CHRONIQUE / REVIEW

Arkness

Tales From The Inbetween

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

February 22, 2022

Format:

Digital

Label:

From:

Self-Released

France

Julian Zabelsson - July 2022

7,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

On va finir par me prendre pour un chroniqueur chauvin puisque j’enchaine les groupes français, mais j’assume, cocorico à la scène prog métal française qui je trouve se porte bien et que je plébiscite ad nauseam. Arkness, pour ce qui nous intéresse cette fois-ci, est un groupe toulousain (décidemment le sud-ouest est le porte étendard du genre) fondé en 2019, ils se définissent eux-mêmes comme un croisement entre du métal progressif et de la musique de film (nous sommes donc faits pour nous entendre à priori), et ont la particularité d’avoir une line up sans guitariste mais avec pleins de guests à ce poste ! États des lieux :

On ouvre avec « Aquarius », le thème qui se développe timidement dans le fond sur les flutes et harpes m’évoque immédiatement l’univers musical de Nobuo Uematsu, la voix grave du chanteur dévoile l’histoire, la section rythmique bien compact laisse s’exprimer une composition éthérée et lancinante, des points bonus pour le son de basse savoureux de Sebastien ROUZOUL. « Six Step Of Madness » démarre sur fond de techno/ethnique poursuivi par un ostinato rythmique simple et efficace, un petit gout de Queen dans les harmonies vocales.

« The Witch from Below », pour lequel le groupe a réalisé un clip, démarre en douceur, des chuchotements et un célesta plus tard et nous voilà maintenant dans le bayou poisseux couvert de mouches, dommage cette ambiance s’estompe rapidement pour revenir à une formule plus convenu typé Power, ce qui n’enlève rien au duo vocal qui fonctionne très bien. « Paradoxe » reprends l’approche « Techno Djent » avec un chanteur qui m’évoque diablement Franz Ferdinand, la section rythmique est à l’honneur sur ce morceau aux sonorités résolument moderne. « Hope in the Universe » ouvre sur un extrait audio en rapport à « La Guerre des Mondes » de H.P Wells, une composition métal incisive sur fond de prophétie, un propos cohérent et bien construit, une vraie réussite.

« Five Years in the Sky » est une belle ballade, bien nommée puisqu’elle donne vraiment la sensation de flotter, je retrouve une fois encore une sensibilité de composition à la japonaise dans l’arrangement. Décidemment cet album s’enrichi à mesure qu’il se déroule. Comme son prédécesseur, « Eternity and Brimstone » laisse plus d’espace au piano de Magali CANTINOT, adepte des arpèges, pour s’exprimer, la partie mineure au violon synthé est très réussi.

Tandis que ce rapproche la fin de l’album, « Circus Dazzling Lights » ouvre sur un basse-batterie percutant qui porte un super solo de saxophone (non cité dans la liste des artistes ?), décidemment je vais finir par apprécier l’exercice. Très belle montée en puissance Djent/core. Court et efficace. Enfin, « The Discovery of Arkness » porte bien son nom puisque l’épilogue fait l’effet d’un véritable pot-pourri de toutes les influences que le groupe nous a dévoilé durant ce premier album très solide.

Je n’ai malheureusement pas pu souligner les qualités individuelles de chaque musicien, la grande liste de guests non répertoriés en cause, mais il va sans dire que ce galop d’essai de la formation toulousaine est une belle réussite. Prenez le temps de les découvrir, la scène émergente mérite votre soutien lorsqu’elle (auto)produit des artistes de qualité. Affaire à suivre.

PISTES / TRACKS

    1. Aquarius (04:11)
    2. Six Steps of Madness (06:02)
    3. The Witch from Below (05:04)
    4. Paradoxe (07:36)
    5. Hope in the Universe (05:29)
    6. Five Years in the Sky (04:28)
    7. Eternity and Brimstone (04:33)
    8. Circus Dazzling Lights (04:01)
    9. The Discovery of Arkness (06:37)

Magali CANTINOT: Keyboards
Johann BRASSAC: Drums
Sebastien ROUZOUL: Bass
Mathieu VERGEZ: Vocals

Guests:
Clement LONGUET: Guitars
Lucas DE LA ROSA: Guitars
Tao PAINVIN: Guitars
Maxime RUEL: Guitars
Louis MARCAIS: Guitars
Donnchadh MULLAGHY: Guitars
Léa Cuny-Bret - Saxophoniste
Swann MAYOLLE: Bass
Anne CYA: Vocals
Nico MORONI: Vocals
Raphael VALLAURY: Vocals
Daniel PIERCE: Lyrics

musiciens / musicians