CHRONIQUE / REVIEW

Wine Guardian

Timescape

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 28, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Burning Minds Group

Italie / Italy

Sébastien Rancourt - July 2021

8,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Quatre ans après la parution de Onirica, les Italiens de Wine Guardian sont de retour avec une troisième album. Officiant depuis 2008 dans le métal progressif, ceux-ci m’étaient pourtant totalement inconnus. Après un survol rapide de leurs deux premiers opus, j’étais fin prêt à découvrir où en était la formation en 2021. Dès l’amorce de « Chemical Indulgence » le groupe annonce ses couleurs. Ne perdant aucune seconde, on se retrouve immédiatement plongé dans l’ambiance. Si ce titre me parait un peu répétitif au départ, il prend une tournure inattendue à mi-parcours. Des harmonies vocales de bonne facture réhaussent ce passage très agréable aux oreilles. Le morceau reprend en force avec un passage guttural bien senti. Mention honorable à la transition originale qui mène à cette partie, une réussite.

Si la première pièce était définitivement un morceau de métal progressif, la deuxième contient davantage d’influence rock. Lorenzo PARIGI brille autant à la guitare qu’au chant dans « Little Boy ». Un morceau plus léger que son prédécesseur mais admirablement construit. Les multiples couches vocales peuvent parfois devenir indigestes lorsqu’on en fait l’abus mais ce n’est absolument pas le cas ici, chacune d’elles ajoutent une profondeur importante à l’ensemble. Les passages instrumentaux ne sont pas en reste non plus. « Magus » passe en coup de vent grâce à un composition de grande qualité. Même s’il ne s’agit pas d’un titre mémorable, celui-ci se veut suffisamment efficace pour qu’on ait envie de le réécouter.

Je ne m’en cacherai pas, je préfère les morceaux qui contiennent du chant. Sur ce point, je suis admirablement servi avec « Digital Dharma ». Un titre qui s’amorce en acoustique au départ et qui dévoile peu à peu sa splendeur. Un moment fort de ce nouvel album. Les changements de rythme sont omniprésents tout au long de ses huit minutes. Une pièce où SGARBI et CAPITANI démontrent l’étendue de leur savoir-faire. Sur cet aspect, « The Luminous Whale » n’est pas en reste non plus. Une composition aussi surprenante que captivante. Frôlant la dizaine de minutes, on passe un agréable moment durant toute sa durée.

Lorsque débute le titre fleuve de l’album, on sait immédiatement que l ’on aura droit à un morceau de grande qualité. « The Astounding Journey » porte admirablement bien son appellation. C’est effectivement dans un incroyable voyage que nous sommes transportés. Des mélodies qui demeurent en tête, des structures musicales hétérogènes et des portions instrumentales raffinées font parties de l’aventure.

En somme il s’agit d’un excellent retour de la part des Italiens. La production est définitivement supérieure à l’ouvrage précédent et la qualité de composition est toujours au rendez-vous. Avec des passages un peu moins répétitifs nous aurions presque été devant un chef-d’œuvre mais, ce sera peut-être pour une prochaine fois.

    1. Chemical Indulgence (7:48)
    2. Little Boy (7:51)
    3. Magus (5:44)
    4. Digital Dharma (8:05)
    5. The Luminous Whale (9:36)
    6. The Astounding Journey (12:23)
    7. 1935 (4:55)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Davide Sgarbi: Drums
Stefano Capitani: Bass
Lorenzo Parigi: Guitars & Vocals