CHRONIQUE / REVIEW

Dead End Space

Cosmic Comedian

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

April 16, 2022

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Alienation Records

Suède / Sweden

François Bérubé - September 2022

8,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Dead End Space est un trio suédois, formé de Johnny ENGSTROM (d’origine américaine vivant en Suède depuis plusieurs années) à la voix, à la guitare et à la composition; de Niklas HÖGBERG à la guitare basse et de Galle JOHANSSON à la batterie. Ce trio me rappelle étrangement un autre power trio canadien devenu légendaire désormais : Rush. La voix de ENGSTROM sonne d’ailleurs un peu comme celle de Geddy LEE : pas sa voix criarde des années 70 que certains détestent et que j’aime bien quand même, mais plutôt sa voix plus mature des années 90 et après. Il ne s’agit pas du premier projet de ce groupe. Il existait déjà depuis 2008 sous le nom de Johnny ENGSTROM Band et avait réalisé trois albums respectivement en 2008, 2009 et 2011. Il a ensuite changé de nom pour Dead End Space et a réalisé deux autres albums en 2013 et 2018. Celui-ci est donc leur troisième album.

Cet album contient 8 pièces, de 6 à 9 minutes chacune. On ne s’ennuie pas, on a droit à un heavy prog de qualité, inspiré, efficace et énergique. L’album commence avec « Falling » : la batterie se fait présente dès le début, la voix et les riffs de guitare énergiques savent capter notre attention. Ce groupe a un talent mélodique évident. La deuxième pièce « The Other Side » commence par quelques notes de synthé, celui-ci n’est pas crédité. D’ailleurs il est présent quelques fois dans l’album et ajoute une touche intéressante qui agrémente le tout. Ensuite, la pièce devient un peu plus acoustique. J’aime le refrain « I can see the light… » et la coupure de rythme. Les chœurs sont intéressants et accrocheurs. Il y a une excellente partie instrumentale au centre de la pièce avec solo de guitare, de synthé et des vocalises. Une belle voix féminine qui n’est pas créditée se fait aussi entendre. Elle reviendra tout au long de l’album. Il s’agit de la meilleure pièce de l’album à mon avis. C’est d’ailleurs la plus longue avec 9 minutes et 20 secondes au compteur. Elle est variée, efficace et agréable à écouter (4,5/5).

On enchaîne avec « Night Drive », je remarque le son de la basse bien ronde ainsi qu’un refrain accrocheur et des vocalises un peu plus loin qui le sont d’autant plus. L’ombre de Rush est toujours présente, mais celle des années 90-2000. Je ne citerai pas chacune des chansons. On retrouve un peu la même recette tout au long de l’album. Je ne serais pas surpris que ce groupe ait été un groupe hommage à Rush par le passé. Le tout se termine en beauté avec la deuxième plus longue pièce de l’album qui a quand même pour titre mon année de naissance : « 1979 » 😉 ! Les vocalises, les changements de rythme et le refrain sont percutants et entraînants. L’album se termine avec une finale explosive où le synthé se fait aller pour notre plus grande joie.

Les comparaisons avec Rush sont nombreuses, tant du côté de la voix que de la basse et de la guitare. Qui s’en plaindrait? Voici un très bon album de rock progressif heavy, bien composé, mélodique, homogène et efficace qui ne réinvente pas la roue mais qui est très agréable à écouter. Amateurs du trio canadien, ne vous en privez pas!

PISTES / TRACKS

    1. Falling (6:53)
    2. The Other Side (9:20)
    3. Night Drive (7:51)
    4. Ghost Rider (7:45)
    5. Circles (7:22)
    6. Spirit Inside Of Me (9:07)
    7. Magic Wand (7:25)
    8. 1979 (9:17)

Johnny Engstrom: Guitars, vocals
Niklas Högberg: Bass
Galle Johansson: Drums

musiciens / musicians