CHRONIQUE / REVIEW

Deaton Lemay Project

The Fifth Element

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

January 3, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

USA

Denis Boisvert - March 2022

INTERVIEW HERE

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Je dois avouer que je ne connaissais pas le DEATON LEMAY PROJECT et ils m’ont agréablement surpris. Bien que ROBY DEATON et CRAIG LEMAY bossent ensemble depuis 1993 et qu’ils sont assez âgés pour avoir vus leurs idoles de jeunesse jouer live, ils en sont qu’à leur deuxième album. Le premier, bien que riche en composition et musicalité manquait de qualité en production, mixage et instrumentation. Mais ‘The Fifth Element’ est définitivement un pas dans la bonne direction. Très balancé et bien mixé, créatif et mature, on a droit à un album de rock progressif axé sur des claviers très habiles, avec un batteur solide, un chanteur engagé et un bassiste doué. L’album est en deux parties, une collection de pièces variés et surprenantes par leur profondeur et une partie concept couvrant les quatre éléments de la nature et la musique comme cinquième. Il y a des clins d’œil brefs et réussis visant ELP mais aussi YES, ATOMIC ROOSTER et DREAM THEATER et KANSAS mais leur son est cohérent et garde une certaine originalité. Du rock mélodique, avec des qualités symphoniques et lyriques qui plaira à plusieurs. A noter que certains de leurs collaborateurs ont œuvré à distance.

Dès le premier morceau, ‘The Great Awakening’ on sent l’énergie et les soli de synthés sont classiques et la guitare très complémentaire et dégoulinante à souhait. ‘A Different Place in Time’ se promène du rock à la ballade sans faille et fait très contemporain aussi. ‘Dragonfly’ est un hommage à KEITH et au piano Steinway, superbe et original (voir le vidéo YouTube pour en saisir toute la révérence). Magnifique. ‘The Nightmare’ rebondit rapidement et emballe par son rythme infernal et ses murs de claviers. Du rock juteux. ‘Exordium’ est un de mes préférés. Un morceau instrumental avec des orgues ronflants et percutants, un thème un peu blues et une guitare en contrepoint fascinante. On ne s’ennuie pas. On passe ensuite à la partie concept en débutant par une ‘Overture’ en crescendo puissante et guerrière. Et ensuite on couvre dans l’ordre le feu, l’eau, l’air, la terre et finalement la musique qui les unit tous. Chaque morceau développe son élément particulier sur un thème spécifique. Le feu qui donne vie, l’eau et sa puissance, l’air qui nous entoure, la terre qui se transforme et la musique comme message rassembleur et paisible. On remarquera les passages de violons sur ‘Air’, la guitare expressive et la synthèse de tous les éléments musicaux dans la dernière pièce ‘Music’. Le tout est captivant et ne nous lasse pas.

Définitivement un album que vous ferez jouez souvent et auquel vous reviendrez encore et encore. Un must pour les nostalgiques d’EMERSON mais plaira à tous les amateurs de rock progressif moderne aussi. Une belle énergie, une belle complicité et un peu de magie. Bien dosé. Une belle surprise et un groupe à suivre.

PISTES / TRACKS

    1. The Great Awakening (5:32)
    2. A Different Place in Time (7:24)
    3. Dragonfly (3:35)
    4. The Nightmare (4:28)
    5. Exordium (6:24)
    - Elements of Life Suite
    6. Overture (4:43)
    7. Fire (6:10)
    8. Water (6:11)
    9. Air (4:19)
    10. Earth (6:53)
    11. Music (7:25)

    Total 63:04

Roby Deaton: Keyboards, guitars, vocals
Craig LeMay: Drums & percussion

Invités:
Hadi Kiani: Vocals, Ehsan Imani & Josh Mark Raj: guitars, John Haddad &Charles Berthoud: bass,
Liza Evans: Violin

musiciens / musicians