CHRONIQUE / REVIEW

Tiger Moth Tales

The Whispering of the World

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

December 4, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

White Knight Records

Royaume-Uni / UK

Denis Boisvert - April 2021

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Pete Jones est un de ces musiciens qui possède cette grande sensibilité lui permettant de sublimer l'ordinaire en extraordinaire. Son handicap visuel lui a peut-être permis d'être plus à l'écoute du monde dans sa beauté naturelle. De plus, sa croyance que les souvenirs d'une personne transcendent la mortalité donne un ton spirituel à son œuvre. Comme bien d'autres musiciens refoulés dans leur studio par la pandémie il nous offre un album très différent, personnel et traditionnel. 'The Whispering of the World' est une suite de morceaux très introspectifs où l'on retrouve Peter avec sa voix prenante et un piano de concert, tout le reste vient d'un magnifique quatuor à cordes. Les thèmes vont de la nature à la mort, sont campés dans un registre quelque part entre la mélancolie et l'espoir. Certains se souviendront peut-être de 'Don't Let Go, Feels Alright' de son album 'Cocoon'.

Logiquement, avec 'Taking The Dawn' en ouverture, on a un hymne à l'aube avec ses chants d'oiseaux à la Vivaldi. La voix de Peter enchante et son jeu de piano est sans reproche. On enchaîne avec la pièce qui donne le titre à l'album. 'The Whispering of the World' est un chant un peu funèbre avec un leitmotiv au piano ressemblant un peu à un glas. Lent et précis. Suit une chanson plus personnelle, en hommage à une amie récemment décédée 'Sweeter Than Wine', une douce ballade sur la route des souvenirs. 'Quiet Night' avec ses 8+minutes reste cohérent avec le reste, ici encore la voix est très expressive.

'Town By The Sea' apporte un peu de gaité et de rythme sur une touche un peu folklorique et on reconnaît plus le style habituel de TIGER MOTH TALES. La qualité du quatuor à corde se met en évidence. 'Blackbird' séduit par sa simplicité et son charme et ses chants d'oiseaux délicats. 'Waving, Drowning' avec un tempo plus relevé fait sourire par son humeur ironique 'Je suis en train de me noyer… pas en train de vous faire des salutations'. On ferme la marche avec un magnifique 'Lost To The Years' en sorte un peu la résolution existentielle de l'album. Presque neuf minutes, simple et harmonieux, une belle conclusion.

Avec cet album, on réalise l'étendue du talent de PETER, son aise dans plusieurs styles et sa capacité créative. Ce n'est pas vraiment un album de rock progressif et la tonalité mélancolique pèse un peu trop mais c'est le choix de l'artiste qui a voulu explorer ses émotions et les traduire pour la postérité. Un album doux, presque religieux, qui vous portera à réfléchir. Un complément à l'œuvre de TIGER MOTH TALES. Amateurs de métal prière de s'abstenir.

    1. Taking the Dawn (5:23)
    2. The Whispering of the World (5:50)
    3. Sweeter Than Wine (3:32)
    4. Quiet Town (8:58)
    5. A Town by the Sea (4:50)
    6. Blackbird (3:39)
    7. Waving, Drowning (5:59)
    8. Lost to the Years (8:44)

    Total : 47 :19

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Peter Jones – Grand Piano, Vocals

Invités :
David Adams – Violin, Lowri Porter – Violin, Nancy Johnson – Viola, Sandy Bartai – Cello, Sarah Berger – Cello
Arrangements – Ian Lawson & Peter Jones