CHRONIQUE / REVIEW

TDW

The Days The Clock Stopped

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

December 4, 2021

Format:

CD, Digital, DVD

Label:

From:

Layered Reality Productions

Pays-Bas / Netherlands

Alain Massard - January 2021

9,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

TDW / Dreamwalkers Inc. est le projet de Tom de WIT en tant que frontman; débuté en 2004 pour se finaliser dans une nouvelle version en 2017. Ce collectif joue du métal moderne symphonique avec des touches progressives, de l’acoustique et de l’ambiant, une musique alliant émotion et intensité. C’est leur 8e album. TDW (juste ses lettres!) est donc son bébé incluant musique, vidéo et aventures créatives étant aussi graphiste; cet album concept intimiste décrivant son combat psychique et personnel contre sa maladie; 4 titres rappels en ponctuent la progression pour un enchaînement de titres, une évasion thérapeutique du corps dans lequel il était englué.

« Crashscape » pour une intro piano et voix susurrée, trompette classique puis entrée en pompe métal symphonique énergique, ça dépote! « Clockstop - Insight X » suit sur un crescendo métal prog avec gros riff et choeurs, symphonisme et rythme, mise en bouche verbale le temps d’introduire « Code of Conduct » titre éthéré, duo de voix angéliques et d’autres growl, la musique jonglant de la même façon entre espace tendre, cotonneux et mitrailleuse à la 12/7. Bref, ça remue fort; « Clockstop - Insight 2 » enchaîne avec un titre long naviguant sur les sonorités des RIVERSIDE, basse en avant, voix feutrée, puis ici aussi du gros son d’un coup, le synthé fruité arrondit un peu les angles puis mélange des deux, j’y retrouve le beau son torturé et inventif des PURE REASON REVOLUTION avec ces voix jonglant entre les notes; la montée explose, devient orgasmique, on part sur de l’avant-garde métal et le solo de guitare vous donne envie de reprendre le manche de la guitare même si vous savez que vous n’arriverez pas à retraduire les notes; un morceau qui monte, qui vous met en transe. « Sleepless Angels » enchaîne avec le titre synthé-ambiant celui qui va reposer un peu votre esprit, un titre qui se déroule sur les pads électroniques expressifs d’Alessandrini.

« The Pulse » entame la seconde moitié de l’album et repart sur du heavy prog métal mélodique; plus de claviers et de batterie qui en découlent avec un riff lourd bourrin, break prog métal puis ça redémarre avec une guitare plaintive et jouissive et des choeurs qui augmentent l’ambiance andalouse par instants, du prog métal bombastique délicieux; le temps de passer à « Clockstop - Insight 3 » pour l’interlude musical genre Blackmore’s Night en plus viril; allez on glisse sur « Death and Her Brother Greg » en titre commun basé sur les voix en doublons, titre qui fait la part belle à la montée à mi-parcours, symphonique, dantesque, grandiloquente et hollywoodienne, même musique de film de science-fiction, un peu de PAIN OF SALVATION en retour.

« No Can Do » arrive, la pièce maîtresse de 18 minutes! Titre à part musicalement avec entrée rythmée, ça coule tout seul atmosphérique et aérien, déjà le break riversidien en plein milieu avec basse, voix à la Mariusz, synthé de Luca qui se veut analogique pour une descente mélancolique et intimiste; des choeurs ensuite qui rappellent les PURE REASON REVOLUTION à nouveau; ça redémarre avec biniou, riff et pads de batterie imposants puis le riff est accompagné d’un vulgaire piano à la Jerry Lee LEWIS, allez solos inqualifiables en fin de parcours; prog métal porcupinien ici.

« Clockstop - Insight 4 » suit face à ce déluge avec un air pesé, calme, métronomique, on sent la pulsion de vie musicale renaître ici; le titre est plus facile d’accès, dans les cordes traditionnelles avec cependant un beau solo de guitare sur la fin, final endiablé à la AYREON, ou du MARILLION dans son côté le plus explosif. « Epilogue : A String of Repeats » sent la fin d’album avec choeurs variés homme et femme, genre potpourri de notes, un déluge comme on pouvait trouver chez SHADOW GALLERY. A noter le titre bonus sur CD « All We Could Do » pour parfaire cette fin d’album concept sur une déclinaison de voix surtout féminines répondant à Tom sur un énième riff nerveux expressif lui-même accompagné par un piano et le violoncelle de Remco.

Un multi-instrumentiste innovant qui a dû écouter du AYREON pour les compositions, du RIVERSIDE pour les ambiances, du GHOST pour les refrains, du PURE REASON REVOLUTION pour l’implication transe musicale, du PSYCHOTIC WALTZ pour le style, groupe qui a sorti un bel album en début d’année soit dit en passant! un peu des envolées des FATES WARNING et SAVIOUR MACHINE et la morsure plus actuelle des LEPROUS et autres PERIPHERY pour l’énergie dégagée. Fusion des voix, symphonie des morceaux pour expliquer la quête du soin, de la liberté retrouvée après avoir vécu les jours où l’horloge s’était arrêtée, visualisée sur le clip « Death and her Brother ». Tom s’est servi de cet album comme un exutoire cathartique pour repousser les démons de sa maladie avec succès en proposant du métal moderne associé à du rock prog symphonique, un peu de pop et pas mal de sons d’opéra-rock, une synthèse avant-gardiste progressiste en soi. Quatre-vingts minutes de pure folie musicale à ne pas rater.

    1. Crashscape (2:01)
    2. Clockstop - Insight X (3:31)
    3. Code of Conduct (6:13)
    4. Clockstop - Insight 2 (9:30)
    5. Sleepless Angels (4:43)
    6. The Pulse (7:53)
    7. Clockstop - Insight 3 (1:24)
    8. Death and Her Brother Greg (4:24)
    9. No Can Do (17:56)
    10. Clockstop - Insight 4 (7:14)
    11. A String of Repeats (8:54)
    12. All we could do (Bonus CD) (5:12)

    Total Time 78’45’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Tom de Wit: Lead vocals, rhythm & lead guitars, synths, orchestrations
- Rich Hinks (Annihilator): Bass, backing vocals
- Fabio Alessandrini (Annihilator): Drums
- Remco Woutersen: Cello solo parts

With:
- Marco Sfogli (J. Labrie): Guitar solo (4)
- Daniel Magdič (Pain of Salvation): Guitar solo (5)
- Koen Romeijn (heidevolk): Guitar solo (6)
- Chris Zoupa (Teramaze): Guitar solo (8)
- Andi Kravljaca: Lead vocals (9)
- Matthew op 't Einde : (9)
- Luca Di Genarro (Soul Secret): Keyboard solo (9)
- Norbert Veenbrink : Guitar solo (10)
- Lennert Kemper: Guitar solo (11)

Choirmembers:
- Laura ten Hoedt, Cailyn Erlandsson, Nicole de Ruiter, Iris van 't Veer, Rikke Linssen, Stan Eimers, Ron Brouwer, Rich Hinks, Abraham Sarache