CHRONIQUE / REVIEW

Big Big Train

Welcome To The Planet

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

January 28, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

English Electric Recordings

Royaume-Uni / UK

Serge Marcoux - March 2022

9,5

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Je commençais ma chronique du précédent album de BIG BIG TRAIN, « Common Ground », en évoquant les événements que nous vivions depuis le mois de mars 2020, leurs effets sur nous, sur le milieu culturel et sur ce groupe que j’aime tant. Voici que BIG BIG TRAIN doit se réinventer, une fois encore, à la suite de la tragique perte de DAVID LONGDON. Ce si triste décès pour son âme sœur, ses enfants, ses partenaires et amis musicaux teinte ma première écoute qui accompagne les mots qui se forment au bout de mes doigts. J’ai le cœur gros et pourtant je suis heureux d’entendre cet album posthume qui paraît moins d’un an après le précédent. Bienvenue sur la planète BIG BIG TRAIN.

Le puissant symbole des deux mains et bras soudés au-dessus de la terre de « Common Ground » a fait place à un réseau de mains et de bras toujours entrelacés avec Gaia en toile de fond. Ces liens entre les humains apparaissent plus nécessaires que jamais alors que l’Europe et le monde tremble devant la folie des Hommes. Les bras et les mains qui avaient suppléé aux départs de trois musiciens sont maintenant parties prenantes de « Welcome to the Planet », le quatorzième album studio du groupe. En effet, CLARE LINDLEY, violon et voix, CARLY BRYANT, claviers et voix, et DAVE FOSTER, guitares, ont uni leurs forces et talents à ceux de DAVID, NICK, RIKARD et GREG. Ce dernier de nous dire, " L'expérience de la pandémie a démontré que nous devons tirer le meilleur parti de notre temps sur Terre. Dans cet esprit et avec de nouveaux membres du groupe à bord nous donnant un nouveau souffle, nous avons décidé de retourner rapidement en studio pour écrire et enregistrer « Welcome To The Planet ». "

Ce nouveau terrain d’entente pour la planète BIG BIG TRAIN se manifeste dès le premier morceau co-écrit par DAVE et DAVID. À l’instar des deux albums précédents, le premier morceau, « Made from Sunshine », en est un entrainant, facile à fredonner ou à chanter. Les voix de CLARE et DAVID s’unissent merveilleusement dans le rôle principal pour un début qui respire le bonheur et la joie de vivre. Pour rester dans le ton et le rythme, « The Connection Plan », avec son début au violon, est une pièce écrite par NICK et chantée de façon plus touchante et puissante que jamais par DAVID. C’est une ode à l’importance de s’unir malgré nos différences. Notons aussi le travail à la guitare de RIKARD et à la pédale de basse de GREG. Si je mentionne « Atlantic Cable », plusieurs amateurs penseront à un des meilleurs morceaux de l’album précédent. Sachez que « Lanterna » a presque été intégré à « Atlantic Cable ». Un morceau solide, en deux sections, avec encore du bon travail à la guitare de RIKARD et le piano joliment ciselé de CARLY. Unissez une guitare douze cordes, un mellotron et la voix de DAVID LONGDON pour chanter l’amour et cela ne peut être que beau. Un dépouillement qui sied parfaitement à un morceau que GREG a écrit pour son épouse KATHY lors d’une visite à Rome. Pour clore la première partie ou la face un, vous avez un instrumental écrit par RIKARD SJÖBLOM, « A Room with No Ceiling ». Il y joue tous les instruments sauf la basse et la batterie. Un morceau un peu différent des propositions que l’on connaît du groupe avec un début atmosphérique et puis jazzé. Le travail à l’orgue est à noter et la rythmique attire l’attention par son approche inventive. La tendance jazzée se manifeste tout au long du morceau et ce, à divers moments.

La deuxième partie s’ouvre avec un morceau typique du groupe par le son et par l’histoire racontée, soit les expériences de l’enfance tant positives que négatives. « Proper Jack Froster » propose, entre autres, les guitares douze cordes électrique de DAVE et acoustique de RIKARD, les cuivres si bien utilisés depuis maintenant plusieurs albums, une section médiane chantée par CARLY et le violon de CLARE. Une combinaison gagnante, croyez-moi ! Quel morceau ! « Bats in the Belfry » est un deuxième instrumental. Cette composition de NICK est mieux traduite en français par l’expression une araignée au plafond. C’est GREG qui a suggéré à NICK d’écrire un morceau où il lâcherait son fou sur la batterie, voilà pour la base. NICK a eu l’idée d’utiliser l’ensemble de cuivres qui colore la palette sonore du groupe depuis quelques années déjà. Une excellente idée et il a réalisé les arrangements avec l’aide de DAVE DESMOND, le leader de l’ensemble de cuivres. Plus jeune, NICK a tâté de la trompette et du cor français, ce qui lui a été d’un grand recours. Le jeu de guitare de RIKARD a déclenché chez lui un éclat de rire de pur bonheur tant il était dans l’esprit et la tonalité recherchée. Ajoutez un court solo de batterie, un peu d’orgue d’église et de mellotron, c’est lui qui joue les claviers, et vous avez une réussite un peu comme « Apollo » sur le précédent.

