CHRONIQUE / REVIEW

Submarine Silence

Did Swans Ever See God?

Releases information

Release date:

November 27, 2020

Format:

CD, Vinyl, Digital

Label:

From:

Ma.Ra.Cash Records

Italie / Italy

Serge Marcoux - January 2021

8,5

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

L’époque musicale que nous vivons est celle où les musiciens œuvrent souvent dans plusieurs groupes et/ou collaborent à des nombreux projets. Que ce soit par plaisir puisque l’Internet facilite les collaborations à travers la planète ou par nécessité pour essayer de simplement gagner sa vie en pratiquant son art. Ce « Did swans ever see God » n’échappe pas à cette tendance largement répandue, notamment dans l’univers du rock progressif. Ainsi SUBMARINE SILENCE est né de la volonté de deux membres fondateurs du groupe italien MOONGARDEN. Il s’agit de DAVID CREMONI, guitariste, et CRISTIANO ROVERSI, claviériste. C’est en 1996 que cet autre groupe a vu le jour et ce afin d’enregistrer une version instrumentale de « Entangled » pour le disque hommage à GENESIS, « The river of constant change ». Cette première apparition discographique est d’une grande importance comme le confirme la musique sur le nouvel opus ainsi que sur les précédents. Paru en 2001, le premier album éponyme de SUBMARINE SILENCE était entièrement instrumental. L’influence de GENESIS était présente jusqu’à la pochette conçue par PAUL WHITEHEAD qui, à l’époque, avait fait celles de « Nursery crime » et « Foxtrot » on ne peut plus iconiques. Par la suite, à l’instar de leur autre groupe, les musiciens ont ajouté le chant mais en langue anglaise. Au fil des ans et des variations du groupe, CREMONI et ROVERSI sont les seuls musiciens que l’on retrouve sur les quatre albums. Cependant, le chanteur GUILLERMO GONZALEZ était présent sur l’album précédent, « Journey through mine » qui lui, a vu le jour en 2016. Le trio actuel a fait appel à divers collaborateurs dont la section rythmique formée de VALERIO MICHETTI à la batterie et de ALBERTO ZANETTI à la basse plus les cordes vocales de Dame MANUELA MILANESE et de DAVIDE MARANI. Au gré des collaborations ou appartenances, cette musicienne et ces musiciens ont fait de la musique sous leur nom ou peuvent être associés aux STEVE ROTHERY, DESAFINADO, La GRAZIA OBLIQUA, ALLAN HOLDSWORTH, FRESCOBALDI et Cie.

« Undone » marque le point de départ avec une musique plutôt pastorale, guitare sèche, claviers discrets et chant, ce dernier quelquefois un peu trafiqué. Ce n’est que vers la cinquième minute que la section rythmique s’en mêle accompagnée d’un orgue que ne renierait pas TONY BANKS. Un peu plus tard, la batterie se fait plus sèche, un peu martiale même, comme pour signifier l’arrivée d’une puissante envolée de guitare, C’est un solo qui se situe quelque part entre les univers de STEVE HACKETT et de MIKE HOLMES. Cette deuxième section se termine par le retour du chant et de la douceur. La courte « Echoes of silence » est une pièce plutôt atmosphérique caractérisée par le chant de GONZALEZ, des nappes de claviers et de la batterie, notamment le jeu de cymbales, de MICHETTI. Un court solo de guitare sèche nous transporte jusqu’à la conclusion. J’avoue que j’aurais été curieux d’entendre une version instrumentale de ce morceau. « Runaway strain » est un morceau up-tempo nettement plus rock. Je n’ai pu m’empêcher de penser aux moments les plus énergiques de « Selling England by the pound ». La basse de M. ZANETTI est bien ronde et bien présente. Un court passage acoustique à mi-morceau fait le pont entre les deux vigoureuses sections. Le rappel est sonné par l’orgue et le synthétiseur. Ce dernier nous offre un court mais fort réussi solo puis récidive un peu plus tard. Le morceau se termine en douceur avec basse et claviers en vedette.

Le suivant est un morceau puissant et envoutant. « A deeper kind of cumber » est caractérisé par un début spectaculaire grâce à de solides riffs de guitare, des roulements de batterie et le divin mellotron. L’arrivée de la voix nous transporte un peu dans l’univers de « Lamb lies down on Broadway ». Le tonifiant solo de guitare pourrait venir d’un invité spécial de la genèse progressive si vous voyez ce que je veux dire. Avec « Aftereffect », nous passons au registre ballade chantée par DAVIDE MARANI et assaisonnée d’un solo de guitare très joliment lyrique. Tout au long de la pièce, nous sommes bercés par les guitares, tant acoustique qu’électrique et les claviers. Un fort beau morceau que j’aurais aimé entendre dans la langue natale du chanteur pour pouvoir en mesurer l’effet. Pour clore ce « Did swans ever see God » nous avons droit à ce que plusieurs pourront considérer que le meilleur des six morceaux. « Echoes of Silence, Pt. 2 : The Answer » nous transporte dans l’univers de GENESIS certes mais aussi celui de IQ via ses claviers bien présents, orgue et mellotron en tête, et les guitares une fois de plus partagées entre l’électricité, un autre magnifique et long solo, et la douceur. Les changements de tempo sont abondants et les longs passages musicaux sont inspirés. Les vocaux sont partagés entre MANUELA MILANESE et GUILLERMO GONZALEZ.

SUBMARINE SILENCE signe son meilleur effort avec ce quatrième album. Musicalement, c’est globalement très réussi et les trois derniers morceaux sont vraiment puissants et apporteront de nombreux sourires sur le visage des auditeurs. Comme je l’écrivais précédemment, je serais bien curieux d’entendre une version italienne de cet album afin de faire disparaître les quelques traces d’accent qui sont évidentes par moment. Ceci-dit, la balance des plaisirs l’emporte haut la main et la collaboration entre les sept musiciens font paraître bien courtes les quarante-cinq minutes de l’album.

    1. Undone (10:43)
    2. Echoes of Silence (3:12)
    3. Runaway Strain (9:14)
    4. A Deeper Kind of Cumber (6:26)
    5. Aftereffect (6:25)
    6. Echoes of Silence, Pt. 2: The Answer (9:35)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- David Cremoni: 6 & 12 Electric and acoustic guitars
- Guillermo Gonzales: Vocals & backing vocals
- Cristiano Roversi: Grand piano, Hammond organ, mellotron, synthesizers, electric bass, Taurus pedals & additional guitars

With
- Valerio Michetti: Drums, percussion
- Manuela Milanese: Lead and backing vocals on "Undone", "A Deeper Kind of Cumber" and "The Answer"
- Davide Marani: Lead and backing vocals on "Aftereffect"
- Alberto Zanetti: Bass

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020