CHRONIQUE / REVIEW

The Samurai of Prog

The Lady and the Lion

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 7, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Seacrest Oy

Multi

Denis Boisvert - June 2021

8,2

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Une des groupes progressifs les plus actifs dernièrement, THE SAMURAI OF PROG lance un autre album. "The Lady And The Lion' célèbre le retour de STEVE UNRUH au sein du trio pour un autre album thématique soigné, complexe et typiquement TSOP. Des envolées symphoniques, des violons maléfiques, des synthés grassouillets, des pièces variées et longues et surtout la recette sûre de cette collaboration avec de nombreux artistes qui contribuent à la composition et qui unissent leurs grands talents. Pour ceux qui connaissent moins TSOP, il faut vraiment souligner la force de ce trio de base avec la basse SHUKER infatigable de MARCO (le samouraï original) et sa force créative, la batterie inventive et le grand sens de l'organisation de KIMMO et la touche délicate de STEVE (voix, flûte, violon et guitare) qui donne toute l'identité au groupe.

Avec 'The Lady And The Lion' on est carrément dans la même veine que l'excellent 'Beyond The Wardrobe' qui traitait de l'univers fantastique de Narnia. Cette fois on puise dans les racines de la littérature folklorique européenne telle que recueillie et colligée par le travail colossal des frères GRIMM au début du 19ème siècle. Tous ces contes classiques qui ont charmé adultes et enfants et qui contiennent une grande sagesse populaire, de Cendrillon à Blanche-Neige en passant par le Petit Chaperon Rouge la liste est longue. TSOP a jeté son dévolu sur Blanche-Neige (A Queen's Wish) mais surtout sur des contes un peu moins connus comme La Lumière Bleue ou les Trois Feuilles du Serpent. Il faut dire que ces contes se prête admirablement au style prog: intenses, dramatiques, cinématiques, avec cette touche de folklore et de médiéval qu'on peut retrouver ailleurs, CAMEL ou JETHRO TULL viennent à l'esprit.

Écoutons ce que ça donne dans le détail. On ouvre avec un court instrumental, composé par DI BENEDETTI qui met la table, une sombre forêt, des airs folkloriques, violons, guitares tout ce qu'il faut pour se mettre dans l'ambiance. On poursuit avec 'The Three Snake-Leaves’, œuvre de JAIME ROSAS. Un conte complexe, mystérieux avec des claviers dominants, des changements de tempo et une voix prenante de STEVE. Superbe. 'Iron John' est dans le même moule, issu de la plume de SHERPENZEEL, les flûtes et guitares se relancent, une histoire de magie, de princesse et de chasseur. Un morceau instrumental avec plusieurs passages grandioses sur des tonalités médiévales. Délicieux. Vient ensuite le morceau qui m'a plu le moins. Le morceau le plus long, un autre de DI BENEDETTI, il traite du conte de Blanche-Neige, les synthés sont magnifiques, les guitares aussi, mais la mélodie de base un peu simpliste, les narrations trop fréquentes et surtout, à mon humble avis, une représentation trop fidèle du conte laisse peu de place à l'imagination et crée trop de distractions. Question de goût sans doute. On enchaîne avec la pièce habituelle de MYERS, une composition pianistique assez courte mais riche, la pièce qui a donné le nom à l'album. On aurait aimé quelques couches supplémentaires de claviers ou de superpositions de synthés, une pièce instrumentale qui survole un peu rapidement un conte magnifique mais le répit du piano seul aide peut-être à mettre en relief la belle complexité du reste de l'album. On ferme la marche avec 'The Blue Light' composition de STAMPALIA, un morceau plein d'énergie avec des parties vocales intéressantes (trois voix) et des arrangements de type orchestraux. On appréciera la trompette et le cor de PAPEGHIN.

En conclusion, un album solide, compétent, brillamment exécuté tout à fait dans la lignée à laquelle TSOP nous ont habitué. Pas un incontournable mais une belle addition. Du rock progressif bien vivant.

    1. Into the Woods (03:07)
    2. The Three Snake Leaves (09:43)
    3. Iron John (05:58)
    4. A Queen's Wish (11:36)
    5. The Lady and the Lion (03:59)
    6. Blue Light (06:48)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Marco Bernard: Shuker bass
Kimmo Pörsti: Drums, percussion
Steve Unruh: Vocals, violins, flute, recorder, guitars

Invités:
David Myers: Grand piano (5)
Octavio Stampalia: Keyboards (6)
Alessandro Di Benedetti: Keyboards (1,4)
Ton Scherpenzeel: Keyboards (3)
Jaime Rosas: Keyboards (2)
Carmine Capasso: Electric guitar (3)
Cam Blokland: Guitar (2)
Kari Riihimäki: Electric guitar (6)
Rafael Pacha: Guitars, zither, psaltery (1,4,6)
Valerie Gracious: Witch vocals (6)
Marcelo Ezcurra: Backing vocals (6)
Bart Schwertmann: Vocals (6)
Marc Papeghin: French horn, trumpet (6)