CHRONIQUE / REVIEW

Hippotraktor

Meridian

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 15, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Pelagic Records

Belgique / Belgium

Sébastien Rancourt - February 2022

INTERVIEW HERE

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Nouvelle formation en provenance de la Belgique. Hippotraktor nous offre un premier album comportant sept pistes de métal progressif de bonne facture. Si certains les comparent à Messuggah et à Gojira, je pourrais ajouter que j’y ai perçu quelques similitudes avec un certain Devin Townsend. Spécialement en ce qui a trait à l’ambiance dans laquelle nous sommes plongés.

On s’en prend plein la gueule dès l’amorce. « Manifest The Mountain » s’avère un excellent morceau pour mettre les choses en place. Une rythmique bien variée, un chant tantôt planant, tantôt guttural. Des guitares en avant plan et pesantes à souhait, l’amateur de musique progressive plus brutale en aura assurément pour son argent. Cette recette sera utilisée tout le long de l’album sans toutefois tomber dans l’autocopie. « God Of The Slumber » en est un bel exemple. Avec une amorce similaire, celle-ci prend une tournure complètement différente. Il s’agit assurément de la pièce la plus violente offerte. Mention spéciale au passage central où le jeu de FISZER est mis à l’avant-plan.

Des moments plus calmes nous sont également offerts. Je pense ici à la première moitié de « Sons Of Amesha » qui prend ensuite une direction beaucoup plus animée. On sent venir cette énergie avant que celle-ci ne déferle sur nous et je dois avouer que j’y ai vraiment trouvé mon compte, une finale hyper bien construite. C’est aussi de façon plus calme que prend son envol « Juncture » mais cette fois-ci on ne doit pas attendre bien longtemps avant que les guitares lourdes prennent le relais. La contribution de Lander DE NYN à la batterie réhausse l’ensemble. Par sa créativité, certaines parties prennent une tout autre allure grâce à son jeu inspiré.

La pièce qui s’est la plus démarquée durant mes écoutes est définitivement « Beacons ». Un morceau qui, par moment, prend des airs de Haken. Les changements de rythmes et d’ambiance font de celle-ci une excellente réalisation qui apporte une bouffée d’air frais avant la pièce finale. Parlant de la piste de clôture, c’est avec brio que cette dernière vient mettre un point final à ce premier album. Une composition qui dépasse les sept minutes et qui oscille entre passages énergiques et segments tout en subtilités.

L’amateur de musique progressive trouvera son compte avec Hippotraktor, à condition bien sûr de ne pas exécrer le chant guttural, qui est omniprésent durant toute la durée de « Meridian ». Il ne faut pas non plus s’attendre à une myriade d’envolées instrumentales. Si les pièces sont à peu près toutes efficaces et bien ficelées, la formation mise davantage sur la rythmique pour nous faire adhérer à ce qu’elle a à nous offrir. De plus les Belges nous livrent une production de grande qualité qui laisse présager le meilleur pour les parutions à venir. D’ici là, « Meridian » aura le temps de tourner encore plusieurs fois!

PISTES / TRACKS

    1. Manifest The Mountain (4:55)
    2. Mover Of Skies (6:09)
    3. Sons Of Amesha (5:28)
    4. God Is In The Slumber (4:35)
    5. Juncture (6:20)
    6. Beacons (6:54)
    7. A Final Animation (7:32)

Stefan De Graef : Vocals, Percussion
Sander Rom : Vocals, Guitar
Lander De Nyn : Drums
Jakob Fiszer : Bass
Chiaran Verheyden : Guitar

musiciens / musicians