CHRONIQUE / REVIEW

Todd Rundgren

A Wizard, A True Star Live

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 12, 2020

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Purple Pyramid Records

USA

Denis Boisvert - July 2021

8,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Le génie musical de TODD RUNDGREN est indéniable. Avec un carrière exceptionnelle digne d'un 'Hall-of-Famer', il continue de donner des concerts hauts en couleur et en effets spéciaux tout en continuant de produire du matériel neuf et de revaloriser ses classiques du passé. Cette fois-ci, il tire de son chapeau un album marquant et influant paru en 1973, A WIZARD A TRUE STAR dans une version 'live' lors d'un concert à AKRON, Ohio donné en 2009. Entouré de ses collaborateurs chevronnés donc quelques membres de l'Utopie originelle, on a droit aux 19 morceaux presque dans l'ordre original. Dans sa mosaïque habituelle, RUNDGREN est comme un panier de fruit ou une boîte de chocolats. Chaque pièce est unique, énergique, colorée, quelquefois ironiques et toujours captivantes. Voguant allègrement du pop au rock. Les pièces sont souvent courtes et à propos. Difficile de trouver des comparatifs mais Frank Zappa vient à l'esprit. Une écoute attentive vous permettra de trouver plein de petites perles aux claviers et dans les arrangements, ce qui lui a permis d'entrer dans les registres de 'Progarchives' sous l'étiquette 'Crossover'. Allez écouter 'Dogfight Giggle' pour vous donner une idée de la folie de son génie.

Le spectacle a dû être un succès complet et j'aurai bien aimé le voir. Qu'à cela ne tienne, le DVD suffira! Il y a trop de matériel pour en faire une revue détaillée. On pourrait catégoriser les pièces en trois groupes: 1) les clins d'œil, courtes impressions démentes quasi-expérimentales faisant un peu plus d'une minute, monothématique, 2) les 'tubes' des chansons classiques dans la veine rock pop un peu 'Beatles' et quelquefois réunies dans un pot-pourri (medley) comme l'excellent et romantique 13 minutes de 'I'm so Proud-Ooh Baby Baby-La La Means- I Love You - Cool Jerk', et 3) les pièces un peu plus longues et élaborées comme 'Zen Archer' ou 'Just One Victory', le style plus Utopia. De façon surprenante (pas tant que ça si on considère qu'ils sont du même compositeurs) les trois styles se ressemblent aussi et s'enchaînent bien.

Le ton un peu sarcastique et innocemment honnête de TODD et l'humeur enjoué et légère est constamment au rendez-vous. Bref vous allez passer du bon temps en sa compagnie et vous laisserez porter pas ses vagues mélodiques et ses tableaux vivants. J'avoue que j'ai redécouvert RUNDGREN en écoutant son 'White Knight' paru en 2017 et sa longue discographie fait maintenant partie de ma collection. Un style inimitable, une source inépuisable d'inspiration et un petit quelque chose de simple, d'humain et d'accrochant qui croît avec le temps. Non ce n'est pas de la prog classique mais c'est toujours plaisant et plein de surprises. Bref après mon scepticisme initial (oh non, un autre album sorti des boules à mite!) le jeu en vaut la chandelle. Amusez-vous. Merci TODD!

    1. International Feel (2:58)
    2. Never Never Land (1:35)
    3. Tic Tic Tic, It Wears Off (1:16)
    4. You Need Your Head (1:06)
    5. Rock & Roll Pussy (1:12)
    6. Dogfight Giggle (1:06)
    7. You Don't Have to Camp Around (2:33)
    8. Flamingo (2:41)
    9. Zen Archer (8:10)
    10. Just Another Onionhead / Dada Dali (2:26)
    11. Sometimes I Don't Know What to Feel (4:29)
    12. Does Anybody Love You? (1:32)
    13. Medley: So Proud / Ooh Baby Baby / La La Means I Love You / Cool Jerk (13:03)
    14. Hungry for Love (2:29)
    15. I Don't Want to Tie You Down (2:34)
    16. Is It My Name? (4:02)
    17. When the Shit Hits the Fan / Sunset Blvd. (4:08)
    18. Le Feel Internacìonále (1:56)
    19. Just One Victory (5:54)

    Total 1:04:57

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Todd Rundgren: Vocals, guitars, keyboards etc…
Kasim Sulton: Bass guitar
Prairie Prince: Drums
Jesse Gress: Guitars
Greg Hawkes: Keyboards
Roger Powell: Keyboards