CHRONIQUE / REVIEW

Imaginaerium

The Rise Of Medici

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

September 30, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Anesthetize Production

Royaume-Uni / France - UK / France

Julian Zabelssøn - November 2022

9,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Chronique quelque peu particulière pour moi aujourd’hui, puisqu’elle rend hommage à mon ami Éric BOUILLETTE, disparu en aout dernier et pour qui j’ai eu la chance de poser une ligne de basse avant sa disparition. Éric qui nous livre là à titre posthume un de ses projets les plus ambitieux : raconter en un album l’histoire houleuse et palpitante de Cosimo et Contessina De Medici, en cette époque faste de la Renaissance italienne. Accompagné de musiciens de poids et de renom, notamment Clive NOLAN que l’on ne présente plus (Arena, Pendragon etc…), lançons-nous dans cette aventure temporelle. États des lieux :

« Festina Lente » ouvre cet album et nous plonge directement dans l’ambiance, les cloches de l’église résonnent, portée par les psalmodies des moines, la voix angélique d’Elena VLADYUK (Lucrezia qui fait office de narrateur), nous livre le credo de la famille des Medici, ensuite reprise par Laura PIAZZAI (Contessina). Sans interruption et toujours dans cette ambiance ecclésiastique, « Duty of Love » relate le mariage des Medici, la voix puissante de Laura se place sur un ostinato flute/clavecin, les harmonies sont léchées, un roulement de batterie de Scott HIGHAM et soudain tout explose, du grand rock symphonique ou rien ne dépasse. « House of Dreams » nous introduit la voix caractéristique d’Andy SEARS dans le rôle de Cosimo, un duo de voix qui fonctionne à merveille, porté par le clavecin puis par des sections de cordes baroques à souhait, nous en sommes au troisième morceau et je vais rapidement manquer de superlatifs.

« The Tide Will Change » sonne comme le morceau « péripéties » ouvrant le second acte, à la manière que le ferait les chansons des vilains Disney, Clive NOLAN et sa voix rauque sont un casting parfait pour l’antagoniste Rinaldo degli Albizzi, peu amène à la montée en puissance des Medici et qui nous le fait entendre sur fond de chœurs et de percussions martiales, la section centrale du morceau apporte une contre ambiance intéressante, porté par un piano et des cordes, cela donne une profondeur mélancolique à un « méchant » finalement pas si cliché. « Never Close Your Eyes » portée par un chœur magnifique, est un morceau entracte où notre narratrice Elena pose le décor pour ce qui va suivre. Le single de l’album « Glass Throne » : les errements et doutes de Contessina sont portés par la harpe d’Isabella CAMBINI et la guitare d’Éric, avant de décoller lorsque la section rythmique rentre en scène nous laissant même savourer un petit solo (trop court) d’Éric. « Treachery » morceau pivot et tour de force, parviens à faire cohabiter les trois voix des protagonistes principaux dans une joute verbale (avec un jeu sur les mots intéressant) sur fond de rock symphonique puissant, Cosimo est trahi et jeté en prison (ce solo de guitare mes aïeux !).

Bon il faut que nous fassions une pause un instant. Pourquoi écoutons-nous de la musique ? pour ma part c’est une quête perpétuelle d’être transporté, ému, subjugué, par un thème, une voix, une ambiance, un arrangement, bref j’écoute pour ressentir. Laissez-moi vous dire que ce que j’ai ressenti à l’écoute de « Fall From Grace » ne m’arrive probablement qu’une fois par an et encore, j’ai été ému aux larmes par la douceur et la beauté de ce thème porté par Elena et Éric, je l’ai écouté jusqu’à la lie, je connais les paroles par cœur, je le chante sous la douche, et je remercie du fond du cœur tous les acteurs impliqués dans la création de ce chef d’œuvre (et je n’emploie pas ce mot à la légère), dans 20 ans je l’écoute encore, merci mon ami.

« Will I Never Return? » prends une approche sonore similaire à « Treachery », exilé à Venise, Cosimo lèche ses plaies, un des morceaux les plus pêchu de l’album, l’interlude en arpège apporte une mise en lumière à la basse de Bernard HERY plutôt très en retrait autrement, peut être le morceau le plus « moderne » dans ses sonorités puisqu’on a même le droit à un solo de synthé. « Fortunes Reverse » (comme son nom l’indique) ouvre le dernier acte, Rinaldo perds de son influence, un échange survolté entre Laura et Clive sur ce morceau à la limite du métal symphonique (bon et puis je ne vais pas m’extasier ici à chaque solo d’Éric mais voilà quel talent nous avons perdu). « The Return of the Medici » reprends dans sa première partie « Festina Lente » réorchestrée, puis chacun des protagonistes fait le bilan de l’histoire, dans un retournement de situation et un passage orchestral magnifique, Rinaldo est jeté en prison, le thème de « Festina Lente » reviens pour un final puissant et jubilatoire (avec cette fois ci les quatre voix harmonisé). « Legacy » reprends le thème de « Fall From Grace », me tirant à l’occasion une nouvelle larme de gratitude, puis Laura conclue de sa voix puissante, suivi d’un autre magnifique solo d’Éric (j’aimerais arrêter de pleurer s’il vous plait, merci).

Il me pèse de conclure cette chronique qui aura été difficile à vous offrir, je n’ai pas mis 10 parce que la perfection n’est pas de ce monde mais voilà, merci pour tout mon ami, et vous chers lecteurs allez jeter une oreille je vous en conjure.
N.B : Je ne l’ai pas évoqué mais l’édition spéciale propose une version alternative de certains morceaux ainsi que des interviews donc prenez celle-ci.

PISTES / TRACKS

    1. Festina Lente (2:29)
    2. Duty of Love (4:45)
    3. House of Dreams (4:10)
    4. The Tide Will Change (5:08)
    5. Never Close Your Eyes (2:26)
    6. Glass Throne (4:40)
    7. Treachery (6:16)
    8. Fall from Grace (2:55)
    9. Will I Never Return? (5:22)
    10. Fortunes Reverse (6:13)
    11. Return of Medici (5:21)
    12. Legacy (4:37)

    Total Time 54:22

    Bonus CD from Earbook Limited Special Edition:
    1. Fortunes Reverse (Clive & Laura mix) (4:54)
    2. Duty of Love (Laura Extra Duty mix) (4:34)
    3. Legacy (Andy & Laura duet) (4:38)
    4. Never Close Your Eyes (Isabella's Harp & Laura mix) (2:26)
    5. Fall from Grace (Elena & Laura duet) (2:55)
    6. Fortunes Reverse (guitar mix) (6:16)
    7. Festina Lente (Laura's mix) (4:13)
    8. The Tide Will Change (instrumental version) (5:12)
    9. Interview with Eric Bouillette
    10. Interview with Laura Piazzai
    11. Interview with Clive Nolan

Clive NOLAN: Composition, arrangements, lyrics, keyboards, vocals (Rinaldo)
Eric BOUILLETTE: Composition, arrangements, guitars, keyboards, mandolin, violin
Laura PIAZZAI: Vocals (Contessina)
Andy SEARS: Vocals (Cosimo)
Elena VLADYUK: Vocals (Lucrezia)
Mark SPENCER: Vocals (Monks)
Scott HIGHAM: Drums
Bernard HERY: Bass
Isabella CAMBINI: Harp

musiciens / musicians