CHRONIQUE / REVIEW

Stefano Lupo Galifi

Dei Ricordi, Un Museo

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 8, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

AMS Records

Italie / Italy

Philippe André - November 2021

8,5

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Inutile d'avoir fait de hautes études musicales pour se rendre compte que là nous avons du lourd ! Regardez les noms des musiciens présents sur cet album, hormis le batteur qui n'est pas très connu (tout le monde ne connait pas forcément PANTHER & C.) le reste de la bande affiche un palmarès et une aura pour le moins respectables. A noter que c'est Luca SCHERANI qui a composé l'essentiel des mélodies qui conviennent magnifiquement à la puissance expressive de la voix de Stefano Lupo GALIFI. Marcella ARGANESE a quant à elle co composé la pièce titre en trois parties qui ne cumule quand même pas moins de vingt-sept minutes sur les quarante-neuf de ce "Dei ricordi, un Museo", album conceptuel évidemment.

Il est remarquable de noter que ce "Dei ricordi, un Museo" (Des souvenirs, un musée) est le premier album solo de Stefano Lupo GALIFI, chanteur du légendaire MUSEO ROSENBACH qui a publié en 1973 le non moins légendaire " Zarathustra", l'un des plus grands opus du rock progressif italien, toutes décennies confondues soit presque un demi-siècle ! Stefano a entre-temps fait son retour sur scène et dans les studios d'enregistrement en tant que chanteur d'Il TEMPIO DELLE CLESSIDRE et du reformé MUSEO ROSENBACH. Nous pouvons considérer que notre homme a voulu faire un bilan à travers la musique de tout ce qu'il a pu connaitre en cinquante ans de carrière, remarquables volonté et opiniâtreté de sa part.

L'un des derniers éclairs musicaux de l'année 2021 nous vient d'ITALIE, pas trop étonnant dirons certains, tant les transalpins nous ont proposé depuis des années des parutions de qualité et qui majoritairement vieillissent bien.

Les hauts faits musicaux de cet album sont le titre inaugural "Cuore" (première partie de la pièce divisée en trois) nanti d'une magnifique introduction instrumentale avant que Stefano n'y pose sa voix de velours légèrement abrasive digne du meilleur rock progressif italien (9/10) puis la seconde partie de la pièce éponyme plus apaisée avec de belles nuances symphoniques agrémentées de guitare acoustique (9/10) et enfin la troisième phase de ce fameux "Dei ricordi, un Museo" morcelé en trois, plus classique dans sa conception, empreint d'un brillant symphonisme "à l'italienne" avec des nappes de mellotron à tomber par terre, bref vous l'avez compris amateurs d'envolées progressives ceci est pour vous (9/10).

Les pièces restantes ne sont pas à vouer aux gémonies pour autant, elles sont globalement plus chanson et par conséquent moins à même de satisfaire nos oreilles exigeantes de progmaniaques, je ne les zappe pas à l'écoute, plutôt un signe encourageant, elles sont donc au minimum écoutable sans difficulté.

    1. Cuore (Dei ricordi, un Museo - parte 1) (8:52)
    2. La morale cede (4:16)
    3. La stantza e l'angolo (4:33)
    4. Dei ricordi, un museo (parte 2) (10:21)
    5. Le due linee gemelle (5:08)
    6. Stérile (7:45)
    7. L'amante (Dei ricordi, Museo - parte 3) (7:47)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Luca SCHERANI: Keyboards (LA COSCIENZA DI ZENO, HOSTSONATEN)
Gabriele GUIDI COLOMBI (LA COSCIENZA DI ZENO, NOT A GOOD SIGN): Bass guitar
Stefano Lupo GALIFI: Vocals
Folco FEDELE: Drums (PANTHER & C.)
Marcella ARGANESE: Guitars (UBI MAIOR, MR PUNCH)