CHRONIQUE / REVIEW

Athak

Dihmin Iszhe

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 5, 2022

Format:

Digital

Label:

From:

Self-Released

France

Frédérik Roy - September 2022

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Quel sentiment plaisant de se permettre des découvertes majeures, une fois de temps en temps. C'est notamment le cas avec Athak, projet quasi solo de Scarset VINCENT, compositeur de génie et virtuose multi-instrumentiste. Très inspiré de l'obscur (et génial) Zheul de Magma, Athak leur rend hommage avec brio et ne se limite pas qu'à cela. En effet, Athak parvient tout de même parfois à sortir du cadre Magmaesque et s'approprier une identité propre. Très prolifique, Athak surprend par la quantité d'idées sonores rendues disponibles depuis sa création en 2008. Je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de tout entendre, mais ce n'est que partie remise! Dihmin Ïszhe, un de ses plus récents opus, sorti en mai de cette année, présente 2 morceaux de 17 minutes chacun. Déjà, quand on me propose de longues pièces, ma curiosité est souvent entièrement conquise.

Constitué donc de 2 longs morceaux, cet album nous fond dans les oreilles comme du bon beurre dans une poêle déjà bien chaude. 34 minutes qui passent très rapidement et qui nous donnent immédiatement l'envie de le reprendre du début, ou de nous délecter d'une autre offrande sonore de leur vaste discographie. L'album laisse beaucoup de place aux ambiances et à la justesse des sonorités. N'y cherchez pas les éléments plus chaotiques souvent caractéristiques du Zheul de Koenjihyakkei ou de Shub Niggurath, pour ne nommer que ces autres figures de proue du style. Nous sommes plutôt ici dans un prog à saveur de Zheul, donc plutôt léché, mais pas moins agréable à l'écoute. La première pièce contient moins d'éléments vocaux que la seconde, ce qui en fait, en partie, un album principalement instrumental. On oublie les passages de Magma où un opéra quasi cauchemardesque règne, mais on demeure tout de même dans un sentiment sombre et parfois inquiétant, ce qui devrait maintenir la flamme des amateurs de Zheul bien brûlante. Les morceaux sont surtout élaborés autour d'arrangements répétitifs, mais avec juste assez de variations pour demeurer pertinents et réitérer constamment l'attention de l'auditeur.

Honnêtement, je trouve presque difficile à croire qu'il s'agit du travail d'un seul homme. Les arrangements sont simplement incroyables et la variété des instruments et la maîtrise de ceux-ci pourrait ébahir le plus endurci des mélomanes. Pour résumer Athak en une phrase, c'est comme si des extra-terrestres avaient entendu Magma du fin fond du cosmos et avaient tenté de recréer leur son à leur manière. Vraiment, c'est un projet à découvrir absolument pour tous les amateurs de cette branche du prog. Devant vous se trouve donc un petit chef-d'oeuvre du Zheul. Aurez-vous le courage d'imprimer à jamais ces sublimes sonorités dans l'encre de vos tympans? Bonne écoute!

PISTES / TRACKS

    1. ATHAK XI - Dihmin Ïszhe (17:02)
    2. ATHAK XI - Eulogh Ïsz (16:54)

Scarset Vincent: Vocals, bass, guitar, drum, keyboards, programming

musiciens / musicians