CHRONIQUE / REVIEW

The Wring

The Wring2 Project Cipher

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 28, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Wormholedeath Records

Canada

Mario Champagne - August 2021

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Drôle de nom pour cette formation ontarienne, de Sudbury, qui naquit en 2015 et à moins que quelque chose ne m’échappe, il fait référence à de l’essorage, ce qui laisse présager que les notes seront belles et bien passées dans le tordeur, et c’est le cas car il s’agit ici d’un album percutant d’hard rock et de métal progressif. En fait, le deuxième album pour « The Wring » comme l’indique l’exposant, qui fait suite à l’album éponyme de 2017, toujours sous la houlette de Don DEWULF qui nous revient dans cette aventure musicale pleine de riffs progressifs, de textes colériques et d'une forte dose mélodique. Cette œuvre musicale fut composée par DEWULF avec des textes écrits en collaboration avec Marc BONILLA, dont une chanson avec Steve KRAUSS, en plus d’être associés aux efforts de plusieurs invités, des musiciens professionnels chevronnés dont Bryan BELLER (collaborateur de Joe SATRIANI, Steve VAI et « The Aristocrats »), Thomas LANG (collaborateur de Robert FRIPP, Peter GABRIEL et Robbie WILLIAMS), Jason HENRIE et Jason SADITES.

DEWULF nous propose donc six chansons et un titre instrumental qui décoiffe, l’ensemble étant cependant très court, tout juste sous la barre des trente minutes, et qui devrait malgré tout plaire fortement aux fans de DREAM THEATRE, FATES WARNING, QUEENSRYCHE, et RUSH, même s’il n’y a aucune piste épique de longueur interminable.

D’emblée, la lourdeur s’installe et les percussions assez impressionnantes dominent, bien que l’ensemble puisse sembler très chaotique, il y a bien une tempête mélodique bien coordonnée qui se déplace dans les écouteurs, servie par un excellent support vocal qui transmet une rage contrôlée. Vient ensuite « Sorceress » qui a un petit je ne sais quoi d’OPETH. Un titre amusant et décontracté, tout comme le chant, mais toujours aussi pesant, axé sur une ligne plutôt funky. L’instrumentale de l’album suit, « Cipher », qu’on pourrait qualifier de RUSH mais en sale et vilain, mais à Seigneur tout honneur, c’est du WRING bien fignolé, puissant, sans temps mort. DEWULF a mentionné que cette pièce a été créée pour rendre un hommage combiné à « YYZ » de RUSH et à « March of the Fire Ants » de MASTODON. Une épreuve technique jouissive et massive ! J’adore !

Idem pour le titre “Steelier” qui cumule les changements de rythmes, lancé à toute allure comme une locomotive. Avec « Dissension », un rythme plus « heavy » métal classique et entrainant s’impose, pouvant rappeler DIO ou ROB ZOMBIE avec son coté déluré, puisqu’on parle du diable ! Il y a là un excellent solo de guitare de SADITES. « Dose » tout comme « Sorceress » présente un aspect très « funky » grâce aux sonorités des différentes guitares utilisées. On croirait même entendre Alex LIFESON sur le solo de guitare ! Pour conclure, « Touch » ma préférée avec l’instrumentale « Cipher », où le chant plus lent est bercé par une musique plus lisible aux incessants changements de rythmes tout en restant lourde et plus mélodique, dans laquelle on retrouve de subtiles influences de TOOL.

Je vous conseillerais d’écouter plusieurs fois cet album afin d’activer votre décodeur, car la richesse de ces compositions se révèlent et s’apprécient d’écoute en écoute. Cela reste très métal lourd avec des teintes de Prog dans chaque composition, et des passages assez amusants plus détendus, comme le faisait RUSH. Au niveau rendu, techniquement, je trouve cela impeccable et de très haut calibre. BONILLA, avec sa performance vocale, ne déçoit jamais, et donne à chaque piste une dimension différente par son jeu. Vraiment, avec « The WRING² », il y a de quoi passer un excellent moment si vous êtes amateurs de performance technique de haute voltige. The Wring3 est déjà en phase d'enregistrement, il s’agira donc d’un album que je garderai dans ma ligne de mire ! Bonne écoute !

    1. The Light (4:10)
    2. Sorceress (4:43)
    3. Cipher (4:29)
    4. Steelier (4:25)
    5. Dissension (4:08)
    6. Dose (3:27)
    7. Touch (4:29)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Don DEWULF - Guitars:
Marc BONILLA - Vocals:
Thomas LANG - Drums
Bryan BELLER - Bass (Tracks 2, 4, 5)
Jason HENRIE - Bass (Tracks 1, 3, 6, 7)
Jason SADITES - Guitar (Solo-Track 5):