
    2. Theme - Hall of Mirrors (2:23)
    3. Tall Tales By Firelight (5:00)
    4. Failure Takes Care of Its Own (4:21)
    5. Another Man's Smile (6:02)
    6. Years to Perfect (2:30)
    7. Hope in Hell (3:00)
    8. Victorious (6:13)
    9. The Rain Shadow (2:07)
    10. Third Man Down (7:20)
    11. A Silent Drum (5:00)
    12. The Stormkeeper's Daughter (3:28)
    13. A World Beyond Man (3:44)
    14. A Stormkeeper's (Reprise) (3:48)
    15. Endeavour (3:44)
    16. Mountaineers (4:58)
    17. Hall of Mirrors (6:15)

- David JACKSON: Saxes, Flutes, Whistles
- Mark WALKER: Drums, Percussion
- Bill JEFFERSON: Vocals, Backing Vocals
- Dorie JACKSON: Vocals, Backing Vocals, Vocal Arrangements
- Mike WESTERGAARD: Piano, Keyboards, Backing Vocals
- Al NICHOLSON: Guitars, Piano, Keyboards
- Nick JEFFERSON: Bass Guitars, Keyboards

musiciens / musicians