CHRONIQUE / REVIEW

The Pineapple Thief

Nothing But The Truth

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 22, 2021

Format:

CD/DVD, Digital, Vinyl

Label:

From:

KScope Records

Royaume-Uni / UK

Alain Massard - December 2021

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

The PINEAPPLE THIEF, connus en 2006 après avoir adoré l’exploration des VULGAR UNICORN; très vite, j’y ressens une connotation des PORCUPINE TREE avec un petit côté space qui me sied bien. Des titres souvent assez courts, mélodiques avec quelques tiroirs alambiqués pour faire vibrer le progueux en quête de rêve. RADIOHEAD est souvent cité aussi, ainsi que U2 et des claviers vintage faisant penser aux PINK FLOYD, bref du rock expérimental pop-rock sans concession capté ici en live pour combler le manque de concerts dû au Covid. Le tout en BO en 2CD / DVD/2LP /Blu-ray Limited Deluxe Edition à 48kHz / 24-bit et Dolby Atmos, amen. The PINEAPPLE THIEF c’est du lourd.

Les trois derniers albums sont pris en ligne de mire avec « Versions of the Truth » et son ambiance à la Peter GABRIEL pour les marimbas; « In Exile » pour l’atmosphère générée par les guitares mises en avant, leurs solo et les choeurs; « Warm Seas » de 2012, comme le temps passe remis au goût du jour; « Our Mire » sur PORCUPINE TREE suintant, sur des synthés des 80’s, sur un solo ravageur et le final expérimental progressiste, qui doit vraiment vibrer encore plus en… live; « Build a World » encore de 2012 avec une association marimba et riff rock hargneux; « Demons » pour les harmonies vocales imbriquées de synthétiseurs profonds hautement stéréophoniques; « Driving Like Maniacs », « Someone Pull Me Out » de 2012 encore qui passe comme une lettre à la poste; « Uncovering Your Tracks » pour le rythme saccadé, teuton, la batterie et un solo qui gicle et enfin « Break It All » pour la fin du 1er CD avec une incursion véritablement progressive de bout en bout.

« White Mist » pour ce côté atmosphérique à écouter là en live sans concession; « Out of Line » pour ses empreintes mélancoliques; « Wretched Soul » reprise la plus ancienne (2005) avec un rythme fort et des guitares rugissantes à la limite du spleen; « Far Below » et « Threatening War » pour ses mélodies apaisantes; « The Swell » seule B-side à être reprise; « The Final Thing on My Mind » pour le final avec guitares en arrière et des voix remplissant tous les coins des canaux; une fin idéale lente contemplative, mystérieuse pour rester coi devant le blanc qui vous submerge à la suite.

THE PINEAPPLE THIEF sort donc son 15e album ou 7e live… sans public; un album enregistré sous toutes coutures pour montrer l’étendue de leur talent et faire vibrer un peu les accros des concerts, je pense à certains amis en manque actuellement. Un album qui me réconcilie avec eux de par la qualité d’enregistrement, de par le nombre de titres et l’implication des musiciens à se donner pour nous faire oublier le plus grand fléau de l’humanité à l’heure actuelle. PINEAPPLE THIEF ou le remède à la morosité ambiante, il n’y a qu’un pas à franchir pour savoir si le médicament musical peut faire effet. En tout cas un groupe qui a su se forger lentement mais sûrement dans l’univers art rock crossover.

    CD1 (46 :30)
    1. Versions of the Truth (5:40)
    2. In Exile (5:00)
    3. Warm Seas (4:00)
    4. Our Mire (7:18)
    5. Build a World (3:42)
    6. Demons (4:29)
    7. Driving Like Maniacs (3:30)
    8. Someone Pull Me Out (4:01)
    9. Uncovering Your Tracks (4:27)
    10. Break It All (4:32)

    CD 2 (44:27)
    1. White Mist (9:47)
    2. Out of Line (3:58)
    3. Wretched Soul (5:24)
    4. Far Below (4:35)
    5. Threatening War (6:38)
    6. The Swell (4:18)
    7. The Final Thing on My Mind (9:45)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Bruce Soord: Vocals, guitars
- Jon Sykes: Bass, vocals
- Steve Kitch: Keyboards
- Gavin Harrison: Drums