CHRONIQUE / REVIEW

Kansai Prog Rock Project

Same

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 14, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

WormHoleDeath

Japon / Japan

Philippe André - October 2022

7,2

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

KANSAI PROG ROCK ORCHESTRA pourquoi ? Tout simplement car le groupe est basé dans la région du KANSAI sur l'ile du HONSHU dont les principales villes sont KYOTO, OSAKA ou KOBE. Formé en 2017 leur premier album est paru pour la première fois le jour de NOEL 2020 et réédité aujourd'hui par le Label WormHoleDeath, la pandémie est passée par là...

Parmi les originalités de la formation japonaise, notons que le batteur WAKYO n'est âgé que de 17 ans tandis que Derollin KATAOKA et Shohei MATSUURA exercent simultanément leurs talents dans d'autres entités musicales (DEROLLIN et GOLDEN TREE). Qui dit musique progressive au JAPON dit très souvent musique instrumentale et c'est encore une fois le cas ici donc à réserver à une frange ciblée de notre lectorat qui plus est avec près de soixante-quinze minutes au programme.

Derollin KATAOKA est par ailleurs un joueur de melodion, une sorte d'harmonica, mais à la différence de ce dernier, il comporte un clavier qui peut avoir une portée d'une octave et demie à trois octaves, un instrument à vent hybride qui donne une teinte particulière à la musique de KANSAI PROG ROCK ORCHESTRA.

Pour toutes celles et ceux qui voudront bien faire l'effort de se plonger dans la musique de KPRO, celle-ci se révèlera au fur et à mesure des écoutes, la complexité demeurant le terme le plus approprié pour la décrire ; à l'heure où ces lignes sont écrites, mes pièces préférées sont la troisième "Spanish Wind" (9/10) où Derollin se met particulièrement en valeur, la quatrième "View of the Sands" (9/10) où le mélodion se fait accordéon (étonnant) le thème principal est plutôt camélien ou AIN SOPH pour rester au pays du soleil levant, la sixième "The Jester's Bolero" (8/10) tout est dit dans l'intitulé, la huitième "Sorrow in the Darkness" (10/10) qui met en valeur le guitariste Yasuhiro NISHIO, les claviers variés de Dune TANAKA et...le melodion de Derollin, ma plage favorite de l'album vous l'aurez compris et enfin "Nebula" (8/10) enjouée et virevoltante.

Par déduction j'ai nettement moins apprécié "Deep Sea Fireworks " bien trop New Age à mon goût et "Triumph" très, trop technique selon mes aspirations comme le sera également "Lost Illusions" le plus long titre du disque, le seul qui dépasse les dix minutes. Conclusion un patchwork musical comme savent le produire les nippons, à vous de choisir votre camp.

PISTES / TRACKS

    1) Introduction (0:49)
    2) Rebels (5:26)
    3) Spanish Wind (5:58)
    4) View of the Sands (6:37)
    5) Kirkus (9:11)
    6) The Jester’s Bolero (4:10)
    7) Deep Sea Fireworks (5:42)
    8) Sorrow in the Darkness (6:35)
    9) Triumph (5:51)
    10) Nebula (5:34)
    11) Lost Illusions (11:21)
    12) Overture (2:03)
    13) Technical Session (5:12)

WAKYO: Drums
Yasuhiro NISHIO (SHOW YEN): Guitars
Derollin KATAOKA (MAGDALENA): Melodion
Shohei MATSUURA (MAGDALENA/MIDAS/MUGEN): Stick
Dune TANAKA: Keyboards

musiciens / musicians