CHRONIQUE / REVIEW

Altesia

Embryo

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 16, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Self-Released

France

Alain Massard - January 2022

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

ALTESIA est un groupe de métal progressif français fondé par Clément DARRIEU en 2017. Une fois qu’il a commencé à se sentir confiant dans ses compositions, il a construit le line-up pour transmettre au mieux sa musique; c’est leur 2e album après un ‘Paragon Circus’ étonnant de maturité, métal prog flirtant sur les maîtres DREAM THEATER, OPETH et de ses fils spirituels que sont HAKEN et ANATHEMA. Cet opus flirte aussi avec les tendances pop, funky, jazzy, death et orchestrales symphoniques des LEPROUS par instants, du CALIGULA’S HORSE ou du WILDERUN; grande amplitude musicale de fait. Des thèmes sur l’affirmation de soi, le pardon ou le détachement et une envie de donner de l’espoir musical surtout en cette période assez confuse, de l’inventivité, allez plongeons!

« Micromegas » pour une ballade romantico-dépressive, un lent crescendo, une voix sinistre, un violon, une guitare acoustique et un beau titre pour mettre l’ambiance bucolique en avant, très mélodique et belle introduction au final spleen par excellence. « Mouth of the Sky » décolle; rythmique métal prog flirtant sur le DREAM THEATER au départ, intro sublime en tout cas! Solo clavier à part montrant la richesse instrumentale, ça va jusqu’au djent, au black/death metal, l’orchestration fournie va et vient influant sur le tempo et l’intensité du titre, Clément et Alexis jouant sur le son HAKEN même si c’est bien ALTESIA. « The Remedial Sentence » sur une déclinaison variée, symphonique, presque classique; un riff acéré tonitruant où les orchestrations instruments à vent et cordes mettent l’ambiance jusqu’au break jazzy piano-voix à la MUSE puis une escapade sur les traces zappatesques! Retour avec riff et claviers à la DEEP PURPLE un instant avant de repartir sur le grand DREAM THEATER au relent rock opéra final; les guitares métal rappellent la signature en toile de fond.

« Autumn Colossus » comme intermède musical mélancolique ambiant; un titre tout en douceur, une lente montée onirique sur un titre cool, calme, introspectif; le solo de guitare vient donner un peu de sens métal jusqu’au final agressif ou divinatoire? « Sleep Paralysis » au titre explosif, un peu de folie, beaucoup de démence musicale avec du SLEEPYTIME GORILLA MUSEUM, du ZAPPA, du prog opéra, de l’accordéon et un break valse balkan-musette; un déluge de notes prog-métal-fusion déjanté; des riffs qui partent dans tous les sens, un chant guttural du batteur Yann; titre à écouter plusieurs fois, c’est complexe, varié, grandiloquent. « A Liar's Oath » dans la lignée d’un LEPROUS rien que pour la voix typée, sur un son pop-métal bourré d’émotions; on navigue sur le dernier SOEN, sur les HAKEN du début, un titre bluffant qui donne aussi envie de voir le groupe se démarquer de ces ténors.

« Exit Initia » avec la pièce maîtresse, le caviar, la pièce d’orfèvre millimétrée faisant suite à ‘Réminiscence’ du dernier opus : ‘Excipit Omen’ et ce déluge intro sympho-progressive à la DREAM THEATER qui vous colle au siège, juste écoutez au lieu de me lire.

‘Guidance’ sur un intermède jazzy crooner, saxo solo, la panthère rose n’a qu’à bien se tenir; un autre tiroir part sur un solo clavier fruité puis le solo guitare qui gicle et on retrouve l’intensité d’un HAKEN. ‘Horus' Crown’ part subtilement sur ZAPPA et ses recherches bigarrées; l’instrumental donne la place aux différents acteurs. ‘Apogee of a King’ avec l’enchaînement piano majestueux, final mélodique plus pompeux où la voix de Clément fait office de catalyseur; un titre synthèse où chacun des musiciens donne le meilleur d’eux-mêmes...et c’est fini malgré le bruit des mouettes.

ALTESIA a sorti un album piège, bourré de sonorités évidentes variées, de styles typés, montrant l’étendue de son savoir musical tant dans le métal que le djent, le death, l’opéra baroque ou le jazz. Cette diversité peut freiner du fait de tant de variété, elle peut enivrer aussi mais ne vous laissera pas indifférent. Plongé en retard dans ce bain musical et ne vous offrant ma chronique qu’en ce début d’année, j’espère qu’elle vous permettra de me suivre dans mon immersion littéraire et confirmer qu’il faut écouter, rechercher, écouter pour tomber sur la perle rare qui trônait près de vous sans le savoir; bref un must. Il ne leur manque plus de se différencier encore un peu plus pour avoir définitivement leur son propre.

PISTES / TRACKS

    1. Micromegas (4:42)
    2. Mouth of the Sky (5:58)
    3. The Remedial Sentence (6:47)
    4. Autumn Colossus (3:52)
    5. Sleep Paralysis (9:24)
    6. A Liar's Oath (5:17)
    7. Exit Initia (21:33)
    - i. Excipit Omen (6:05)
    - ii. Guidance (5:00)
    - iii. Horus' Crown (4:00)
    - iv. Apogee of a King (6:28)

    Total: 57’33’’

- Clément Darrieu : Vocals, rhythm guitar, acoustic guitar
- Alexis Casanova : Lead & rhythm guitars
- Henri Bordillon : Keyboards
- Hugo Bernart : Bass, solo guitar
- Yann Ménage : Drums
Guests :
-Thibault Malon : Violin (on "Micromegas")
-Julien Deforges : Saxophone (on "Exit Initia - II. Guidance")

musiciens / musicians