CHRONIQUE / REVIEW

Caveat

Alchemy

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

February 11, 2022

Format:

Digital

Label:

From:

Asher Media

Canada

Mario Champagne - June 2022

6,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Mise en garde ! De Calgary, la formation « Caveat », qui se lança en 2001 et dont le nom signifie vraiment « mise en garde », nous en lance effectivement une avec leur cinquième album ! Attention les oreilles car il y a de quoi là-dedans pour terrasser les neurones de meurs auditeurs avec leur Prog métal très technique, mélodique pour le chant, où la disparité des voix surprend car elle allie douceur féminine, maturité masculine et des soupçons de « growl » qui font dans la retenue et qui généralement sont de bons alois ! Un album en gestation depuis 2019, qui fut complété en 2020, mais finalement, les membres de cette formation décidèrent d’attendre la fin (toute relative !) de la pandémie pour le publier avec l’espoir de reprendre le circuit des tournées.

Un album pour les amateurs de Prog métal bourdonnant et vertigineux qui neutralise les ondes cérébrales par sa surabondance de notes et de vibrations sonores, qui empêche l’auditeur de bénéficier de tout mode de réflexion et qui par la célérité des performances instrumentales et les enchainements de paroles dignes d’un « Road Runner », nous laissent perplexes sur la possible compréhension des textes qui se montrent intéressants mais qui sont noyés dans un tintamarre viril et coriace, alimenté par des guitares puissantes et des percussions massives. Au niveau de la production, on a même l’impression qu’ils ont placé les micros des chanteurs en arrière-plan.

Des textes très élaborés nous sont offerts qui traitent de sujets sérieux dont l’impact de nos actions individuelles sur nos vies, nos addictions et nos recherches de potions magiques, l’impact de nos peurs dans nos choix décisionnels, les démons personnels auxquels il faut faire face, les effets positifs de la vie famille, la perte malheureuse de proches, et il y a même un titre inspiré d’une émission télévisée très connue. Mais à mon grand regret, on peut facilement déduire que le style musical adopté n’aide probablement pas à faire passer les messages, car en fait, il l’efface. Il y a le dicton très connu qui dit « Trop, c’est comme pas assez ». Trop fort, trop vite, trop de notes, trop de mots à faire rentrez rapidement dans une séquence, au point souvent de rendre le tout incompréhensible. Cela tue le messager !

Je trouve cela dommage. Il y a pourtant ici, des talents évidents au chant. On perçoit que Mme BOURDON possède une très jolie voix. Bien que je ne sois pas un grand fan du « growl », j’ai trouvé que le « growleur » de cet album s’en tirait bien et avec élégance. Musicalement parlant, les performances sont à la hauteur et impressionnante, puisque l’objectif général est atteint, tout en démonstrations mélodiques de puissance et en bombardements énergiques qui feront le bonheur des « fans » avides de se faire souffrir les cervicales dans un marathon de « head banging ». Pour ma part, il y a eu de très courts moments au cours des chansons, où le rythme s’est calmé brièvement, et vraiment, là je me disais, rester comme cela à ce rythme, il y a du bon ! Il y a un passage tranquille très sympa, mais trop court dans « Until Dawn » qui révèle une belle facette de cette formation et on pourrait se demander d’ailleurs pourquoi il n’y en a pas plus dans l’album, où la folle frénésie domine. Mais si vous êtes un fan de MESHUGGAH, de GOJIRA, de Devin TOWNSEND et du vieux OPETH, il y a fort à parier que vous serez partant pour vous abimer les cervicales.

Pour conclure, bien que je ne sois pas vraiment amateur du genre, je salue la cohésion des voix qui composent ce trio harmonieux et complémentaire, ainsi que le travail de composition des sections instrumentales où l’on peut détecter plusieurs petits moments de grâce résultant d’un travail très sérieux. Bon, je vais aller me prendre quelques Tylenol ! Titre préféré : « Until Dawn ». Bonne écoute !

PISTES / TRACKS

    1. Silver (7:03)
    2. Alchemy (7:08)
    3. Infinite (6:44)
    4. Black Mirror (7:06)
    5. Ghost (8:35)
    6. Until Dawn (5:55)
    7. Zero Hour (7:21)

Amanda Marie BOURDON – Vocals & Keyboards
Gregg MUSGROVE – Guitar & Vocals
Joe SIKORSKI – Guitars
Matt PETTI– Bass
Casey ROGERS – Drums

musiciens / musicians