CHRONIQUE / REVIEW

Haven Of Echoes

The Indifferent Stars

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 7, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Self-Released

Multi

Denis Boisvert - November 2022

9,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Quel remarquable début et quelle idée brillante de marier les textures musicales de ANDREAS HACK (FREQUENCY DRIFT) et la voix extraordinaire de PAUL SADLER chanteur du groupe SPIRES. C'est comme pénétrer dans une autre dimension. Autant FREQUENCY DRIFT pouvait charmer par ses inventions sonores, ses paysages suggestifs et sa panoplie expressive, autant la magie vocale et la force expressive de la voix de PAUL y trouve une place rêvée et sublime le tout. Mon seul signe de désapprobation est la durée de l'album, on en veut beaucoup plus!

Les morceaux couvrent beaucoup de terrain et ont pleinement le temps de se développer. On passera d'un 'Stasis' avec un chrono de 5:31 jusqu'à 'Let Them In' de 12:15 minutes. Le titre de l'album met la table et sous un ciel d'étoiles indifférentes, les chants de sirènes entrent en compétition avec la fin des temps. L'humeur générale est mélancolique, la trame est définitivement cinématique et vous vous régalerez des tous ses arrangements subtils où la palette électronique allie percussion, harpe électrique, pads atmosphériques etc... Mais la trame vocale est la grande surprise. Faisant preuve d'un registre inégalable et d'une palette lyrique surprenante, PAUL réussit à captiver et à garder en haleine en donnant une dimension humaine qui contient toute une charge émotive et qui anime tout l'album.

Pour se donner une idée, prenons par exemple, 'Sirensong'. On débute gentiment, puis une mélopée poignante embarque, on revient aux violons tristes et les chants déchirants ferment la marche. 'The Orator's Gift' allie des rythmes de percussion, un clavier en leitmotiv avec un petit quelque chose style années 80 (comme 'Bronksi Beat'?) le piano accompagne la ballade avant la déconstruction finale. 'Endtime' est un de mes favoris. On débute avec des arpèges psychédéliques, Paul entre en duo avec lui-même, on ralentit, l'espace s'agrandit, le piano dégoutte dans une caverne, puis vient un refrain martial en crescendo comme une prière et on finit en suspension. 'The Lord Giveth... est exceptionnellement de la plume de NERISSA SCHWARZ mais reste tout à fait congruent avec le reste de la composition. La prière fait place aux lamentations, un peu gothique et sombre. On termine avec la pièce de résistance, le magnifique 'Let Them In'. On vogue entre le côté obscur presque métal et des passages classiques de flûte, piano, ensemble à cordes. On fait une pause au milieu et une guitare sournoise s'infiltre, les voix insistent, le portail lugubre s'ouvre lentement mais la guitare acoustique et le chant résiste, qui va gagner? Il vous faudra écouter par vous-mêmes...

En somme album magnifique, une collaboration fascinante qui se doit de continuer. Des musiciens accomplis qui nous livrent un des beaux albums de 2022. Fortement recommandé.

PISTES / TRACKS

    1. Sirensong (6:11)
    2. The Orator's Gift (4:49)
    3. Stasis (5:31)
    4. Endtime (9:03)
    5. The Lord Giveth... (6:02)
    6. Let Them In (12:15)
    Total 43:51

Paul Sadler: Vocals, guitars (6)
Nerissa Schwarz: Electric harp, keys (3, 5)
Wolfgang Ostermann: Drums
Andreas Hack: All other instruments

musiciens / musicians