CHRONIQUE / REVIEW

Syndone

Kama Sutra

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 19, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Manticore Records

Italie / Italy

Alain Massard - July 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

SYNDONE, comme rappel à la sainte relique de Turin, est le groupe italien publiant son 8e album, commençant en 1992 son aventure musicale pour une virée jazz-sympho-prog-rock énergique, partant sur ELP, QUEEN, AREKNAMES. Du hard rock cosmique, du Moog et Hammond vintage. Nick a travaillé sur des jingles de pub auparavant et donne un ton symphonique basé sur les claviers, titre d’album sur l’Amour de la Vie et ses forces qui nous régissent. Une particularité, celle d’associer classique et opéra au rock comme QUEEN dans sa version symphonique et baroque, déjantée et controversée. Hop, glissons-nous dedans. SYNDONE connu récemment avec ‘Mysoginia’, toujours à la recherche de sonorités de mon groupe fétiche.

« It's gonna make believin' » avec un peu des MOUNTAIN, de la folie d’opéra et de pop déjantée, des zestes du BOSTON pour les synthés affriolants, bref du hard psyché cosmique à la DEEP PURPLE et à la folie des DARKNESS, titre fourre-tout érectile. « Nirvana » continue par une folie space-opéra baroque qui renvoie à la création d’un QUEEN ça s’est dit; des harmonies vocales burlesques, un clavier vintage, une comédie musicale genre ‘Phantom Of Paradise’, jouissif. « Carousel » enchaîne avec un interlude musical digne d’un maelstrom; grandiloquence symphonique, air majestueux sur l’art musical sans concession, folie à la Charisma des premiers GENESIS. « Into the kama » arrive, piano intimiste bucolique flirtant sur une ballade romantique dégoulinant de spleen; voix douces en duo qui font fondre, air jazz-prog évolutif, la flûte ajoute une couche, l’air renvoyant à un QUEEN progressif, sublimement créatif avec le final oriental surprenant.

« Bitches » et ce titre classique mièvre, voix à capella charmeuse orientale ou religieuse ou les deux; violon sirupeux genre ‘Autant en Emporte le Vent’ et paf un air groovy festif, psychédélique; des cordes rajoutent à l’intensité et à la folie, ça part en cris vocaux et musicaux, surprenant. « You still shine » attaque sur un air qui ressemble à une impro jazzy, xylophone en avant; ça fusionne sur les genres, ça rappelle les incursions progressives du grand QUEEN avec cette grandiloquence avérée, air bluesy, gospel hystérique et déclinaison intimiste finale qui lance « Sex toys are us » gorgé de synthés et samplers pour du prog sans concession et sans retenue; un peu raga, vocal parlé sur un air hard rock vite amplifié par un saxo sorti tour droit des PANZERBALLET. Le symphonique à son paroxysme; et « 2 thousand 10 » pour le second interlude instrumental tambourins et guitare acoustique, air métronomique qui pose les oreilles.

« Sacred &profane » survient et change radicalement de registre, air jazzy soporifique, latent, ça dénote; refrain pop comédie musicale, difficilement cernant, de la folie musicale; le deuxième tiroir devient, semble-t-il, improvisé, éclectique avec beaucoup de genres en couches, les claviers vintages et la basse remettent un peu de sens pour le titre le plus long et le plus éclaté, John LORD en pensée. « We are the world we created » pour le titre qui recentre l’album, déclinaison majestueuse et hymne symphonique à la fois, voix à la Joe PAYNE, un peu de THE ENID en toile de fond, du ELP aussi; création singulière pour une fin dithyrambique. « Peace on Earth » pour la ballade romantique finale comme un happy end mélancolique.

SYNDONE a réalisé un album percutant, difficile d’accès, mélange de rock baroque grandiloquent, de symphonique et d’opéra rock déjanté et irrésistible; drame musical et comédie de Broadway, sons majestueux, titres bluffant qui, enchaînés, ramènent indubitablement à du rock progressiste; un théâtre musical vient de naître et risque de ne pas vous laisser tranquille vu la recherche qui est sienne.

    1. It's gonna make believin' (3:27)
    2. Nirvana (2:52)
    3. Carousel (instrumental) (2:32)
    4. Into the kama (5:50)
    5. Bitches (4:35)
    6. You still shine (4:16)
    7. Sex toys are us (3:41)
    8. 2 thousand 10 (instrumental) (1:58)
    9. Sacred &profane (7:13)
    10. We are the world we created (5:21)
    11. Peace on Earth (2:10)
    Total : 43’55’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Nick Comoglio : Hammond, moog, juno dist, mellotron
- Riccardo Ruggeri : Vocals
- Marta Caldara : Vibraphone, timpani
- Gigi Rivetti : Piano, wurlitzer, rhodes, hammond, clarinet
- Simone Rubinato : Bass, fretless, taurus bass
- Eddy Franco : Drums, percussion

With
- Riccardo Diggiani : Sitar
- Annie Barbazza : Vocals
- Gianluca Cagnani : Pipe organ
- David Jackson : Sax
- Vincent Boniface : Crystal flute
- Claudio Adamo : Baritone electric guitar
- Andrea Manco : Flute
- Luigi Finetto : Oboe
- Luigi Picatto : Clarinet in Bb
Budapest Scoring Symphonic Orchestra, conducted by Francesco Zago