CHRONIQUE / REVIEW

Styx

Crash The Crown

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 18, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Alpha Dog 2T/UMe

USA

Philippe André - July 2021

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHICAGO, ILLINOIS, 1928, Alphonse CAPONE règne en maitre sur la prohibition dans cette grande ville du nord est des ETATS UNIS D'AMERIQUE...Quel rapport avec STYX en 2021 ? Tout simplement presque un siècle s'est écoulé depuis et surtout STYX a toujours donné une immense fierté à ses origines comme KANSAS autre célébrissime combo affilié au mouvement progressif, même si dorénavant ses principaux contributeurs ne sont pas chicagoans.

Le nouvel album "Crash of the Crown" a été composé avant la pandémie et enregistré pendant les périodes difficiles de celle-ci (la plupart des enregistrements ont été réalisés dans le studio personnel de Tommy SHAW à NASHVILLE, TENNESSEE avec les précautions obligatoires de distanciation sociale que chacun a dû respecter) et.... "What a Big Surprise", il s'agit d'une œuvre conceptuelle, assez courte, un peu inférieure à quarante-quatre minutes. Globalement le fait qu'il y ait trois chanteurs principaux donne tout son cachet à ce disque. La chanson titre représente à elle seule tout le talent du groupe, je ferais pour ma part une comparaison osée avec une vieille formation de LIVERPOOL apparue au siècle dernier.

Quand vous entamez l'écoute de ce "Crash of the Crown", il vous faut à peine trente secondes pour reconnaitre de qui il s'agit et rien que cela c'est un plus, du moins à mes modestes oreilles. Concept album pourquoi ? Je vais vous laissez chercher comme je l'ai fait moi-même, avec les années 1066, 1455, 1775, 1861, 1941 et même 2001, petite aide l'avant dernière nous renvoie à l'un des plus grands hommes du vingtième siècle Sir Winston CHURCHILL, et la dernière nous rappelle bien malgré nous l'une des pires journées connues du vingt et unième siècle, encore plus pour des ressortissants américains, l'ensemble représente donc une chronographie (ou chronologie) sans précision des faits liés à ces dates.

Autant j'avais trouvé le disque précédent "The Mission" en 2017 comme un album solo déguisé de Tommy SHAW, autant je trouve celui-ci plus ressemblant à l'album d'un combo de plusieurs musiciens, Lawrence GOWAN et JY m'y semblent plus présents musicalement et donc humainement ou l'inverse c'est comme vous voulez, la détermination et la qualité des compositions de SHAW ayant visiblement déteints sur les deux autres !

STYX et " Crash of the Crown" c'est une nouvelle pierre angulaire à l'histoire du groupe américain, une émeraude sertie dans un cocon bienveillant sans que rien n'entrave la créativité des uns et des autres, une œuvre qui coule de source, selon les dires de Tommy SHAW himself et bien plus difficile d'accès qu'elle n'y parait au premier abord. Quelles sont les choses particulières que l'on peut et doit retenir sur ce " Crash of the Crown" ? Un magnifique solo de trompette sur le sixième titre "Our Wonderful Lives" joué aux claviers par Lawrence GOWAN (un des deux titres où apparait le bassiste originel Chuck PANOZZO) ainsi que l'intervention étonnante d'un banjo (pas vraiment un instrument progressif à la base), l'ambiance et le rythme purement floydiens du quatrième titre "Hold Back the Darkness" ou bien encore l'hymne rock n rollant "To Those" qui nous renvoie directement à "Fooling Yourself" (les anciens comprendront).

Le côté négatif pour les progsters purs et durs, toutes les pièces ont une durée inférieure à quatre minutes, mais je réfuterai, rien de plus normal puisqu'elles sont toutes enchainées, concept album oblige......donc quarante-quatre minutes à avaler d'une seule traite ! La vache, il nous a encore bien eu.

    1. The Fight of Our Lives (1:54)
    2. A Monster (3:27)
    3. Reveries (3:03)
    4. Hold Back the Darkness (3:59)
    5. Save Us from Ourselves (3:02)
    6. Crash of the Crown (3:46)
    7. Our Wonderful Lives (3:06)
    8. Common Ground (4:00)
    9. Sound the Alarm (3:25)
    10. Long Live the King (2:33)
    11. Lost at Sea (0:38)
    12. Coming Out the Other Side (3:48)
    13. To Those (3:01)
    14. Another Farewell (0:26)
    15. Stream (2:56)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- James "JY" Young: Lead vocals, guitars
- Tommy Shaw: Lead vocals, guitars
- Chuck Panozzo: Bass, vocals
- Todd Sucherman: Drums, percussion
- Lawrence Gowan: Lead vocals, keyboards
- Ricky Phillips: Bass, guitar, vocals