CHRONIQUE / REVIEW

David Cross & Andrew Keeling

October is Marigold

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

November 30, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Burning Shed

Royaume-Uni / UK

Denis Boisvert - March 2022

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici un opus qui vous sortira de l’ordinaire. Réunissant la magie du violon de DAVID CROSS avec le talent de composition classique de KEELING et son jeu de flûte, de clavier et de guitare, ‘October is Marigold’ est en fait une suite de leur premier album de 2009 ‘English Sun’ qui parlait des splendeurs de l’été. Selon les artistes vous écoutez de la musique de chambre électrique. Instrumental et improvisé, le thème de l’album est une autre saison : l’automne, avec sa majesté, sa lenteur, ses couleurs et sa tristesse résignée. Apparemment l’idée et certaines pistes datent aussi de 2009 et sont reprises ici. Il s’agit ici d’un ouvrage réunissant une trame symphonique, des instruments électrifiés comme le fameux violon de CROSS et même un peu de mellotron et une témérité avant-gardiste. Le résultat est fluide, languissant, éthéré, simple et efficace mais restant accessible.

Plus Bartok ou Satie que rock ou jazz on prendra comme exemple le motif de deux accords plaqués répétés du thème ‘Marigold’ qui revient à 4 moments dans l’album et qui fournit la structure sur laquelle se greffe le violon soupirant de CROSS. Le sentiment reste très naturel et organique, on sent le vent, les oiseaux, le crépuscule de l’été aussi. Musicalement, le génie des deux musiciens s’opère sans faille et leur complicité de fait pas de doute. Tous les morceaux ont leur intérêt et sont captivants. ‘Kingfisher’ est très pastoral et le style de CROSS y est le plus reconnaissable. ‘Strong as Mountain Lion’ est plus relâché. Mes favoris sont définitivement les deux derniers morceaux. ‘The Spiking Darts That Were Trees’ qui est mystérieux, fusionnel et puissant avec ses textures électriques abondantes et mystiques.Tout un travail au violon encore, l’ambiance est lourde et évocatrice par moment on dirait TANGERINE DREAM joué par un orchestre classique. La finale ‘The Dark Edge Of Desire and Marigold’ poursuit dans la même veine quasi-psychédélique avec des assonances, des sautes d’humeur de violon et des paysages grandioses pour finir avec le thème du début.

Bref, rien d’ennuyant, on oublie rapidement l’aspect improvisé pour se plonger dans l’univers de nos deux créateurs. Vraiment du matériel riche et complexe. ‘Tripatif’ et satisfaisant. Merveilleux sur un gros système de son. Une très belle mesure du génie et de la durabilité de DAVID CROSS qui demeure très actif sur la scène musicale progressive.

A découvrir définitivement.

PISTES / TRACKS

    1. Marigold 1 (1:19)
    2. Kingfisher (5:36)
    3. October Is Marigold (9:31)
    4. Strong as a Mountain Lion (6:09)
    5. Marigold 2 (3:51)
    6. Ever Nearer (8:05)
    7. Marigold 3 (4:00)
    8. The Spiking Darts That Were Trees (8:27)
    9. The Dark Edge of Desire and Marigold 4 (8:49)

    Total 55:47

David Cross: Electric violin
Andrew Keeling: Flute, keyboards, guitars

musiciens / musicians