CHRONIQUE / REVIEW

Arthur Brown

Long Long Road

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 24, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Prophecy Productions

Royaume-Uni / UK

Alain Massard - August 2022

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Arthur BROWN est le fondateur en 1968 du méga tube ‘Fire’ hypnotique, avant-gardiste basé sur des pulsations d’orgue et un refrain percutant tiré de sa voix aux nombreuses octaves, titre qui a propulsé et fait exploser le groupe car trop en avance sur son temps. C’est le père spirituel des DEEP PURPLE, d’Alice COOPER et de KISS, c’est le chanteur des KINGDOM COME, c’est celui qui a joué dans le film ‘Tommy’, avec ALAN PARSONS PROJECT, Klaus SCHULZE et Bruce DICKINSON ; il a influencé Bob SEGER, les DOORS, Bruce SPRINGSTEEN pour ses ballades épiques. A 80 ans avec son fidèle Rik il sort sur ses influences folk prog, blues, rock hard glam psychédélique et progressif un album concept détonnant et étonnant en CD, LP avec livret et bonus.

« Gas Tanks » intro sombre, caverneuse, progressive en fait avec orgue Hammond, la voix envoûtante magmaïenne et la flûte ramènent au heavy prog d’antan; l’orgue à son firmament qui flirte avec le genre cinématique un temps, comme sur ‘Phantom Of The Paradise’ et ça enchaîne sur « Coffin Confession » intermède arpège guitare et orgue à la voix menaçante, hypnotisant, théâtrale d’Arthur ; le concept continue avec « Going Down » enchaînement grandiloquent au sax en riff flamboyant ; titre bluesy, groovy tournoyant vers le mouvement jazzy, sur du Joe COCKER, du Alice COOPER. Longue montée crescendique 70’s, du saxo, de l’orgue, ambiance souvenir sur un vieux SUPERTRAMP parfois. « Once I Had Illusions (part 1) » sur la voix de Jim, air entêtant, répétitif, orgue en avant, vocal blues-gospel montant en transe sur les SUPERTRAMP, bref chanson psychédélique chargée d’émotion ; un peu des DOORS malsain au détour pour le morceau de l’album. « I Like Games » suite avec harmonica et ambiance western bluesy, la slide guitare qui sied si bien, atmosphère vintage à la John Lee HOOKER puis crescendo énergique sur une grosse caisse ; voix grave, sourde, crooner, avant de lancer par une envolée de mouettes le...

« Shining Brightness » psychédélique, voix en mégaphone, orgue vibrant ; ça hurle comme un bon hard rock jazzy et ce xylophone ou vibraphone et cette voix qui récite un mantra; un air BOF des ‘Twin Peaks’ puis l’orgue final rendant le côté planant plus vif pour annoncer « The Blues and Messing Round » blues standard typé où la guitare ramène à des bases lointaines allant d’Albert COLLINS, BB KING, Jimi HENDRIX à Gary MOORE, bref du lourd ; le piano qui coule en cascade et l’Hammond enfin pour un beau moment vintage simple et efficace. « Long Long Road » changeant de registre à nouveau avec piano, Hammond et guitare acoustique et la ballade romantique au spleen évident ; un peu des PROCOL HARUM, MEAT LOAF et Joe COCKER sur une voix divine ; un titre hymne. « Once I Had Illusions (part 2) » vient conclure cet opus par un blues tirant sur le heavy par la guitare et la voix tournoyante telle un feu-follet ; rythme saccadé montrant l’une des possibles origines proto hard, un peu dans la lignée d’un titre emblématique des DOORS. « No One to Blame » et « Living in the Love » sur l’artbook à vous procurer, moi-même ne l’ayant pas donc pas de note dessus.

Arthur BROWN signe là une musique exubérante, stimulante ; c’est bluffant, puissant, rétro-gardiste et novateur ; c’est surtout bourré de vitamines musicales et cela montre qu’il peut sortir un album concept complet à son âge légèrement avancé. Des sons melting-pot qui viennent puiser dans son univers musical d’origine, des ambiances anciennes mélangées avec le son d’aujourd’hui et 40 minutes de voyage progressif jouissif tout simplement. Ce qui m’a surpris dans cette chronique fut de citer des groupes marqueurs références qui ont pris eux-mêmes dans son répertoire musical ces substrats, bref un petit bijou après une longue, longue route.

PISTES / TRACKS

    1. Gas Tanks (3:22)
    2. Coffin Confession (1:42)
    3. Going Down (4:22)
    4. Once I Had Illusions (part 1) (5:58)
    5. I Like Games (4:22)
    6. Shining Brightness (4:00)
    7. The Blues and Messing Round (5:52)
    8. Long Long Road (4:20)
    9. Once I Had Illusions (part 2) (6:18)

    Bonus (only box and artbook):
    1. No One to Blame (5:08)
    2. Living in the Love (4:30)
    Total: 40’14’’ (49’22’’)

Arthur Brown: Vocals, guitars, piano
Rik Patten: Multiple instruments

musiciens / musicians