Les deux derniers morceaux apportent une forme d’apothéose à un autre excellent album du groupe et ce, sans considération de ce qui est arrivé. « Oak and Stone » met réellement en valeur la voix de DAVID et sa performance est forte et nous touche plus que jamais. J’en ai vibré jusqu’à la moelle de mes os. On additionne le mellotron, le jeu de contrebasse de M. VOSLOO, un invité, la guitare de RIKARD et la batterie de NICK, si bien adaptée à l’esprit de la musique du groupe, et ces sept minutes rejoignent les classiques du groupe tels « Swan Hunter », « Uncle Jack » ou Currator of Butterflies », pour ne donner que ces exemples. Que de beauté, de finesse et d’émotions transmises par cette chanson ! « Welcome to the Planet » est tout simplement formidable. Une première composition pour Dame CARLY BRIANT inspirée par une naissance avec les grandes incertitudes de naître en cette période mais aussi avec l’espoir. Composé au piano à queue au milieu de la nuit, elle y assure le chant. Les arrangements sont brillants, cuivres en ouverture solennelle et en fanfare Nouvelle-Orléans plus loin, harmonies vocales gospel ou « Great Gig in the SKY », heureux mariage entre un synthétiseur et un violon, slide guitare et bien plus encore. CARLY était nerveuse à l’idée de proposer une telle pièce et de la chanter alors que c’est une petite nouvelle. Un appel de félicitations de DAVID ainsi que ses quelques conseils l’ont réconforté et sont maintenant chers à son cœur. Je ne peux qu’ajouter, bien humblement, mes propres félicitations à cette composition qui agrandit encore un peu plus le terrain de jeu musical de BIG BIG TRAIN. C’est une fin d’album un peu audacieuse mais n’est-ce-pas l’essence du prog !

« Welcome to the Planet » devient donc une neuvième réussite consécutive depuis l’arrivée de DAVID LONGDON. Une fois de plus, le groupe a démontré sa force, sa polyvalence et sa capacité d’adaptation. Celle-ci est de nouveau mise à l’épreuve et nous devrions avoir des nouvelles de son avenir dans les semaines à venir. Nous connaissons le passé, avant « The Underfall Yard », alors que MARTIN READ et SEAN FILKINS ont assuré le chant, le premier pour trois albums et l’autre pour deux. Mais l’étincelle qui a fait de BIG BIG TRAIN Un Grand du rock progressif anglais est maintenant éteinte. Si le groupe poursuit son trajet, sont-ce les voix de RIKARD, NICK ou CARLY qui remettront le groupe sur des rails ? L’équipage qui ne manque ni de ressources, ni de cœur aura-t-il le flair ou la chance de dénicher un musicien de qualité peu connu comme DAVID avant son arrivée à bord ? La lumière musicale restera-t-elle aussi vive ? Nous ne pouvons que leur souhaiter le meilleur. D’ici là, joignez vos mains à celles tendues pour vous. Écoutez avec votre cœur autant qu’avec vos oreilles et bienvenue sur la planète, la leur comme la nôtre, celles qui ont besoin de tous les espoirs, petits et grands.

PISTES / TRACKS

    - Part One:
    1. Made from Sunshine (4:04)
    2. The Connection Plan (3:55)
    3. Lanterna (6:29)
    4. Capitoline Venus (2:27)
    5. A Room with No Ceiling (4:52)
    - Part Two:
    6. Proper Jack Froster (6:38)
    7. Bats in the Belfry (4:54)
    8. Oak and Stone (7:12)
    9. Welcome to the Planet (6:41)

- David Longdon / Lead & backing vocals, flute, mellotron, piano
- Gregory Spawton / Bass, bass pedals, acoustic guitar, keyboards, backing vocals, spoken
words (9)
- Rikard Sjöblom / Electric & acoustic guitars, keyboards, accordion, backing vocals
- Nick D'Virgilio / Drums, percussion, keyboards, backing vocals
- Carly Bryant / Keyboards, lead vocals (9) & backing vocals
- Dave Foster / Electric and acoustic guitars
- Clare Lindley / Violin, lead vocals (1)
With:
- Riaan Vosloo / Upright bass (8)
- Derek Reeves / Violon (2)
- Aidan O'Rourke / Violin (8)
- Five Piece Brass Ensemble:
- Dave Desmond / Trombone
- John Storey / Euphonium
- Nick Stones / French horn
- Ben Godfrey / Trumpet
- John Truscott / Tuba

musiciens / musicians