CHRONIQUE / REVIEW

Amarok

Hero

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 15, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Oskar Records

Pologne / Poland

Serge Marcoux - January 2022

INTERVIEW HERE

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

1989 est une année très importante pour l’histoire de la musique moderne en Pologne. C’est aussi une année cruciale pour l’histoire tout court puisque la situation politique trouble et changeante du pays a donné le coup d’envoi à la chute des régimes communistes en Europe. Auparavant, seul le groupe SBB avait réussi à œuvrer durablement dans un style musical progressif au cours des années 70 dans ce pays sous le joug communiste depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Comment ? Ça c’est une autre histoire ! Dès l’année suivante, en 1990, COLLAGE donnait le coup d’envoi au renouveau polonais avec « Basnie ». Au cours des années 90, hormis COLLAGE, ABRAXAS et QUIDAM il y avait peu de prog polonais. C’est surtout au tournant du nouveau millénaire que l’essor progressif s’est fait sentir avec MILLENIUM, SATELLITE, MOONRISE et AMAROK notamment. Une possible influence est celle des tournées rendues possibles et des enregistrements en spectacle faits en Pologne, PENDRAGON, EMERSON, LAKE and PALMER notamment. Depuis une vingtaine d’année, les enregistrements faits en public dans ce pays se sont multipliés. Mais revenons en studio pour parler du nouvel album d’AMAROK, « Hero ».

AMAROK a été créé en 1999 par le guitariste, chanteur et multi-instrumentiste, MICHAL WOJTAS. Il est l’homme-orchestre des trois premiers albums, parus en 2001, 2002 et 2004, auxquels se joignent divers invités dont COLIN BASS (CAMEL et solo) et MARIUSZ DUDA (RIVERSIDE, LUNATIC SOUL), entre autres. Mais en 2005, l’aventure se termine, pour mieux reprendre douze ans plus tard. De nouveau, celle-ci débute comme un projet solo avec des invités pour étoffer les sons et les idées. Une des invitées est la percussionniste et vocaliste, MARTA WODJAS, qui fait maintenant partie du groupe qu’est devenu AMAROK pour l’album « Hero ». Les deux précédents, « Hunt » en 2017 et « The Storm » en 2019, ont été faits selon la formule initiale. Les deux autres membres du quatuor actuel sont KONRAD ZIELINSKI qui officie en tant que batteur et KORNEL POPLAWSKI qui joue principalement de la basse et du violon.

Avec ses quarante-deux minutes, « Hero » se présente un peu comme un disque à l’ancienne dans sa facture. Sept morceaux de cinq à sept minutes principalement axés sur les atmosphères créées et souhaitées par le compositeur. Entre les oreilles, vous n’aurez pas un album de démonstrations techniques ou de solos déjantés. Attention, cela ne signifie pas l’absence d’une musicalité de qualité. Divers musiciens ont inspiré MICHAL WOJTAS au cours de sa carrière. Ainsi, MIKE OLDFIELD, DAVID GILMOUR, MARK KNOPPLER et JEFF BECK ont laissé leur empreinte dans les goûts de MICHAL et un peu de leurs influences dans son jeu de guitare, voire un tantinet, à certains moments, dans les compositions. Malgré leur relative courte durée, plusieurs pièces offrent diverses ambiances. Ainsi, « It’s not the end » avec son début vibratoire et en douceur évoque un peu LUNATIC SOUL. La belle voix de WOJTAS rappelle un peu une autre belle voix polonaise, celle de MARIUSZ DUDA. C’est une bien bonne habitude prog polonaise que les belles voix. Pensez aussi ŁUKASZ GALL GAŁĘZIOWSKI de MILLENIUM ou MARCIN JAJKIEWICZ autrefois avec MOONRISE pour ne donner que ces exemples. Après ce début de morceau un peu ambiant, un peu incantatoire, on passe par un court passage psychédélique pour enchainer avec des riffs de guitare ravageurs qui nous transportent dans l’univers de PORCUPINE TREE. Tout ça dans un morceau d’un peu plus de cinq minutes sans faute de goût et sans donner l’impression d’être décousu.

« Surreal » qui suit remmène une énergie quelque part entre PORCUPINE TREE et RIVERSIDE avec voix et guitares à l’honneur. Changement de registre avec « Hail! Hail! Al ». Nous sommes d’abord transportés par un rythme un peu tribal auxquels se joignent une voix un peu lointaine et quelques sonorités de guitare. Le rythme s’acoquine avec des sons industriels et nous avons aussi droit à un solo à la GILMOUR. C’est fort réussi et je n’ai pu m’empêcher de penser un peu à « Waiting Phase Two » de l’album « Signify » de PORCUPINE TREE ». Autre changement pour la délicate « The Orb » où les perles que sont la voix de WOJTASD et son jeu de guitare évocateur des maîtres que sont GILMOUR et KNOPPFLER fait du morceau un bijou que l’on ne peut se lasser d’écouter. Un autre morceau tout en atmosphère est le seul instrumental, « The Dark Parade ». La basse ouvre le bal suivi par les percussions de Dame WOJTAS. Une guitare, très « Run Like Hell » s’ajoute. Des sonorités électroniques et une rythmique plus lourde transforme le tout en transe musicale qui nous replonge un peu ver le « Signify » évoqué plus tôt mâtiné d’un peu de PINK FLOYD spatial et de « DEAD CAN DANCE » pour offrir un mix totalement AMAROK.

La pièce titre débute avec des sonorités électroniques mises un peu en retrait par le chant. La guitare qui s’ajoute et une rythmique lente mais ferme change le ton. Un petit quelque chose de TEARS FOR FEARS s’insinue par moment dans le son. Une fois encore, les notes de guitare judicieusement choisies de MICHAL nous accrochent, nous propulsent dans ce morceau prenant qui offre un crescendo presqu’imperceptible mais irrésistible pour nous emmener à sa conclusion. L’ultime solo de guitare est d’une beauté à couper le souffle. Le plus long morceau scelle l’album avec une intimité, voire une austérité touchante. Cette voix belle et douce de Sieur WOJTAS est mise en évidence, avec de délicates nappes de clavier, quelques légères percussions et aussi appuyée par la voix de Dame WOJTAS. Après presque cinq minutes, le piano vient exacerber notre sensibilité et toujours, toujours cette voix. À la sixième minute, la guitare offre aussi ses moments de pure beauté pour en arriver à cette ultime phrase de « Hero » ; Récolte ce que tu sèmes. La moisson a été généreuse avec « Hero », à vous de récolter les amis.

PISTES / TRACKS

    1. It's Not the End (5:23)
    2. Surreal (5:01)
    3. Hail! Hail! Al (6:28)
    4. The Orb (4:58)
    5. The Dark Parade (5:24)
    6. Hero (7:11)
    7. What You Sow (7:23)

- Michal Wojtas / Lead & backing vocals, electric & acoustic guitar, synthesizers, upright piano, theremin, electric drums, cello, harmonium, gong, flute, sampling
- Marta Wojtas / Voice (1,6), backing vocals (3,4,7), gong, frame drum, djembe, percussions
- Kornel Popławski / Bass (1,2,4-6), violin (1,3,4), backing vocals (1) synthesizer (3,6)
- Konrad Zieliński / Drums (1-6)

musiciens / musicians