CHRONIQUE / REVIEW

Evership

The Uncrowned King - Act 2

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 14, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Atkinsong Productions

USA

Alain Massard - October 2022

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

EVERSHIP est le groupe fondé en 2013 aux États-Unis, dirigé par Shane ATKINSON compositeur et multi-instrumentiste qui a joué sur CURIOUS FOOLS. Il s’essaie à la production d’albums pour continuer à donner vie aux sons exceptionnels des années 70 à notre époque en les restructurant, en leur donnant plus d’intensité. Connus en 2018, Ils sortent leur 4ème album dans une veine néo-prog symphonique et métallique sur QUEEN, YES, ROYAL HUNT et RUSH; une suite du ‘Uncrowned act 1’ encensé l’an dernier et la fin du voyage du pèlerin sur cette nouvelle allégorique conceptuelle, allez c’est parti.

« The Voice of the Night » entame majestueuse, limite religieuse sur la suite de l’histoire; voix phrasée remarquable, instrumentation symphonique, ça monte et enchaîne sur « Missive Pursuits » au ton résolument prog métal, énergique; STYX en toile de fond voire KANSAS pour la voix; riff à JETHRO TULL même ça fait réviser ses gammes, la voix monte et se met à crier sur un solo synthé qui dure, qui dure jusqu’au solo guitare gras, rythmé qui met dans le vent vos oreilles avec des cuivres en fin. « The Law of Ages » arpège de piano à trois touches, chœurs de castrats, je pense à MERCURY et PAYNE, guitare acoustique, violons énergiques d’un coup; le solo guitare soudain arrache, des chœurs, air grandiloquent, divin je ne sais mais de l’art rock oui; le titre prog AOR mélodique, progressiste et magnifique. « Coronation » intro hard au point que je suis perdu avec leur son propre; riff métal, voix sublime de Beau, titre au couplet consensuel amenant le clavier dithyrambique oriental; riff qui envoie la guitare pour un combat musical où l’on pourrait imaginer une danse brûlante des mille et une nuits; titre qui se prolonge sur l’instrumental ici, un peu longuet quand même, redondant et intense à la fois jusqu’au gong final me confortant dans cette ambiance particulière.

« The Voice of the New Day » avec la voix reconnaissable et fondante de Michael SADLER de SAGA bien entendu; son médiéval; guitare douce et spleen à la fois; air qui se calme un temps avant le retour de sa voix en chœurs redondants et un final à l’orgue, interlude introduisant « Nobody » sur un orgue majestueux, venant des limbes; ballade avec guitare acoustique, mélodie soft à la BOSTON des 80’s; Beau chante bien et le montre en donnant de la chaleur à ce titre où l’Hammond accompagne la montée du titre; solo guitare posé, un peu de slide pour conforter l’aspect spleen mélancolique. « Fading Away » à nouveau sur le ‘Aqualung’ pour le riff, l’air sur QUEEN avec la voix, le piano, l’air grandiloquent déjanté et ma blonde qui se déplace pour me le dire; j’espère qu’elle ne me fera pas payer de droits d’auteure; air beatlesien pour moi; solo guitare qui arrache, écorchant puis un clavier bien gras pour mélanger ce tout; bon QUEEN est bien marqué sur un titre souvenir et émouvant, certains diront STYX, choisissez. « Uncrowned » continue l’influence QUEEN avec les chœurs, la voix et la rythmicité; titre qui s’écoule avec longueur ici, peut-être écouter et comprendre les paroles peut faire passer plus vite. « Pilgrim's Reprise » pour le final, instrumental épique en intro avec remontées off, chaleureux; Beau montre sa voix et donne la dernière réplique à la trame de l’histoire; final où les claviers au loin laissent les chœurs s’estomper doucement.

EVERSHIP a sorti sa suite symphonique métal-progressive; son tordu, complexe et mélancolique, son qui te fait pleurer de joie et t’introduit dans le paysage progressiste américain; son qui montre que Shane se débrouille bien dans l’élaboration prog-rock opéra du livre d’Harold WRIGHT, allégorie sur la nature et la Vérité. Son empruntant QUEEN, GENESIS, YES ou KANSAS et STYX; album symphonique avec des escapades heavy-progressives d’où perle le sentiment d’émotion, de dévotion et de plénitude; album melting-pot de haute volée qui tout en restant excellent se répète.

PISTES / TRACKS

    1. The Voice of the Night (3:30)
    2. Missive Pursuits (8:30)
    3. The Law of Ages (6:56)
    4. Coronation (8:22)
    5. The Voice of the New Day (5:04)
    6. Nobody (7:31)
    7. Fading Away (5:59)
    8. Uncrowned (8:06)
    9. Pilgrim's Reprise (3:56)

    Total : 57:54

Beau West: Lead Vocals
Shane Atkinson: Keyboards, Drums, Vocals, Percussion, Dulcimer, Sound Design
James Atkinson: Lead Guitar
John Rose: Rhythm, Slide, Classical, Acoustic and Lead* Guitars
Ben Young: Bass Guitar

With:
Michael Sadler: as “The Voice of the New Day”
Mike Priebe: as "The Voice of the Night" and Background Vocals

Also With:
Lisa Atkinson: Add’l Background Vocals
Strings: Anna Yoder, Emily Walsh
Brass: Davis Ginn, Jack Warren, Nathan Mohnke
Irish Low Whistle: Skip Cleavinge

musiciens / musicians