CHRONIQUE / REVIEW

Fractal Mirror

Beyond Borders

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 15, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Bad Elephant Music (CD), Plane Groovy (Vinyl)

Pays-Bas / Netherlands

Mario Champagne - April 2022

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Encore un peu de rattrapage sur 2021, puisque qu’on discutera ici de la cinquième publication (sixième si l’on compte leur premier EP !) du quatuor néerlandais FRACTAL MIRROR qui existe depuis 2013. Un album qui parut en octobre dernier avec deux représentations graphiques différentes selon le support choisi pour cet œuvre. Celle représentée ici pour le format digital est l’œuvre du percussionniste de la bande, Frank URNANIAK, qui avec Leo KOPERDRAAT forme le noyau central de cette formation qui s’est trouvée renforcée par le retour du membre fondateur Ed VAN HAAGEN à la basse, et, soulignons l’arrivée d’un nouveau membre Gareth COLE qui a œuvré au sein des formations Tom SLATTER Band et The Rube GOLDBERG Machine.

Six titres seulement, mais les amateurs de longues pièces musicales seront servis avec des titres épiques à près de 13 et 17 minutes en mode néo Prog, « Crossover » et progressif symphonique sur cette galette mixée par Brett KULL, le guitariste d’ECHOLYN.

Ce qui surprendra dès la première écoute de cet album, c’est la voix très particulière du chanteur Leo KOPERDRAAT, avec son rendu nasillard qui déplaira probablement à certains, livrant un chant de manière très assurée mais un brin mécanique par moment, mais c’est ce qui donne toute sa personnalité au groupe. Cette voix devient même attachante au fil du déroulement des chansons, tout en étant bien soutenue avec douceur et classe par les supports vocaux de ses collègues qui se marient parfaitement avec celle de son leader.

Autre bon point, la production impeccable de Brett KULL. Des titres aux reliefs variés s’enchainent, parfois avec des transitions surprenantes, offrant une grande variété d’ambiances, sans redondance, ce qui, étant donné ce fait, permet de maintenir l’intérêt de l’auditeur. Dès le premier titre instrumental intitulé « Beyond », véritable entrée symphonique qui plairait aux amateurs de GENESIS et d’IQ, on savoure les sons bruts qui émanent des instruments que ce se soit dans les cordes ou les futs. Mais c’est dans la suivante intitulée « Ashes », que le bonheur prend toute sa forme sur 17 minutes. Un titre bien rythmé où se développent plusieurs thèmes intéressants, jouissant de belles montées en puissance captivantes, riche en passages musicaux très variés mais où il est clair que le maintien d’une ligne directrice fût une priorité pour assurer une cohésion sur la longueur. Pour ma part, c’est un des sommets de cet album. J’y ai fortement apprécié vers le milieu du titre les passages tournicotant de Mellotron qui m’ont rappelé des airs entendus chez ANEKDOTEN, mais aussi l’ensemble des airs mélodiques et langoureux au sein d’arrangements faisant souvent « pop » « new wave » qui s’inscrivent dans un romantisme délectable, et qui s’engouffre dans une finale dramatique très bien gérée et de bon goût.

Changement d’ambiance drastique avec « Slip Away », qui se présente sous la pluie, et qui plaira aux amateurs de guitare sèche. Le chant y est ici très lent et je dois dire que la prononciation claire de Léo permet une compréhension parfaite des paroles, ce qui n’est pas toujours le cas avec bien d’autres chanteurs. Une situation très appréciable. De plus, dans une ambiance très dépouillée, il se met en forte vulnérabilité, sans artifice, presqu’à capella, acte courageux dans lequel il réussit très bien, car il arrive à transmettre sans fausse note une charge émotive au sein d’une ambiance et de propos plutôt sombres.

La suivante au potentiel fortement commercial, c’est-à-dire, qu’elle pourrait très certainement avoir un grand succès à la radio, car tellement accessible et parce que c’est une très bonne chanson dans tous ses aspects. Il s’agit de « Shadow Man », à l’introduction spatiale et où il m’a semblé avoir noté quelques influences de David BOWIE au niveau du chant. Un titre qui évolue selon moi entre les œuvres de THE CHURCH et d’IQ et dont j’ai bien apprécié la finale. Rien de négatif à signaler pour « Kingdom of the Lost », au contraire, que des bons points, au son des vagues pour le « style ambient » de l’ouverture, où le chant se présente à son meilleur, et la composition viendra chercher les fans de TEARS FOR FEARS.

Et cela se termine en beauté avec « Borders », où la sauce monte tout doucement, ce qui pourra paraitre long, plutôt tranquille et planant pour plusieurs, mais finalement, il en ressort une impression de majesté avec des rythmiques à la IQ mais surtout un parallèle avec certains titres d’ANEKDOTEN, une similarité probablement due au chant de Léo qui étire les syllabes mais aussi aux ondes envoutantes du Mellotron.

FRACTAL MIRROR nous présente une belle variété de titres sur cet album. Pas de répétition, pas de zones d’ennuis. Un album qui écoute après écoute prends de la densité. Pour ma part, je suis fan de ce chant clair, lent et compréhensible qui devient très attachant. Les mélodies et les émotions passent avant tout, et on sent que c’est ce qui est prioritaire. On n’y retrouve pas de démonstration technique à outrance au sein de cet échafaudage de mélodies efficaces et du plus bel effet surtout dans les passages dénudés et simples. Pour moi, un album sans faute car les six titres sont très plaisants, bien exécutés, et valorisés par une production digne de mention. Etrange que cet album soit passé inaperçu l’an dernier ! Titres préférés : « Ashes », « Shadow Man » et « Kingdom of the Lost » Bonne écoute!

PISTES / TRACKS

    1. Beyond (4:28)
    2. Ashes (17:12)
    3. Slip Away (4:18)
    4. Shadow Man (5:45)
    5. Kingdom of the Lost (4:18)
    6. Borders (12:45)

Leo KOPERDRAAT – Vocals, Mellotron 4000d, keyboards
Frank URBANIAK – Drums & Percussions, Lyrics and Additional Vocals
Ed VAN HAAGEN – Bass & Additional vocals
Gareth COLE – Guitars & Backing Vocals
Brett KULL ( of ECHOLYN) – Backing Vocals

musiciens / musicians