CHRONIQUE / REVIEW

James Labrie

Beautiful Shade of Grey

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 20, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Inside Out Music

Canada

Serge Marcoux - May 2022

8,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !


Au début des années 90, le rock progressif était sur le respirateur artificiel, si je peux me permettre une telle image. Quelques groupes ont alors émergé pour secourir le malade mais il faut souligner l’apport primordial de l’un d’entre eux, soit DREAM THEATER. Le groupe a insufflé une nouvelle énergie et a aussi contribué à inciter un nouvel auditoire, notamment plus jeune, à découvrir le genre. Quoique né en 1989, c’est l’arrivée d’un nouveau chanteur, JAMES LABRIE, qui a propulsé le groupe au sommet et parmi les précurseurs du prog-métal avec « Images and Words » paru trois ans plus tard. Trente ans après la parution d’un des disques phares de la relance du rock progressif, le groupe existe toujours et est plus actif que jamais et son chanteur est encore JAMES LABRIE.

À l’instar de nombreux musiciens du vingt et unième siècle, JAMES a diversifié son parcours musical. Ainsi, avec quelques musiciens de forts calibres, il a d’abord créé MULLMUZZLER qui a produit deux albums au tournant des années 2000. Ce n’est qu’en 2005 qu’il a signé un premier album de son propre nom, « Elements of Persuasion », avec, entre autres, la complicité de trois anciens membres de MULLMUZZLER, soit BRYAN BELLER, MIKE MANGINI et MATT GUILLORY et un nouveau complice à la guitare, MARCO SFOGLI. Cinq ans plus tard, il récidive avec le très rock et métal « Static Impulse ». Cinq autres années sont nécessaires pour le numéro trois, « Impermanent Resonance ». Le ton est encore dans une veine qui offre hard-rock et métal avec même un léger flirt pop. Cette fois, ce sont presque dix ans qui se sont écoulés et notre homme revient avec de nouveaux acolytes et une orientation franchement différente. Notre compatriote canadien semble avoir découvert toutes les nuances de gris depuis le précédent et nous offre la plus belle avec ce quatrième opus solo. « A Beautiful Shade of Grey » est clairement d’une autre teneur. En effet, seule la version électrique du premier single, « Devil in Drag », qui clôt l’album nous branche sur le voltage que l’on associe à JAMES LABRIE en règle générale. Alors qu’en ouverture, la pièce lorgne vers des horizons un peu progressifs avec rythmes de guitare sèche et synthétiseur, en clôture, elle se transforme en un morceau plus franchement hard-rock grâce à une rythmique musclée, l’orgue et des riffs électriques.

Cet album est le fruit d’une amitié qui s’est développée depuis 2011 à l’occasion d’une collaboration avec PAUL LOGUE et le groupe de métal mélodique écossais EDEN’S CURSE pour la pièce « No Holy Man ». Par la suite, les deux compères ont échangé des idées et ont souhaité travailler ensemble. Cependant, c’est en 2020, après un spectacle de DREAM THEATER à Glasgow, que JAMES et PAUL se sont vu à l’aéroport et que le processus s’est enfin enclenché. Les deux musiciens ont joint leur talent d’écriture pour nous offrir une musique qui s’apparente beaucoup plus au rock classique avec d’importantes touches folk apportées par les guitares sèches. En plus de l’amitié, des liens musicaux et de l’écriture qui les lient, PAUL LOGUE joue de la basse et de la guitare sèche, 6 et 12 cordes sur l’album. Le complice de longue date de JAMES est MARCO SFOGLI aux guitares électriques et acoustiques. CHANCE LABRIE, en effet c’est son fils, fait partie du groupe canadien FALSET et joue de la batterie. C’est PAUL LOGUE qui a suggéré de confier les fûts et les cymbales à son fils. Le quintet est complété par le claviériste CHRISTIAN PULKKINEN (EDEN’S CURSE, SIMULACRUM).

« A Beautiful Shade of GREY » est un disque intrinsèquement personnel pour LABRIE car il aborde la maturation, la perte, les relations complexes et sa passion dévorante pour la musique. Musical, cet album l’est ! La qualité des mélodies proposées, les refrains accrocheurs, l’utilisation judicieuse de la guitare sèche, tant rythmique qu’en solo, contribue à faire de ce disque une réussite. Je pense ici à « Give and Take », probablement ma favorite avec sa saveur méditerranéenne, andalouse même. Le solo de guitare sèche va chercher un petit quelque chose de nouveau Flamenco. Comment ne pas mentionner la mélancolique et un tantinet symphonique « Sunset Ruin », un hommage au frère de LABRIE décédé d’un cancer. Ce n’est rien de moins qu’une balade de très haut niveau. « What I Missed » mérite aussi d’être mentionnée et offre également un très beau solo de guitare sèche, un beau travail au piano et une atmosphère qui donne le goût de réécouter le morceau encore et encore. « Am I Right » est aussi de cette veine accrocheuse et mélodique.

Le contexte musical de l’album permet de bien mettre en valeur la voix de notre homme. Son ton souvent majestueux vient ajouter une force et une présence à ces mélodies. L’harmonie de sa voix, seule ou en chœur, se juxtapose à la force des compositions et vient toucher nos cordes sensibles. « SuperNova Girl » ou « Give and Take » constituent de bons exemples. Sa performance sur cette dernière me transporte littéralement. Un court morceau a capella comme « Conscience Calling » donne aussi un aperçu des possibilités du chanteur talentueux qu’il est. On connaît son talent pour interpréter des pièces du répertoire d’autres artistes. La reprise de « Ramble On » de LED ZEPPELIN permet de le constater. On se souviendra du medley sur « Change of Season ». Le morceau, plutôt fidèle à l’original, permet à la section rythmique LOGUE/LABRIE de se démarquer.

Voici donc un album qui s’écarte des critères des amateurs qui souhaiteraient une variation sur les albums de DREAM THEATER, de MULLMUZZLER ou même de … JAMES LABRIE. Cependant, je ne saurais trop vous encourager à découvrir et vous immerger dans ces chansons bien ficelées, impeccablement jouées et chantées. À mes oreilles et au plus profond de moi, je crois que cet album est ce qu’il a offert de mieux hors de ce groupe qui l’a fait connaître et on peut y apprécier sa voix dans un cadre qui sait la mettre en valeur. À Beautiful Shade of Grey » est un ajout de qualité pour n’importe que type de collection de musique.

PISTES / TRACKS

    1. Devil in Drag (5:37)
    2. SuperNova Girl (4:22)
    3. Give and Take (4:44)
    4. Sunset Rain (5:10)
    5. Hit Me Like a Brick (3:22)
    6. Wildflower (3:54)
    7. Conscience Calling (0:48)
    8. What I Missed (4:53)
    9. Am I Right (5:52)
    10. Ramble On (4:55)
    11. Devil in Drag (electric version) (4:43)

- James LaBrie / Lead & backing vocals
- Paul Logue / Acoustic guitars, bass
- Chance LaBrie / Drums & percussion
- Marco Sfogli / Lead acoustic & electric guitars
- Christian Pulkkinen / Keyboards

musiciens / musicians