CHRONIQUE / REVIEW

Alberto Rigoni

Songs For Souls

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

January 15, 2022

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Pride & Joy Music

Italie / Italy

Alain Massard - March 2022

INTERVIEW HERE

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Alberto RIGONI est le bassiste italien ayant joué dans ASCRA reprenant les titres du DREAM THEATER, puis dans TWINSPIRITS au goût prononcé métal prog à la SYMPHONY X ; il a joué dans BAD As; il a aussi sorti des albums personnels dont celui-ci, le onzième, sortant à un moment singulier de sa vie, un hommage vibratoire et intimiste en fait ; une parabole sur notre passage sur terre. Entouré de RUDESS et de BATTEN je ne pouvais passer à côté de cet album qui le fait reprendre le flambeau au sortir de la pandémie. De la musique entre rock prog, fusion et expérimental ambiant sous son jeu de basse aiguisé.

« The Miracle » basse, cloche, songe aérien, sobre et sombre à la fois pour planter le décor. « L'origine du monde » sur un cri de bébé naissant, une ballade romantique au spleen intentionnel, l’apparition des claviers posés de Jordan RUDESS puis de son piano cristallin, la guitare de Jennifer BATTEN fait de ce titre l’un des moments forts de l’album, un feu d’artifice musical. « Youth » ambiance plus rock déjanté avec une partie zappaesque, le final devient jazzy puis virevoltant prog, amenant des notes de vie, de joie, de beauté, Jennifer y étant pour beaucoup dans cette sensation. « Talking with My Demons » mise en avant de Mark ZONDER puis du piano d’Alessandro pour une escapade mystérieuse, les notes torturées avant d’être finalement jouées ; le break avec la flûte à la GENESIS lance un spleen bouleversant, marche funeste en point de mire, moment archaïque où la musique semble parler. « Suddenly » part sur une section rythmique assez soutenue où la basse va venir faire son coucou sur du SERRA tout craché, intensité expressive, introspective, c’est beau et prenant en quelques secondes.

« The Battle » triste, émouvant, synthé à la Wally BADAROU sur un air mélancolique ; un solo de Tommaso à la guitare me rappelant notre Patrick RONDAT haut en couleur ; la batterie militaire sonnant le glas de cette bataille perdue d’un côté, l’espoir de l’autre côté avec la richesse des notes colorées. « Silence » pour la descente dans un territoire limite ultra-bass saupoudré de nappes atmosphériques ; un pur moment méditatif où le recueillement se veut charger d’humilité ; l’image d’une bulle aphonique loin de tout, chut, je réenclenche le replay. « Keep On Fighting » nous retire de cet état en nous ramenant à un air rock métal mélodique digne du maître Yngwie MALMSTEEN ; ça sort de partout, du manche d’Edoardo et le frappé de Mark amplifie la mesure agressive. « Peaceful Acceptance » laisse apercevoir la fin avec une association basse-piano divine et minimaliste, simple et fraîche comme la rosée du matin ; ça dégouline donc et ça permet de rêver à un moment de tranquillité, de sérénité. « Souls Never Die » vient conclure ce set d’espoir, un rock pêchu fait pour balayer ce moment émouvant de l’artiste et avancer, message nécessaire à avoir en chacun de nous pour les durs moments de la vie. Le son devient gras, charnu, expressif, de l’énergie concentrée de Fabrizio et de Marco.

Alberto RIGONI s’est donc entouré de pointures musicales pour délivrer cet opus délicat et charmeur, intimiste et profond, méditatif et ensorceleur, juste pour aider à dépasser le phénomène du deuil, phénomène cathartique absolu en soi ; un requiem pour son père, un album vibrant d’un bassiste qui a joué pour les plus grands tels MACALUSO, MANRING, HARRISON et EDWIN, MOORE, MINNEMANN, EDMAN, ALAN PARSONS, LANDE, GILBERT. De l’ambiant instrumental, de la fusion sur le progressive rock, de la musique de toute beauté.

PISTES / TRACKS

    1. The Miracle (2:43)
    2. L'origine du monde (5:15)
    3. Youth (3:30)
    4. Talking with My Demons (3:29)
    5. Suddenly (3:27)
    6. The Battle (3:48)
    7. Silence (4:10)
    8. Keep On Fighting (3:58)
    9. Peaceful Acceptance (2:13)
    10. Souls Never Die (5:03)

    Total: 37’36’’

- Alberto Rigoni: Bass

With:
- Jordan Rudess: Keyboards (2)
- Jennifer Batten: Guitars (3)
- Mark Zonder: Drums (2-6,8,10)
- Alessandro Bertoni: Keyboards (4,5,10)
- Tommaso Ermolli: Guitars (6)
- Edoardo Taddei: Guitars (8)
- Fabrizio Leo: Guitars (10)
- Marco Sfogli: Guitars (10)

musiciens / musicians